R, comme Rectifions ton point de vue sur… les puzzle games

R, comme Relativisons les conneries des pseudo-journos

Ah, mes ouailles ! Ça faisait euh… Ouais, je sais, pas assez longtemps. Le problème, c’est qu’on ne cesse d’assaillir mon esprit avec une foule de logorrhées toutes plus infectes les unes que les autres, ce qui ne me laisse guère d’autre choix que de vous demander d’écarter bien fort les f… mains, et de mettre le cerveau sur ON. A priori l’exercice ne devrait pas être trop difficile du côté du lectorat de Loutrage, mais ailleurs, force est de constater que le principe même de la réflexion, c’est parfois plus compliqué. Ou plus con, tout court.

Bref, tout ça pour dire que je me faisais une joie, cette fois, de vraiment forer un deuxième trou du cul à un guignol quelconque. Ah oui, non, on va encore me dire que le vulgos, tout ça, mais… J’aime autant vous laisser juger par vous-mêmes de l’incompétence crasse du gaillard qui vomit ce genre d’inepties : https://archive.fo/83s70 – sous forme d’archive. D’une, parce qu’on ne sait jamais ; de deux, parce que ce torchon de putaclic de l’extrême ne mérite pas vos vues. Là. C’est dit. Le Monde, jeux vidéo, bon d’office tu te dis que ça va être épique, mais force est de constater que tu t’imaginais que les mecs avaient touché le fond, mais non : ils avaient trouvé des pelles.

Alors, quelque peu échaudé par le relent nauséabond de bêtise, de méconnaissance complète du sujet et du contexte, l’utilisation non-ironique de Metacritic (Obsidian t’envoie ses salutations, connard) et de JV.com (on signalera d’ailleurs au même « auteur  » que son super JV.com, les dieux de l’info, avaient carré un 14/20 à Portal, « l’un des titres les plus plébiscités de la décennie  » , EN PACK, sans quoi la note aurait été plus basse), les contradictions, la portée aux nues des walking sims et l’appel à la suppression du gameplay dans le torchon lié dans le torchon (inceptorchon donc), … Bref, le mec, y’a de quoi lui tailler le cercueil, un costard, une oraison funèbre, un set de godasses en ciment, un suicide dans un parking, et j’en passe.

Et puis j’ai baissé ma fourche. Après tout, on tombe là tellement bas qu’il serait avilissant de me rabaisser à apprendre son métier à un type capable de pondre un truc pareil. Et comme l’inspiration arrive toujours par la petite porte…

.

R, comme Rectifions ton point de vue sur… les puzzle games

Portal, en fait, c’est bien un 5/10. Et encore. Entendons-nous bien, j’abhorre mettre une note sur un jeu, sauf à vouloir jouer d’une crétinerie entendue par tous, ainsi qu’il m’arrive souvent sur Steam. Mais là, 5/10, c’est bien. 5/10, ça dit « moyen  » , ça dit « on a vu mieux, on a vu pire  » . Et très franchement, Portal, on a vu mieux et on a vu pire. Faut-il encore replacer dans le contexte du jeu, qui n’est pas limité à « zomg valve game zomg instabuy roflcopterbbqfmlhl3confirmed  » .

Le jeu s’inscrit déjà dans un héritage qui la lui met bien profond, en ce sens que Narbacular Drop était – et est toujours – un meilleur puzzle game que Portal. Encore faut-il y avoir joué, mais on n’en demandera pas tant d’un type qui voudrait sans doute que Gone Home et Dear Esther soient l’avenir du medium. Voilà, celle-là était purement gratuite, mais j’avais quand même envie de me défouler, en même temps. Sur ce, revenons à nos moutons. Du moins pour ceux qui ne sont pas – une fois encore – en train de m’écorcher vif dans les commentaires sans même avoir commencé à lire, puisque les choses sérieuses commencent ici.

