Dark Souls 3

Version presse Xbox One fournie par Bandai Namco

Quand un éditeur met fin à son embargo huit jours avant la sortie de son titre, il est facile d’affirmer qu’il y a une vraie confiance en son produit. C’est donc avec grand enthousiasme et conscience de la signification de cet ultime Souls, tel qu’il est présenté par monsieur Hidetaka Miyasaki, que j’ai débuté ce troisième opus, mais tout de même cinquième itération de la série. Après avoir fait faux bond aux fans de la série sur Xbox en revenant sur PS4, le temps d’une exclusivité nommée Bloodborne, Dark Souls vient passer son adieu sur les consoles de nouvelles générations et PC. L’occasion peut-être de fédérer toutes les communautés, frapper une dernière fois là où ça fait mal, et conclure un beau chapitre du jeu vidéo ? Question à laquelle la réponse sera subjectivement donnée après cette critique.

.

Les dernières âmes sombres, avant le silence

C’est étrange. Passer de l’ombre à la lumière comme le fit la série Souls, puis disparaître maintenant en laissant dernière nous des morts multiples, des victoires enivrantes, et des univers fantastiques à découvrir. Cela fait quelque chose. J’ai dû attendre un an après la sortie du premier Dark Souls pour commencer à apprécier la série. Cela se fit dans la douleur, et c’est bien ça que l’on retient le plus de la série : cette douleur sublimée par la joie de vaincre, l’euphorie du build réussi.

Et, après ce titre et ses multiples contenus supplémentaires, c’est fini. Tant mieux. Pourquoi ? Parce que toute bonne formule a une limite, et en trois ans, nous avons eu un jeu de la série par an. L’indigestion et le manque d’inspiration risquant clairement de pointer le bout de son nez, il était donc temps de laisser la formule être exploitée par d’autres… ou la laisser mourir, retourner dans les ombres de l’anonymat, ombres desquelles est sorti Demon’s Souls.

Toujours est-il qu’il reste encore aux joueurs à mourir de nombreuses fois, et pour l’instant, la page n’est pas encore tournée. Nous ne sommes pas à l’abri d’un syndrome Metal Gear Solid. Vous savez, la série qui s’est arrêtée au premier… avant de connaître un second… un troisième… jusqu’au cinquième. Pas que je le regrette, hein ! Donc, Dark Souls 3, ça vaut quoi ? Marcheur, que penses-tu de ta version non-commerciale du titre ? Livres-nous ta critique corrompue par le grand patronat et les cruels éditeurs !

.

Le moteur de Bloodborne, à défaut du jeu

Bon. On sait tous sans vraiment le dire que Dark Souls est moche. Très soigné artistiquement, mais laid dans tout ce qui concerne les effets, les ombres, les textures… Mais, Bloodborne jouissait d’un nouveau moteur de jeu, et proposait un visuel plutôt convaincant malgré un framerate un poil instable. Et il fallait bien que le troisième Souls profite à son tour d’un moteur new gen. Résultat, tout va beaucoup, beaucoup mieux côté technique, même si l’on doit faire avec un constat plus ou moins évident au fur et à mesure de notre progression : il y a à boire et à manger.

En effet, si le jeu s’efforce de détailler son univers de dark fantasy glauque au possible, avec un soin tout particulier en ce qui concerne l’abondance de détails, les créatures que vous affronterez sont d’une beauté fantastique, mais aussi d’une laideur repoussante. Fortement détaillés, les adversaires que vous ne tarderez pas à combattre – et si votre volonté le veut bien à terrasser – sont d’une qualité technique et artistique qui forcera le respect de la concurrence, et le vôtre je l’espère. Si les environnements suivent la même voie que les créatures, et s’avèrent absolument estomaquant visuellement parlant, difficile de fermer les yeux sur l’hétérogénéité de la qualité des textures. Parfois magnifiques, souvent quelconques, et plus souvent affreuses, on se demande bien si les détails n’auraient pas gagné à être moins nombreux afin de se concentrer sur les textures.

