Les musiques des Bioware

L’insubmersible Marcheur est de retour (… la technique, c’est de ne pas aller dans l’eau) pour vous parler des musiques des jeux Bioware. Pour quelle étrange raison ? Eh bien, on peut déjà dire que le sujet est assez vaste et les qualités ludiques de leurs titres tout à fait contrastées. Mais, si l’on parle ici de quelque chose, c’est bien des musiques. Et de ce côté, le studio canadien a toujours su bien s’entourer. En réalité, j’ai pensé à faire cet article parce que cela faisait bien longtemps que je n’avais pas fait autre chose que des critiques, et que l’E3 m’a bien déçu en matière d’informations concrètes sur le futur Mass Effect : Andromeda. C’est donc l’occasion de tromper mon impatience, mais aussi d’exposer les nombreuses qualités musicales des titres du studio.

 

Le space opera d’après Bioware : Mass Effect

Hormis le sexe inter-espèce, et le gâchis d’une trilogie somme toute très solide par la fin d’un troisième opus décevant, on ne retient que peu de choses de la saga Mass Effect, si ce n’est qu’elle est très sympathique à jouer. Le premier épisode reste malgré tout un classique indémodable, montrant que Bioware n’était peut-être pas si mal à faire des exclusivités Microsoft avant de se faire manger par EA. Mais, avant de me mettre à dos tous les fans du second épisode, je tiens à le dire et le certifier sur l’honneur : j’aime aussi énormément le second opus, que je considère comme le titre le plus adéquat à faire rentrer les profanes dans la saga.

Mais là où je ne discute plus les défauts des trois titres, c’est dans leur bande-son respective. Si les accents SF tout à fait succulent du premier Mass Effect, et la maîtrise de Jack Wall finissent par manquer dans le troisième épisode, force est de constater que les nombreux messieurs, s’étant partagé la tâche d’animer le spectacle audio de la série, sont tous très talentueux.

Il y a évidemment de grandes, très grandes différences entre les musiques des différents Mass Effect, ce qui rend le marathon de l’écoute des soundtracks de la saga tout à fait plaisant. Oui, j’ai écouté six heures et demi de musique d’un coup pour écrire cet article. Que vas-tu faire ? Si Mass Effect premier du nom garde les accents SF les plus prononcés, il reste aussi le plus calme des épisodes en matière de sonorité. Il compense son manque de punch par une variété assez impressionnante de sons, et va très loin pour accompagner le voyage de Shepard, tout en soutenant l’hétérogénéité que propose toujours ce titre en matière d’ambiances. J’aurais tendance à dire que je préfère la musique du premier Mass Effect, mais la vérité est que j’adore monsieur Jack Wall, et qu’il me serait difficile d’admettre que Clint Mansell l’a dévoré avec grande classe dans le troisième Mass Effect.

Mais, nous reviendrons sur monsieur « Requiem for a Dream » (… admettez qu’on oublie le film mais peu son thème principal) plus tard, et rendons pour l’instant hommage à Jack Wall et Sam Hulick avec ces quelques extraits:

 

Mass Effect : Main Theme

 

Mass Effect : Uncharted Worlds

 

Mass Effect : Love Theme

 

Mass Effect : Final Assault

 

Mass Effect : Saren

 

Le virage action réussi : Mass Effect 2

Pour Mass Effect 2, on ne change pas le duo du premier opus mais, on remet en question ce qui a été fait sur Mass Effect premier du nom. Le jeu prend un ton beaucoup plus obscur, et la musique s’alourdit assez logiquement en règle générale, plus grandiloquente, plus percutante ce qui se traduit par des sonorités plus action. On perd certes en contemplation pour gagner en rythme, ce qui n’est pas non plus une vérité générale, car Mass Effect 2 a ses moments plus posés. Comme dit précédemment, le premier épisode a le plus de sons proprement SF, mais le second garde quelques petites sonorités du même type très agréables.