Je ne parle pas ici du gameplay du jeu, des graphismes, de l’histoire. Tout ça, à vrai dire, j’en ai rien à cirer : on parle de puzzle games, de jeux de réflexion. L’histoire, qu’elle soit prétexte ou pas, on s’en fout ; le gameplay, que le jeu soit foutrement lourd à jouer ou élégant, on s’en fout ; les graphismes… Euh… Oui, Kevin ? Ah ! Tu veux un puzzle game avec des super graphismes en 3D photoréalistes ? T’as tout compris aux puzzle games dis-moi. (… insérer ici une blague douteuse sur les personnes souffrant d’une déficience intellectuelle).

Ne nous leurrons pas. Les graphismes ne jouent en rien dans la qualité d’un puzzle game. Suffit-il de comparer Bad Rats à Sokoban. Leur seule qualité doit être la lisibilité. Si je ne peux pas lire mon énigme correctement, je peinerai à la résoudre. Le gameplay n’a pas d’importance non plus. Si les contrôles sont pourraves, je m’en accommoderai. Heck, j’ai terminé Lemmings sur Gameboy. Pour les contrôles et les graphismes, on repassera.

.

R, comme Retour aux sources

Tout ce qui compte, dans un puzzle game, c’est cette immense, indicible satisfaction de s’être montré aussi malin ou tordu que l’auteur de l’énigme. C’est cette quête du détail qui nous a échappé, c’est cette épiphanie lorsque vient enfin l’instant libératoire où le chaînon manquant de la réflexion du joueur se met en place, où la lumière surgit et frappe le gamer un peu comme la poutre atteignit la face de Kevin dans son plus jeune âge. Le puzzle game, c’est le challenge. Et de ce côté-là, donner une note supérieure à 1/10 à un Portal, c’est inscrire au Gault & Mill… Ah merde, je l’ai déjà faite, celle-là. C’est, disais-je donc, confondre hors-d’œuvre et chef d’œuvre. On reste sur sa faim et on passe vite à la suite du menu.

L’histoire de la conception de Portal est d’ailleurs celle d’une longue série d’itérations pour que le joueur ne doive pas réfléchir ni être frustré (voir les dev commentaries du jeu), alors que la frustration est l’état primaire du puzzle gamer. Quand vient le vingt-cinquième essai sur le enième tableau d’un Sokoban, croyez-moi, si vous n’avez jamais goûté à la bête, les seules choses qui vous viennent à l’esprit vous colleraient quatre fois la perpétuité sur la peau si vous ne faisiez que les énoncer en public. Il n’est d’ailleurs pas si étonnant de voir un apologiste du non-jeu porter aux nues pareilles fadaises.

Ne surtout pas bloquer, ne surtout pas passer de temps sur un jeu, ne surtout pas apprécier : vite, vite, voir des crédits. Heck, je parie que le mec, tu lui vends un « End Credits Simulator  » , il le cote 12/10. Mais trêve de bavardages. Le challenge, disais-je donc. Il est tout à fait possible que cette dégénérescence du genre, pour ne pas dire cette involution, soit symptomatique de cette casualisation – le mot est lancé – du medium. Pas que je le dise de manière à dénigrer qui ou quoi que ce soit, mais il semble que, de nos jours, le challenge soit devenu au mieux une option, au pire un rejeton difforme et pas voulu. On s’en référera aux objectifs optionnels d’Assassin’s Creed pour plus de détails. On va d’ailleurs y revenir sous peu.

.

R, comme Range-moi ce jeu que je ne saurais voir

On pourrait presque arguer de l’évolution du challenge en un genre de niche en soi : les Super Meat Boy et autres plaisirs masochistes. Du moins pour ce qui est du mainstream. C’est quelque part tout à fait malheureux. Toujours dans le mainstream, on en vient à considérer Minecraft comme un survival game – au même titre qu’un Starbound et pas mal d’autres… choses vidéoludiques ; tandis qu’UnReal World prend le froid – haha, blague, drôle, lol – dehors, sans personne pour y prêter attention. On dit d’un Portal qu’il est l’épitome du puzzle game, pendant que DROD, dans un coin, regarde d’un air incrédule les ignorants capables d’énoncer pareilles énormités.