Ils auraient d’ailleurs pu aussi en retirer pour éviter un aliasing assez prononcé sur Xbox One, qui est quasi absent sur PS4. Au moins pourrons-nous saluer l’absence totale de tearing. Quant au framerate, s’il est meilleur que celui de Dark Souls, difficile de fermer les yeux sur ses faiblesses. Heureusement, les bugs sont plaisants, dans la mesure où l’on n’en rencontre aucun. Les effets sont léchés, et globalement le travail fourni est assez impressionnant. Des effets qui soutiennent d’ailleurs une mise en scène bien plus folle que ce que la série nous avait habitué. Notons aussi que les cinématiques ont toujours une présence aussi bien dosée ; elles sont peu intrusives, et toujours autant soignées.

.

Un choix artistique discutable et un univers toujours aussi enivrant

Ces diverses améliorations amènent un bol d’air frais à ce troisième opus. Une nouveauté cependant ne fait pas tant mouche. Les zones de jeux s’avèrent variées, et c’est un plus des plus agréable, mais elles s’avèrent souvent bien plus vastes et plus ouvertes qu’auparavant, ce qui créé selon moi deux problèmes. Premier problème d’ordre purement mécanique, cette liberté d’approche permet de fuir facilement un affrontement, mais surtout d’en esquiver une très grande partie. Ainsi, si visuellement il est toujours plus agréable d’avoir de vastes espaces sous nos yeux, cela créait logiquement un second problème d’ordre artistique et plus personnel.

J’ai appris à apprécier l’ambiance claustro-phobique et glauque de Dark Souls premier du nom et de Demon’s Souls. Agrandir l’espace de manière significative, c’est supprimer toute la pression qui pesait peu avant sur la série. C’est perdre énormément en matière d’identité. Si le visuel est donc aussi hostile et glauque qu’auparavant, difficile pour ma part de trouver le pari réussi dans la mesure où les zones sont devenues trop vastes.

Reste que, artistiquement et techniquement, le titre est bien au-dessus de ses prédécesseurs, et tire le meilleur de ses aînés pour offrir un visuel des plus convaincants. Il en va de même pour la partie sonore ; en matière de bruitages / musiques / doublages, Dark Souls 3 s’avère tout aussi exceptionnel que ce que la série nous avait habitué à expérimenter. Les musiques sont magistrales, les bruitages travaillés et hautement immersifs, tandis que les doublages sont toujours autant réussis. On peut donc pour une fois tirer un bilan technique positif sur la série, ce qui n’était clairement pas gagné.

Fait amusant : les efforts d’accessibilité, opérés par Dark Souls second du nom, trouvent ici une extension des plus importantes. Le titre est beaucoup moins vague, et indique beaucoup mieux les objectifs du joueur afin de progresser dans l’histoire, même si l’on doit encore composer avec de vagues discours énigmatiques en guise de descriptif de l’univers. Toujours est-il que l’univers est toujours aussi magnifique, agréable à parcourir, porteur de plans parlant beaucoup pour l’histoire et le background. On aurait franchement du mal à cracher dans la soupe : Dark Souls 3 est un titre qui peut prétendre au meilleur dans les domaines artistiques.

.

Le piège de l’exploitation intensive

Là, nous abordons un point que j’ai un peu de mal à identifier. Est-ce personnel, où est-ce réellement le cas ? La question se pose. Toujours est-il que depuis 2010 en Europe, nous avons connu cinq sorties de Dark Souls, et depuis le second, nous avons vu sortir un nouvel épisode chaque année. Non pas que je remette en cause la qualité de Bloodborne, ni même de ce troisième opus, mais je dois bien avouer que celui-ci me laisse plutôt sceptique sur pas mal de points, concernant le contenu, l’enrobage, et même l’univers.

D’abord identifié sous forme de clin d’œil, la reprise d’éléments, de noms, de références, de personnages propres à Dark Souls premier du nom me fait douter de ce troisième épisode. Encore que l’hommage et le fan service soit présent, je suis d’accord, mais retrouver les mêmes armes, les mêmes créatures (refaites pour l’occasion)… Énormément de similitude, étant donné que l’on retrouve même beaucoup de Bloodborne dans la direction artistique et le bestiaire du titre. Si ces accusations peuvent sembler osées, dans la mesure où le jeu est clairement différent de ses aînés, on peut aussi se dire qu’il s’agit du jeu étant le plus vite sorti de tous les Dark Souls.

