CQFD : Octobre 2018

CQFD - Ce Qu'il Fallait Démonter

Octobre. Les feuilles tombent, on passe de plus en plus de temps à l’intérieur, bref, c’est la déprime. Enfin, là, je parle surtout pour moi, car pour d’autres c’est le meilleur moment de l’année. Imaginez un peu la joie d’un pédophile qui a droit à la livraison à domicile ; même pas besoin de sortir la camionnette. En fait, Halloween, c’est un peu leur Noël à eux. Eh ouais, on est comme ça à Loutrage, des gens biens qui se réjouissent du bonheur des autres.

 

Toupilitou : Waaah ! J… Je ne peux que citer Marcheur : « Tout se calcule sur l’échelle de Navarre sur Loutrage ; je suis à 5 sur l’échelle de Navarre, Toupilitou à 7, et Flofrost à 9 ».  Je crois que la théorie vient enfin d’être éprouvée avec cette intro tout droit sortie de l’enfer.

Forza horizon 4 est arrivé au début du mois. Il me faisait de l’œil car la série ne m’a jamais déçu, bien au contraire. Malheureusement, ma One X est capricieuse, et j’ai dû passer mon tour. Désormais j’attendrai une petite promo pour m’y mettre. On a également vu un jeu très attendu (… enfin, par les anciens membres du club Dorothée en tout cas) arriver chez nous, à savoir Fist Of The North Star : Lost Paradise. Vous le connaissez peut-être sous un autre nom : Yakuza Ken (non, ce n’est pas le titre d’un film porno… quoique… Etienne, tu peux vérifier dans ta collection stp ?), vous prenez la série de SEGA, le manga de Tetsuo Hara et Buronson, puis vous balancez ça dans un shaker, et le tour et joué. Est-ce que j’y ai joué justement ? Eh ben non. Est-ce que j’y jouerai ? Y a de fortes chances. Je dois cependant avouer que le résultat me fait un peu peur, sachant par exemple qu’on a plus ou moins remis les cabarets des Yakuza là-dedans. J’avoue avoir du mal à imaginer Kenshiro s’occuper de ce genre de truc, et encore, je ne vous parle même pas du mini-jeu où ce dernier prépare des cocktails… Mouais…

Si vous aimez la baston mais que vous êtes trop lâche pour monter sur un ring, et qu’à cause de #balancestonporc vous n’osez plus vous défouler sur votre femme, rassurez vous, Soul Calibur 6 est là. Je ne suis pas un grand fan des jeux de baston, mais je me souviens m’être bien amusé avec le premier sur Dreamcast (bordel, qu’est-ce que je peux aimer cette console !), et puis dans celui-ci on aura droit de jouer Gégé. En effet, CDProjekt et Namco Bandai étant en bons termes, un accord a été trouvé afin qu’il puisse mettre ses talents de bretteur à l’épreuve. Du coup une question se pose : épée d’acier ou épée d’argent pour Yoshimitsu ? Pour le reste, si vous n’êtes pas au courant, c’est que vous vivez dans une grotte (… c’est toujours mieux que de marcher dedans ! Haha…Ha…OK, désolé), Red Dead Redemption 2 arrive. J’ai été rassuré sur la partie solo par les récentes interviews, alors je vais comme beaucoup craquer, et espérer que contrairement au dernier GTA, Rockstar ne se contente pas d’alimenter la partie multijoueur en nouveautés, et que du contenu solo sera rajouté régulièrement. Eh puis il ne faut surtout pas oublier qu’avec cette sortie arrive une autre bonne nouvelle : désormais, ils peuvent enfin se mettre à bosser sur un nouveau Bully !

Comme je l’ai mentionné plus haut, octobre c’est Halloween (non, je ne ferai pas la blague du téléphone, même moi j’ai des limites), et ça n’a pas échappé à des petits malins qui vont en profiter pour nous sortir Call Of Cthulhu. Focus a en effet décidé de sortir ce jeu très attendu le 30 Octobre, et je n’ai aucun doute sur le fait qu’on en parlera ici, puisque je vais vous dévoiler un secret : Focus, on les aime bien sur Loutrage. En tout cas, la majorité d’entre nous. Quant aux autres, ils se taisent. Pourtant, vous aurez remarqué que la censure c’est pas vraiment notre truc… Maintenant que j’y pense, le fait qu’en revanche il en soit tout autrement pour les châtiments corporels et autres violences psychologique a peut-être un lien. Personnellement, après les chamboulements que la société a connu, j’avoue qu’il y a de fortes chances pour que ce jeu soit celui qui me fera continuer de conjuguer le verbe aimer au présent quand je parle d’eux… ou me fera malheureusement utiliser le passé.

