The best for you : The Walking Dead – Final Season

The best for you : The Walking Dead - Final Season

Feu Telltale avait bien des défauts, mais la manière dont il a développé sa saga Walking Dead n’en faisait à mon sens clairement pas partie. Même dans ses travers (la saison 2, et A New Frontier sont considérés comme tels), j’ai trouvé le travail du studio remarquable à bien des égards. La mort du studio à la sortie de l’épisode 2 de la dernière saison a bien failli annihiler toutes chances de voir une conclusion, et m’a mis dans un état de déception assez profond. Fort Heureusement, Skybound, partenaire historique du studio, a décidé de prendre sur lui la complétion des deux derniers épisodes, en réunissant la majeure partie de l’équipe originale, ainsi que le compositeur Jared Emerson-Johnson, non pas pour que tout finisse bien, mais que tout finisse au mieux. C’est non sans émotion que je suis allé au bout de cette dernière aventure, en deux soirées, qui vient à la fois ne pas changer grand chose dans la formule Telltale, mais en plus faire une dernière fois la démonstration que ce studio va nous manquer.

 

The Walking Dead : The Final Season, composé de quatre épisode de deux à trois heures, s’avère être légèrement plus long que A New Frontier et un peu plus court que la saison 2. Tant mieux ; la première saison avait de désagréables longueurs, et avait aussi des travers de remplissage totalement disparu dans A New Frontier, et probablement encore plus absents dans cette ultime saison. Si l’on reprochait à Telltale de chaque fois faire reculer l’interactivité au profit de la cinématisation sans discontinuité à chaque nouvel opus, pour cette fois, les critiques ont été entendues. Sans être de la « complexité » de la première saison, les phases de puzzles sont de retour, avec plus d’exploration et un retour salué d’une action plus interactive afin de donner de la tension aux affrontements.

On trouve aussi l’introduction d’objets à récupérer dans les tableaux. Guère nombreux, ces derniers témoignent tout de même de la volonté de Telltale de mettre en avant une caméra désormais libre dans certaine séquence, dont le placement est d’ailleurs une directe référence à Resident Evil 4. The Walking Dead : The Final Season, c’est aussi l’occasion pour Telltale d’introduire des résumés de fin d’épisode plus denses (avec des détails sur la perception des personnages sur nos actions), ainsi qu’un générique de début (idée introduite dans cette merde de Michonne) ainsi que des descriptifs d’objets. Vous trouvez ça chiche ? Eh bien vous avez raison. Est-ce que ça compte ? Pas vraiment.

Si l’on se sent un tout petit peu plus « acteur » dans cette dernière saison, Telltale fait son travail comme d’habitude et apporte juste un peu de neuf en façade, perfectionnant sa technique de QTE et les intégrant plus organiquement. Avec des choix désormais un peu moins dirigistes que des simples options de dialogues, le studio montre une nouvelle voie pour eux, non pas pour se révolutionner, mais pour évoluer. Bien sûr, tout est fini pour Telltale, mais les membres du studio qui ne manqueront pas de se disperser, pourront certainement apporter leur expertise à d’autres studios.

Car au risque de faire grincer des dents les détracteurs historiques du studio, sachez qu’une fois encore, la gestion du rythme et de l’histoire est parfaite. Attention, on doit toujours avoir affaire à des trous dans l’intrigue, quelques moments un peu « hum, c’est gros ça » , et des faiblesses d’écriture bien réelles… Cela dit, une nouvelle fois, Telltale choisit de raconter quelque chose de différent, s’éloignant de la première saison tout en travaillant le parallèle de manière évidente. Les références ne manquent pas, les thèmes, des images, des clins d’œil, des répliques, une séquence entière, un twistTelltale s’amuse en recyclant la première saison tout en transformant profondément le sens de ses éléments repris.

Si bien que, si l’on voit bien que Telltale a fait en sorte de caresser les fans de la première heure, ce n’est pas juste pour faire un cadeau, c’est aussi une manière pour eux de synthétiser. En ne reniant ni les accomplissements de la saison 2, de A New Frontier et en essayant de faire mieux encore, Telltale se montre respectueux des joueurs, de son œuvre, mais aussi et surtout, de son personnage construit petit-à-petit par eux-même, comme par ceux qui l’incarnent : Clementine est au top de sa forme.

Et si elle est en forme, c’est pour mieux mettre en avant ce pour quoi elle se bat cette fois : pour faire mieux que Lee. Cette boucle que Telltale choisit de boucler, jusqu’à aller refuser aux joueurs la conséquence d’un choix pourtant poignant est un beau pied de nez. Dans une séquence que je ne divulgacherai pas (com-com-com-combo !) Telltale envoie un dernier uppercut dans le nez des détracteurs en retournant à son avantage une des limites de leur formule. Preuve de maturité – voire d’humilité à bien y regarder – Telltale parvient avec ses codes à donner du sens à son travail de longue haleine.

Le casting est bon (à l’exception de l’antagoniste ici trop « gros » ), la mise en scène a pris du niveau, les dialogues sont plus naturels, les environnements sont superbes, les animations sont plus crédibles… Bref, Telltale fait son jeu à sa façon, mais le fait désormais avec grand soin. Le soin qu’il fallait d’ailleurs pour que The Walking Dead brille une dernière fois. Vous ne pouvez pas savoir à quel point je suis heureux d’avoir pu finir avec eux cette aventure, de l’avoir d’ailleurs conclue le jour de mon anniversaire pour marquer le coup et ma mémoire. Cette dernière saison ne viendra convaincre personne que Telltale était prêt à changer et à devenir meilleur, mais elle fait tout de même le nécessaire pour montrer une nouvelle et dernière fois, dans un final tout ce qu’il y a de plus sincère et poignant, que Telltale n’était pas parfait, mais aimait profondément The Walking Dead.

 

The Walking Dead : The Final Season n’est peut-être pas la conclusion qu’il fallait pour convaincre le monde que Telltale pouvait faire mieux, mais elle est celle dont Telltale avait besoin pour délivrer un dernier message aux joueurs. Jouant de ses faiblesses historiques pour mieux mettre en avant ses qualités historiques, Telltale délivre là un chant du cygne particulièrement émouvant sans tirer les larmes cette fois, une occasion de finir ce chapitre et de repartir le cœur léger malgré la fermeture du studio. A tous les membres de l’équipe : je vous souhaite le meilleur pour votre avenir, vous l’avez mérité.

Jared Emmerson-Johnson, The Walking Dead : The best for you

 

Succès déverrouillé : Merci Clementine

Nota Bene : Même si la séquence qui joue en écho avec la saison 1 m’a paru pertinente du point de vue symbolique, toute la suite est tout de même dans un mode « fuck la logique » qui peut vite décevoir les plus pointilleux d’entre-vous. Très honnêtement, j’ai adhéré à cette fin parce que j’avais envie de la voir… Mais ça ne sera peut-être pas votre cas.

Tags

A propos de l'auteur : Marcheur

Avatar

Enfant attardé de Kreia et d’Alfred de Musset. Pense que tout est narration, et répète sans cesse qu’il donne tout en dansant comme un ouf

0 Commentaires sur “The best for you : The Walking Dead – Final Season”


Connectez-vous pour laisser un commentaire

Derniers commentaires

Aller à la barre d’outils