Place à la musique, et cette fois, c’est plus punchy :

 

Mass effect 2 : Suicide Mission (en vrai, même le boss de fin fait pitié)

 

Mass Effect 2 : The Illusive Man

 

Mass Effect 2 : The Normandy Attacked

 

Mass Effect 2 : The Normandy Reborn

 

Mass Effect 2 : The Collector Base

 

Quand le virage mène à un mur : Mass Effect 3

Je prépare le terrain pour une future série de critique, et comme vous pouvez surement vous en rendre compte, j’ai adoré Mass Effect 3… Et non, je ne l’ai pas uniquement détesté pour sa fin tout à fait hilarante. Bon, Jack Wall cède sa place à monsieur, monsieur qui ? Monsieur quoi ? Vous le connaissez déjà, j’en ai parlé précédemment, l’ami Clint Mansell hérite pour l’occasion de toute l’équipe de son prédécesseur, et rend une copie tout à fait différente. Hormis les quelques remix et reprises des anciens jeux de la série, Clint Mansell réduit les sonorités typiques de Mass Effect et met désormais en avant un piano qu’il utilise brillamment.

Tout comme Mass Effect 2, le troisième est résolument tourné vers l’action (… au point d’en devenir ridicule), et met en avant un conflit tout à fait désespéré. Résultat, les musiques sont plus planantes, plus tristes, plus désespérantes et mélancoliques. Qui de mieux pour rendre une copie parfaite, que le maître des musiques qui te pourrissent le moral, Clint, hein ? Enfin, ce serait mentir que de dire qu’il n’a fait que cela pour cet opus. Bien au contraire. Il rend la copie la plus variée de la série, avec des pointes d’espoirs dans certaines, plus de rythmes dans d’autres. Un vrai beau travail qui relève l’intérêt d’un très discutable troisième épisode.

 

Mass Effect 3 : Leaving Earth

 

Mass Effect 3 : An End Once and for All

 

Mass Effect 3 : A Future for the Krogan

 

Il y a un spoiler dans le titre de la prochaine musique sélectionnée.

Spoiler dans le titre : Mass Effect 3 : Grunt Last Stand

 

Mass Effect 3 : I’m Sorry

 

Le paternel des Mass Effect : Star Wars Knights of The Old Republic

Bah oui, on ne parle pas que de Mass Effect dans cet article. Le premier KOTOR a sa place ici même, contrairement au second, même si je n’aurais pas hésité à le placer à la première occasion. Star Wars c’est des grandes musiques iconiques. Et pour avoir une bonne soundtrack, il fallait à Bioware le soutien d’un grand. Et ce grand se nomme : Jeremy Soule, que vous connaissez surement pour les musiques de Skyrim. Oui, c’est ce gars qui vous a fait rêver pendant au moins cent heures de jeu.

Et pour le coup, monsieur a effectivement repris les thèmes classiques de la saga, mais n’a pas non plus hésité à en composer de très différent, même s’il n’a pas l’audace de Mark Griskey qui composera le second opus (… voyez, je l’ai placé finalement !). La bande-son est extrêmement soignée et fera preuve de créativité pour évoquer la saga, mais aussi un univers étrangement nouveau. Nous explorons en effet un Star Wars qui diffère beaucoup des films. Pour votre plus grand plaisir :

 

Star Wars Kotor : The Old Republic

 

Star Wars Kotor : Inside the Sith Base

 

Star Wars Kotor : Darth Malak Battle

 

Star Wars Kotor : Bastila Shans

 

Star Wars Kotor : Korriban Sith Academy

 

Et c’est ainsi que ce termine ce musical article sur les Space Opera de Bioware. Et s’il y a un article sur les Space Opera, c’est qu’il y aura sans l’ombre d’un doute un autre article traitant des musiques des autres jeux du même studio. Comme vous avez pu le constater, il y avait plus d’écrit cette fois ; je ferai en sorte d’approfondir les sujets dans le futur, afin d’apporter de la matière concrète à ces articles, mais aussi de quoi donner plus à corriger à Toupilitou. A bientôt pour de nouvelles musiques !

Tags

A propos de l'auteur : Marcheur

Enfant attardé de Kreia et d’Alfred de Musset. Pense que tout est narration, et répète sans cesse qu’il donne tout en dansant comme un ouf

9 Commentaires sur “Les musiques des Bioware”

  1. Prypiat dit :

    SI je puis me permettre un petit ajout :

    Juste une envie de caser mon morceau préféré de la saga Mass Effect. 😉

  2. redd dit :

    j’adore également les musiques de cette saga, ma préférée étant « An End Once and for All » du troisième opus

  3. Shizam dit :

    En général, quand un studio prend de la « valeur-public » et que donc ses divers ateliers ou départements suivent , où plutôt techniquement, sont a l’origine de la montée en valeur du studio, celui lié à la musique est souvent un bon étendard.
    Au plus loin que je m’en souvienne, Bioware a par ailleurs toujours été d’un bon niveau dans ce domaine.
    J’ai encore en tête le thème de NeverWinter Night sur le panneau de lancement du jeu..Passe crème!..