Par ailleurs, Miyasaki, le créateur originel ayant annoncé diriger le développement, a dû être longuement occupé sur Bloodborne sorti un an à peine plus tôt. Comprenez que ces reprises, avec du recul, me paraissaient nécessaires pour diminuer le temps de développement du titre, camouflé par le fait que beaucoup d’éléments proviennent d’une exclusivité PS4 et que le premier Dark Souls date désormais de cinq ans (putain… cinq ans ?!). Je peux aisément comprendre que From Software se soit retrouvé à simplifier le développement du titre.

Est-ce que cela dérange le joueur lambda ? Pas du tout. Est-ce que c’est à même de déranger le fan de la série ? Peut-être. Tout dépend de votre tolérance à celle-ci, et si vous êtes prêt à accepter beaucoup de similitudes, malgré un contenu globalement original. Et c’est bien ce que l’on retient finalement de ce Dark Souls 3 : rien ne paraît repompé, mais le sentiment de déjà-vu est tout de même bien réel.

.

Déjà vu peut-être, dépassé au grand jamais

Voilà, j’ai fini le blabla technico-artistique dont on se fiche un peu avec du recul. Maintenant, parlons de ce qui intéresse tout fan du titre. Commençons par les changements qui sautent aux yeux : les ennemis sont beaucoup plus nombreux qu’auparavant. Si cette perspective vous effraie, référez-vous au texte ci-dessus jusqu’à vous souvenir de la mention faisant état de l’élargissement significatif de l’aire de jeu, et ajoutez à cela que votre personnage est désormais plus rapide. Cela rend les affrontements plus brefs, plus nerveux, et plus techniques.

Toujours aussi punitif, le jeu n’oubliera pas de vous rappeler que jouer un personnage statique et défensif a ses avantages et ses inconvénients. Vous aurez beau avoir une grosse armure, encerclé, vous êtes mort. Mieux vaudra donc isoler les adversaires en cas de mobilité réduite. Le personnage plus rapide quant à lui, devra compenser sa faible résistance par une vitesse clairement plus évidente que dans le premier Dark Souls.

Fini les combats statiques à base de contres destructeurs ! Jouissez désormais de cette mobilité pour prendre l’ascendant sur vos adversaires. Ce changement opéré à la série des Dark Souls n’a rien d’anodin, rappellera à certains que Bloodborne a existé, et que son influence est bel et bien présente dans cet épisode. Une fois le changement digéré, et l’acceptation de cette nervosité nouvelle passée, le tout fonctionne encore mieux qu’auparavant. Les builds plus variés que dans l’exclusivité PS4 permettent de laisser s’exprimer le joueur, pour son plus grand plaisir.

On notera aussi de l’arrivée plutôt discrète des « arts des armes« , sortes de pouvoir unique attribué à chaque équipement. Ces pouvoirs permettent d’enrichir légèrement les possibilités de jeu, et s’intègre assez naturellement à l’ensemble. Malheureusement, à l’usage, ils me paraissent assez peu utiles et peu nécessaires à la progression du joueur. Mais nul doute que les fanatiques de la série leur trouveront un usage !

Ces nouveautés, qui apporteront un vent de fraîcheur aux joueurs n’ayant pas touché à Bloodborne, s’accompagne d’une conception des niveaux qui, si elle ne me paraît pas aussi brillante que celle du premier Dark Souls, arrive à faire bien mieux que le second épisode de la trilogie. Moins interconnectées, elles n’oublient pas d’être cohérentes entre elles, et se permettent de proposer quelques raccourcis à débloquer en progressant.