Marcheur : Houla Flo ! N’oublions pas ce qui suit : The Surge 2, Greedfall, Innocence : A Plague Tale, et le final de The Council. Y a encore chez Focus de quoi manger pour 2019. Après, l’avenir reste à déterminer selon ce qui sera annoncé dans leur What’s Next ? du début d’année. Mais ouais, le Call Of Cthulhu est intéressant, d’autant que c’est le grand retour de Cyanide à quelque chose de très narratif. Et comme on le sait ici : ils avaient fait un formidable travail sur Game Of Thrones, donc toutes les raisons sont là pour se lécher les babines.

Alors qu’ai-je à dire en ce (beau) mois d’Octobre ? Eh bien plus de choses que d’habitude, et surtout, plus de bonnes choses que prévu. Tout d’abord, contrairement à notre ami du dessus, j’ai pu jouer à Forza Horizon 4 et je peux signer : oui, c’est le meilleur Forza Horizon sorti depuis le premier. Tant et si bien que j’ai déjà dépassé les 25 heures de jeux ; ce qui m’avait pris plus de deux mois sur le précédent m’a pris ici environ trois semaines. Donc si vous êtes résistant à la merde qu’est le Windaube Store (en espérant de belles annonces à ce propos lors du XO18 le 10 novembre ; je ferai un article sur le sujet, soyez-en sûrs), vous pouvez y jouer sur la sainte master race, ou alors vous pouvez mettre la main sur une Xbox One.

Sinon, j’ai pu jouer au surprenant mais très bon mod de Dark Souls jeu de Dark Star – un studio chinois – Sinner Sacrifice For Redemption. J’ai pris un pied assez dingue sur ce titre, grâce à son concept habile de mêler le principe de régression au Soulslike. J’en parlerai davantage dans la critique qui lui est dédiée et qui viendra quand Toupi aura décidé de la corriger re-corriger mettre en page dropper (… faut dire qu’en ce moment, je retrouve un rythme d’écriture infernal). D’ailleurs, avant de contribuer à cet article, je ne savais pas s’il aura publié la critique de Forza Horizon 4… réponse ? Non pas encore. Bah, ça va arriver. Pas d’inquiétudes. Comme je l’ai dit : vous pouvez y aller.

Sinon j’ai aussi pu poser mes paluches sur le DLC SpearBreaker pour Halo Wars 2. Si vous vous en souvenez, j’avais critiqué ce jeu il y a plus d’un an, et il m’avait bien surpris. Donc comme j’avais envie de retâter un peu de notre ami développé par Creative Assembly et supervisé par 343 Industries, j’ai pu finir le contenu en une traite. Deux heures plus tard, les deux missions étaient bouclées avec un bilan positif, car elles se sont avérées plus riches, exigeantes, et profondes que toutes celles du jeu de base. J’en veux pour preuve que chacune m’a significativement plus résisté que celles du jeu de base, avec notamment une IA plus retorse (la course contre la montre finale est assez intense mine de rien).

Aussi, dans ma boulimie retrouvée (mais pas mes kilos, tant mieux !), j’ai pu commencer le titre Outcast : Second Contact, remake d’Outcast sorti sur PC en 1999. Ce jeu-là brillait par sa narration, son monde semi-ouvert, et son univers assez dingue. Est-ce que le remake vaut quelque chose ? Déjà, force est de constater que malgré des contrôles pas super réussis, des animations désormais datées comme il faut, et un système de combat qui aurait demandé une révision plus profonde, l’alchimie fonctionne diablement bien. Notamment grâce à un univers de Science-Fiction pas banal, et la voix française de Bruce Willis (Patrick Poivey, qui a aussi repris le rôle de Blazkowicz pour remplacer le regretté Patrick Béthune), qui fait un taff merveilleux pour rendre le héros le plus agaçant / attachant possible. Donc Outcast : Second Contact à petit prix, c’est une plaisante opportunité de découvrir un jeu pas banal, et je vous conseille de vous y essayer.

Vais-je finir de causer ? Il semblerait bien que non, parce qu’une rumeur persistante (et dont on avait plus que largement causé auparavant avec Flofrost) a eu une confirmation officieuse en attendant la pleine et complète validation de sa véracité le 10 novembre prochain : Obsidian rejoindrait Microsoft Game Studios. Alors, oui, bien sûr, on entend déjà les hurlements à la mort de tous les côtés du globe, mais bon, faisons un petit cours d’histoire pour vous expliquer pourquoi ce n’est pas une (si) mauvaise chose au demeurant. Obsidian Entertainment, sacré histoire, sacré gaillard que celui-là. Probablement le studio auquel je tiens encore le plus, car il a tout de même à son actif trois tueries que je considère comme des classiques absolus : KOTOR II, Alpha Protocol, et bien sûr Fallout New Vegas.