    La musique a trés tôt été un des piliers dans le jeu vidéo, qui comme pour le cinéma, est un indispensable pour sa forme globale.
    Plus que cela même a mon avis.
    Le jeu vidéo a réussi à entremêler tous les genres, bien au-déla de ce qu’a fait le cinéma. Les grands compositeurs « pour jeux vidéo » sont souvent alliés à la fois à la musique dite classique, jazz, antique, culturelle, mais aussi trés proche des mouvements tel le rock, la pop, le R’nB, la world music, et la musique démonstrative.
    La musique « opéra » est également trés bien utilisée dans le jeu vidéo.

    Il n’y a qu’a voir les différentes playlist sur you-tube, la musique de jeu vidéo y est plus que présente.

    Je n’ai fais que Mass Effect 1 & 2, et si les thèmes ne sont pas aussi forts que celui d’un D.Soul pour TES, c’est quand même bien léché.
    On peut aussi se poser la question à l’envers:
    Si la musique sait se faire oublier, c’est qu’elle est bonne…
    Les musiques de type « Opéra » sont souvent dans cette case là.

    • Marcheur dit :

      C’est très vrai ce que tu dis sur la musique dans le jeu vidéo, elle est extrêmement importante surtout dans l’implication narrative qu’elle peut avoir sans ralentir l’action ou même l’interrompre (ce qu’une cinématique fera toujours).
      Mais pour le coup, une bonne musique pour moi ça n’est pas une musique qui sait ce faire oublier, même si je comprends la formule, on est pour moi dans la complémentarité, une bonne musique complète une scène ou une séquence et peut se faire remarquer sans gêner le jeu, je préfère remarquer la musique au lieu de l’oublier, mais c’est purement personnel.

      Parlant de ça, une bande son qui sait se faire remarquer: Divinity 2 Ego Draconis par le regretté Kirill Pokrovski, je me souviens de chaque musique parce qu’elle magnifiait le jeu, pareil pour le travail d’Olivier Derivière, où je passe mon temps à remarquer son travail sur les jeux Spiders, ou mieux encore, Remember Me (gros kiff cette soundtrack).

  4. Toupilitou dit :

    J’ai plutôt tendance à avoir la même vision que Shishi au niveau de la musique dans les jeux vidéo. Je la remarque très rarement, car je suis généralement tellement à fond dedans que je n’y fais pas du tout gaffe. Ça fait partie de l’emballage en somme.

    Pour que je la remarque (… et que je m’en souvienne), il faut vraiment qu’elle soit irritante… ou vraiment excellente. Ce fut d’ailleurs le cas pour celle de Shadowrun Hongkong que je me réécoute régulièrement ; la musique du combat contre le boss final, dans les transports parisiens en pleine heure de pointe sans climatisation, ça m’aide beaucoup à me préparer psychologiquement pour faire de l’apnée par intermittence pendant 1h30 de trajet ^^

  5. Shizam dit :

    Et les musiques « irritantes » sont légions dans les jeux.. 🙂
    Souvent dans les jeux trés arcades.
    Ou un thème trop présent et récurant sur une piste de combat, qu’on va se taper 200000 fois .

    PS: Y a moyen d’éditer un post Toupi?
    J’avais bien sûr dans la tête Jeremy Soule, et j’ai écrit D.Soul comme une tanche … Huthchinson ( Starsky & Hutch ) n’a rien d’un grand compositeur..Ou peut-etre à la flute à bec .. 🙂

    • Marcheur dit :

      Tu fais bien de parler de ça, parce que je viens de jouer à Unravel qui a de superbes pistes qui se répètent bien trop souvent, ça m’a rendu fou, ce qui m’a fait comprendre ta remarque et effectivement, quand le travail est mal fait, on aimerait ne plus la remarquer.

      Cela m’a rappelé The Witcher 3 tiens « léleley léleléleley léléley léleyléleyley hé ! »

Laisser un commentaire

Groupe Steam

Derniers commentaires

Aller à la barre d’outils