Toujours aussi efficace, les labyrinthes de ce Souls, désormais plus espacés, raviront les amateurs de jeux bien faits et bien pensés. Zones secrètes, construction intelligente à défaut d’être ingénieuse, chemins alternatifs… Tout est là pour assurer le travail. Certes, il ne fait pas mieux que le premier Dark Souls. Mais, ce troisième opus fait tout de même son travail efficacement, bien que le manque de génie finisse par peser quelque peu sur le plaisir de la découverte, notamment dans certaines zones, qui sont clairement moins travaillées que d’autres en ce domaine.

Parlons maintenant des adversaires les plus féroces de cet épisode. Rassurez-vous, ils valent leur pesant d’âmes, et sauront vous donner du fil à retordre. Beaucoup feront appel à vos compétences de joueur, d’autres appelleront à votre réflexion, et aucun d’entre eux à l’exception d’un seul, n’a oublié d’être réussi visuellement et original. Si vous croisez le Veilleur des Abysses d’ailleurs… Martyrisez-le pour moi. Vingt essais. Vingt essais que tu m’as coûté, espèce d’enfoiré ! Notons tout de même qu’il m’a semblé que l’ensemble était globalement plus facile que le reste de la série, mais peut-être suis-je désormais habitué aux Souls

Parlons maintenant des détails qui font les différences : pour progresser dans les niveaux, plus que jamais, le titre jouera sur la verticalité et la capacité du joueur à savoir où il faut tomber pour progresser. Les feux de camp sont désormais plus nombreux, pour simplifier et fluidifier la progression ; marque claire d’une volonté de rendre plus accessible la série. Dans le même ordre, le hub de Demon’s Souls, ou même de Dark Souls 2, fait son grand retour avec son environnement rassurant, dans lequel le joueur retrouvera tout ce qui lui est nécessaire pour progresser. Du côté des âmes, rien ne change ; elles sont toujours récupérées en tuant les monstres, servent toujours à acheter, améliorer le personnage et l’équipement. Bref, les âmes, c’est bon. Mangez en.

Petite note pour les trolls du fond de la classe : la caméra du jeu suit désormais correctement l’action et se plante beaucoup moins. Ne pleurez pas cependant si l’IA est plus agressive ; elle a aussi tendance à suivre des routes prédéfinies qui, si on l’en dévie, risque de faire n’importe quoi et de tomber dans le précipice non loin. Histoire vraie : j’ai vu deux chiens morts-vivants et un paysan possédé se suicider en tombant d’une falaise, car ils ne savaient pas quoi faire face à un rocher sur leur route. IA brillante d’après la presse spécialisée, bah voyons.

.

Marcheur, quel est ton vrai avis ?

Bien que je n’ai pas vraiment manqué une occasion de dire ce que je pense de ce troisième Dark Souls au cours de cette critique, je dois dire encore plusieurs chose. Oui. Dark Souls 3 est un excellent jeu, qui n’a pas grand chose à envier aux autres épisodes de la série.  Mais est-ce que ce Souls dépasse le mètre étalon Dark Souls premier du nom, ou même le père de la série, Demon’s Souls ? Non. Pas parce que le jeu est moins bon. Ce n’est pas vraiment le cas. C’est juste que ce troisième épisode est un bilan.

Tout ce qui a été vu, fait, et perfectionné dans les anciens jeux se retrouve dans ce titre, ce qui en fait le meilleur moyen d’entrer dans la série. Beau, carré, généreux, Dark Souls 3 est certainement le Souls à faire pour saisir ce qu’est la formule de cette saga, et si elle est apte à nous plaire ou non. L’ennui, c’est qu’il gagne en maîtrise ce qu’il perd en identité. L’ambiance fait moins bien que d’habitude, car elle souffre de l’ouverture du titre, et de son parti-pris très moderne de faire toujours plus vaste et toujours plus beau, parfois au mépris de l’atmosphère. Moins hostile que ses prédécesseurs, excepté Dark Souls 2 (… promis, on en parle un jour), ce nouvel épisode rate le coche pour ma part en matière d’atmosphère et lieux marquants.