L’ennui d’Obsidian a été simple pendant des années : être dans l’ombre du cousin plus glorieux Bioware. Longtemps considéré comme parent pauvre et traité en tant que tel (KOTOR II, commande à la suite du succès du premier ; Neverwinter Nights 2, pareil…). La seule vraie lumière dans l’existence du studio, c’est quoi ? Le succès mérité de Fallout New Vegas ? Terni par la prime qu’ils n’ont pas reçu parce que le jeu a eu 84 sur Metacritic et non 85 (un contrat est un contrat, personne n’est coupable, ni Bethesda, ni Obsidian). La vie d’Obsidian c’est surtout des jeux de commandes, parfois une fois un contrat sur une nouvelle IP pour SEGA (Alpha Protocol donc), et enfin le chapitre Kickstarter que l’on appellera poliment la saga nostalgique d’Obsidian : Pillars Of Eternity (ou Pillow Of Shiternity pour certains… moi compris).

Mais il y a une partie de l’histoire d’Obsidian que vous ignorez peut-être : Stormland. Si vous êtes familier du nom, alors vous n’êtes peut-être pas totalement étranger à Microsoft. En effet, Stormland était un jeu en développement pour la Xbox One, basé sur le moteur Onyx Engine (Dungeon Siege III, South Park : The Stick Of Truth… ce ne sont pas les meilleurs jeux du studio, on est d’accord, mais j’ai passé du bon temps dessus). Sauf que le développement se passait assez mal : difficultés diverses, réalisation datée… Le jeu faisait fin de septième génération davantage que début de huitième, et le dirigeant de la branche Xbox de l’époque (Aka ce gros enfoiré de Don Mattrick… à qui l’on doit quand même Ori And The Blind Forest, D4, et Sunset Overdrive, donc ça reste relatif) a décidé que le jeu ne collait pas à l’ADN de la machine (vous savez… Kinect… tout ça…).

Eh bien croyez-le ou non, la séparation Microsoft / Obsidian s’est faite sans gronder, car Obsidian ne semble pas en avoir pris ombrage. Tant et si bien que lorsque Tyranny et Pillars of Eternity II font des ventes décevantes (sans être des gros bides non plus), Obsidian est venu demander à Microsoft – alors en quête de studios – s’il serait possible qu’il soit racheté. Là, l’histoire s’arrête, parce que le reste est encore un peu flou, et je ne veux pas m’avancer. Mais tout ça pour dire que : Obsidian serait probablement fermé dans les années qui viennent (ou aurait viré du monde) si Microsoft n’avait pas fait en sorte de les racheter. Cela laisse pas mal d’inconnues : quid du projet partiellement financé par 2K Games ? Inconnu au bataillon vu qu’il n’y a pas encore eu d’annonces. Quid des licences Pillars et Tyranny ? Il se murmure qu’il y aurait deux équipes chez Obsidian ; une continuant les RPG dit « à l’ancienne » (Microsoft ayant envie de draguer le public PC aussi, ne l’oublions pas), et une travaillant sur de plus gros projets. Comme avant quoi.

Donc voilà. On en saura un peu plus pour le CQFD de Novembre mais je tenais à en parler, parce que même s’ils m’ont déçu ces trois dernières années (faut vraiment que je fasse Tyranny), Obsidian, même sans Avellone dans leurs rangs, reste un studio de gens très compétents qui ont travaillé sur des titres formidables. Et le passé où je les adorais est moins lointain que je veux parfois le faire croire. Croisons les doigts pour que le rachat se passe bien, que Microsoft donne les moyens, ne les fassent pas chier, et ensuite… Prions pour qu’Obsidian redevienne digne de ce qu’ils ont été pour moi : des producteurs officiels d’Intouchables. Ah et… J’ai acheté Red Dead Redemption 2… Voilà. Donc j’imagine que je vais probablement écrire une critique pour expliquer que j’ai encore un peu de mal avec le titre Rockstar, mais que ça reste un jeu incroyablement bien réalisé, et bla et bla et bla… 12 /10, mangez-en, 4K, 30 fps caillou solide…

J’allais commencer à rajouter quelque chose, mais finalement, je dois publier ce texte dans 27 minutes, et j’ai encore une tonne de trucs à faire : un retour sur ma participation de juré aux Ping Awards, un retour sur mon passage à l’Indie Cade, écrire une ode à l’amour sur Divinity Original Sin 2, terminer Final Fantasy XV (celle-là est pour toi Nini), patauger dans les temps de chargement de Pathfinder : Kingmaker, et gérer un pledge groupé sur Realms Beyond. D’ailleurs, cet aprèm, vous verrez poper sur la page un reward très particulier portant le nom de votre site préféré. Squattage / 20.

…. Merde merde merde, 20 ; c’est le nombre de minutes qu’il me reste pour foutre les images dans cette chronique !

A propos de l'auteur : flofrost

Avatar

J'ai l'air méchant comme ça, mais ce n'est qu'une impression. En vrai je suis pire !

0 Commentaires sur “CQFD : Octobre 2018”


Connectez-vous pour laisser un commentaire

Groupe Steam

Derniers commentaires

Aller à la barre d’outils