Final Fantasy VI

Final Fantasy VI

Ahaha. Ahaaaaahahahaha. Ahahahahahahahaha. Ahaaaaaaaaaaaaahahahaha hahahahahahahaaaaaa… Haaaaa… ha – euh… mais… Minute. Ils sont sérieux, les mecs qui mettent une note négative à ce truc sur Steam ? Bon, on dirait qu’on va devoir rempiler. Bonjour, bienvenue, tout ça. L’édition PC de FFVI ? Oui, c’est un port feignant. Oui, c’est la version mobile. Oui, les sprites des persos ont changé, pour ceux qui étaient là pour acheter le jeu en import à sa sortie et à prix honteux (Présent !).

 

Et euh… Et c’est très bien, en fait. Certes, le bilinear filtering est un peu dégueulasse, mais paraît qu’y a un mod pour ça et que ça va flinguer grosso modo dix secondes de votre vie. Dix secondes données pour obtenir quoi ? Simple : la meilleure version de Final Fantasy VI à ce jour, et une édition qu’on pourrait qualifier de quasi-définitive. Quasi, parce qu’il reste quelques points faibles :

On ne peut trier les objets que par catégorie. Mais ça ne s’avère vraiment gênant qu’au Colisée. Les sprites sont modifiés, aussi… Entendons-nous bien : que les gamins qui pleurnichent parce que ouin c’est pas les sprites de la version SNES aillent se nettoyer le fondement à la batte à clous. Mais qu’il y ait une censure supplémentaire par rapport à la version originale sortie y’a quand même vingt piges… De deux choses l’une : soit on vit dans un monde de plus en plus puritain et qui est en train de franchir la frontière du ridicule, soit on vit dans un monde de plus en plus puritain et qui est en train de franchir la frontière du ridicule. Dans tous les cas, virer le sprite de Celes attachée pour mettre platement en texte « Elle est attachée  » … Juste lol. Mais pas le lol drôle, le lol de dédain. Enfin passons.

On signalera aussi que, contrairement à Final Fantasy V, les boutons de la version mobile pour le sprint et pour l’auto-combat apparaissent à l’écran. C’est moche. Mais ça n’a rien de grave non plus. Enfin, les menus peuvent s’avérer légèrement agaçants pour qui a l’habitude de la vieille interface, en ce sens qu’il faut reprendre ses marques alors que l’ancienne mouture était plutôt pas mal, et la taille des boutons est un peu embêtante : on en voit moins à la fois, et donc on zappe parfois l’option qu’on voulait utiliser en combat. Rien de dramatique non plus, mais tout de même. Mis à part ça…

La traduction est de fort bonne facture : une faute repérée sur un playthrough quasi complet dans la langue de Molière, c’est pas dégueulasse, même si la faute en question était particulièrement risible. Le plaisir du jeu est parfaitement intact et les remaniements effectués sur cette version subliment l’expérience : fini le temps où Cyan était un gouffre temporel, dorénavant on peut le laisser charger dans son coin et s’occuper du reste. Fini le temps où l’on appuyait une fois de trop sur la touche de changement de perso, ici tous sont côte-à-côte et on navigue librement pour définir l’ordre d’attaque – ce qui, il faut l’avouer, devient absolument indispensable une fois que la commande « Mimer  » entre en action.

L’auto-combat est un don du ciel. Fini le temps passé à tapoter sur le bouton A comme un porc. C’est du bonheur, a fortiori pour le grind de post-game. Les modifications plus… oserais-je dire modernes sont un joli cadeau aussi : c’est pas grand-chose, mais savoir d’un coup d’œil si un Élixir est planqué dans l’armure la plus proche, c’est mieux – une fois encore – que la bonne vieille méthode du tapotage de A comme un porc. Certes ça affectera principalement les nouveaux joueurs, puisque les anciens savent précisément où trouver leur butin, mais c’est pas plus mal, au fond. La fonction d’auto-save et de sauvegarde rapide fait mouche, aussi. En tant que joueur PC, je préfère ça à un système de points de sauvegarde à l’ancienne. Qui a encore le temps de se retaper 40 minutes de jeu perdus pour cause de panne de courant, sérieusement ?

La résolution de jeu, nettement supérieure au bon vieux 256 x 224. J’avoue que c’est pas pour me déplaire, au contraire. Alors certes, c’est du 1368 x 720 ou quelque part par là… Mais je me demande : c’est quoi exactement l’intérêt de pleurer là-dessus ? C’est trop joli ou… ? Ah, c’est les bandes noires sur le côté ? Euh… Entre ça et un stretching puant, mon cœur balance… Ou pas. Certes, c’est pas du 1920 x 1080. Mais je vois pas l’intérêt. Les sprites sont pas prévus pour. Qu’on dise ce qu’on veut, une résolution correcte, c’est mieux qu’une résolution de SNES. C’est pas de la 3D, je dois pas me farcir de l’aliasing moisi à fond les ballons, j’ai aucune raison de me plaindre.

Les vieux bugs sont réglés aussi (Vanish-Doom, les gens ?), à de rares exceptions près. Les problèmes du lancement (type DRM always online) ont disparu, et je n’ai pas été témoin du fameux screen tearing dont beaucoup se plaignent. Ni du moindre plantage d’ailleurs. Et j’ai jamais été du genre à avoir de la chance ; je me contenterai donc de soupçonner une mauvaise foi crapuleuse. Ou un oubli volontaire de mettre à jour les reviews après les mises à jour du jeu… Ce qu’on pourrait qualifier de mauvaise foi crapuleuse. Je me demande si… Bah, je dois me faire des idées.

 

À l’heure qu’il est, c’est simple : le jeu est parfaitement jouable ; le choix de la version mobile était le bon quoi qu’on en pense. Certes, tout n’est pas parfait, mais on en est pas loin malgré tout. Pour peu que vous passiez outre les évidents reliquats de l’origine « mobile  » du titre, il vous fera un bon 60-100 heures, reste l’un des jeux phares d’une génération (et plus), et en toute honnêteté, n’a pas grand-chose à se reprocher. Heck, on a vu des jeux RPG Maker avec les assets de base à ce prix, de quoi faudrait-il se plaindre ? De devoir s’adapter à une nouvelle interface, ou juste de pas avoir une résolution qui n’apporterait de toute manière rien au titre ?

Tags

A propos de l'auteur : Hyeron

Pourrait retourner jouer à Call of Duty comme on le lui suggère, s'il avait seulement déjà approché cette franchise

0 Commentaires sur “Final Fantasy VI”

Laisser un commentaire

Groupe Steam

Derniers commentaires

Aller à la barre d’outils