Parce que la série a définitivement exploré tout ce qu’il y avait à faire dans l’univers de la dark fantasy, et c’est d’ailleurs pour cela que Bloodborne a misé sur un univers plus frais. Le retour à quelque chose de plus conventionnel est douloureux ; la constatation de la maîtrise de l’ensemble a vite laissé place à un sentiment d’épuisement, d’épisode final qui donne tout ce qu’il a, mais qui le fait en étant déjà bien essoufflé. La redite pointe le bout de son nez, et Miyasaki a été intelligent. Qu’il s’y tienne. Les Souls et leur formule appartiennent désormais à l’histoire du jeu vidéo. Qu’ils inspirent d’autres, et reste à jamais une étape importante de l’histoire du média. Mais, pour ne pas être de mauvaise foi, je dois bien avouer que jamais le jeu ne m’a particulièrement ennuyé. Il s’avère assez habile et varié pour que le joueur chevronné trouve son compte et apprécie grandement l’expérience.

Si elle n’est pas aussi magique que son illustre prédécesseur, Dark Souls premier du nom, la construction de l’univers et le placement des adversaires, ainsi que leurs stratégies, donneront du fil à retordre à tous types de joueurs. Vous occupant pour au moins une vingtaine d’heures si vous êtes un expert de la série, trentaine si vous êtes plus dans mon cas, et beaucoup, beaucoup plus pour ceux qui voudront jouir de l’excellente rejouabilité du titre. Petite note personnelle : j’ai à peu près tout fait en vingt trois heures, ce qui est plus court que mon expérience sur les autres opus. Donc, malgré tout, Dark Souls 3 est un très bon jeu. Un épisode nécessaire, car malgré ses faiblesses, il marque la fin d’une grande saga avec respect du joueur. Félicitation mon petit gars, tu es une réussite.

.

Dark Souls 3 est donc le Souls le plus maîtrisé, le plus poli, et le plus à même de faire rentrer les joueurs curieux dans l’univers de cette saga. Fin heureuse d’une série pour qui il était surement temps de partir, ce titre saura vous faire souffrir, et vous occuper de longues heures que vous ne regretterez pas. Dark Souls 3 est donc un sérieux concurrent au titre de jeu de l’année. Que la concurrence en prenne de la graine, et nous offre des jeux aussi passionnés et plaisants !

Tags

A propos de l'auteur : Marcheur

Photo du profil de Marcheur

Rédacteur de Loutrage aimant le jeu vidéo dans tous ses pluriels et appréciant tout particulièrement réfléchir sur le média.

6 Commentaires sur “Dark Souls 3”

  1. Photo du profil de flofrost flofrost dit :

    L’un des jeux les plus attendus de ces derniers mois, une critique qui tombe très tôt parce que t’as eu la chance de recevoir le jeu bien en avance (merci Namco/Bandaï), et pas un seul commentaire…Tu me fais de la peine mon pauvre, faut croire que tu marches seul (haha). Tu devrais vraiment penser à cette opération dont je t’ai parlé, je connais un mec il te fera un bon prix, après tout dépend de la taille de bonnet que tu choisis. Par contre ça te dérange pas que ça se fasse dans l’arrière boutique d’une boucherie ?

    • Photo du profil de Marcheur Marcheur dit :

      Boarf, les articles solitaires j’ai l’habitude ^^ au moins j’ai pu jouer au jeu en avance et ce sans dépenser un kopec. Pour l’opération, j’en suis pas encore à renier mon genre, mais si un jour par désespoir je venais à vouloir changer, dis à ton boucher de préparer son outillage !

      Sans déconner, j’t’avoue que j’étais bien plus vert pour le manque de réaction vis à vis de Phantom Pain, une critique que j’ai soignée à fond et que j’ai voulu la plus exhaustive et agréable possible et au final… Un commentaire à la qualité douteuse. Là j’avais envie de me pendre.

  2. Photo du profil de Toupilitou Toupilitou dit :

    Bon sinon, pour en revenir sur Dark Souls 3, heureusement que c’est pas moi qui l’ai testé… J’en serai encore au tuto à l’heure qu’il est !

Laisser un commentaire

Groupe Steam

Derniers commentaires

Aller à la barre d’outils