Ignorants, oui… S’ils ne l’étaient pas, ils seraient sans doute moins prompts à placer l’œuvre de Valve au-dessus de Sokoban, de DROD, ou même d’Ouverture Facile (oui, c’est encore un lien qui n’en a pas l’air. Je t’en pose, des questions, moi ?) Ouch. Au risque de me répéter – c’est l’âge, que voulez-vous – loin de moi l’idée de flinguer Valve ou Portal. J’aime Valve et sa vision du jeu, son engagement pour le PC, et ses paris si stupides soient-ils (kofkoflinuxcestpaspourlesignaresvousimaginiezquoikofkof). J’ai passé du bon temps sur Portal, que j’ai terminé plusieurs fois. Mais l’inscrire au panthéon, c’est envoyer un mauvais signal. C’est indiquer que l’on préfère à la vision iconoclaste d’un Lars Von Trier le tape-à-l’œil d’un Michael Bay. C’est tirer le genre vers le bas.

Je ne suis pas particulièrement partisan d’une difficulté trop élevée, entendons-nous bien. Le masochisme a sa niche, et je pense que les joueurs de Demon’s Souls ne m’en voudront pas de rappeler qu’ils ne sont pas la majorité. Mais c’est encore là que réussit DROD et qu’échoue lamentablement Portal. Que les choses soient claires : DROD est une série ignoblement difficile, de base. MAIS. Mais, tout est là pour moduler la difficulté et faire de l’expérience du joueur un trip dont il se souviendra longtemps, et un jeu sur lequel il reviendra pendant des années. On peut citer un épisode de difficulté férocement revue à la baisse : Gunthro And The Epic Blunder. On peut citer ses holds de tutorial (… une hold étant un level pack pour le jeu). On peut citer son forum, qui a une section dédiée à la recherche, à la demande et aux propositions de solution (le voir en action, c’est l’adopter). Autrement dit, DROD dispose d’un slider de difficulté comme on en voit trop peu dans les jeux.

Ainsi, pour reprendre Gunthro, il est possible au joueur de terminer le jeu sans trop de problèmes. Si le cœur lui en dit, il pourra ensuite se frotter aux pièces secrètes (… s’il ne les a pas déjà faites au cours du jeu), qui proposent un challenge déjà plus conséquent, bien souvent sous la forme d’une variation perverse sur un thème déjà abordé dans l’une des pièces attenantes. Ensuite, s’il n’en a toujours pas assez, il lui reste les niveaux bonus, où le jeu vire les petites roues sous les pédales du joueur sans prévenir, avant de lui asséner un bon coup de latte dans les parties à l’aide d’un thon congelé, clouté et finement saupoudré de harissa.

En ajoutant encore à cela les challenges de la communauté ou inclus dans le jeu (tout à fait facultatifs, mais ô combien amusants) pour pimenter encore un peu les choses, on obtient ma foi une bouteille de Pili pas dégueulasse du tout. C’est à peu près ce que fait Ubisoft avec Assassin’s Creed. Avec plus ou moins de succès. C’est souvent mal dosé, c’est parfois mal énoncé, mais ça a le mérite d’exister, dans un genre qui part aussi à vau-l’eau. Et qu’on ne me parle pas des « challenges » de Portal, où on peut terminer les niveaux en le moins de pas possibles. Ce n’est pas de la réflexion, ça. C’est du simulateur de nausée mâtiné de twitch. Aucune des « solutions » n’est vérifiable absolument. Ce qui fait d’elles des non-solutions à des non-problèmes. Ce sont certes des défis, mais absolument pas des énigmes. Les challenges du moins de portails possible, à la limite. Mais même cela ne suffit pas à ramener le challenge dans un jeu invraisemblablement à côté de ses pompes du point de vue de la réflexion.

.

R, comme Rappelle-moi quand le jeu commencera vraiment

Ne viens-je pas de dire que je ne suis pas pour une difficulté trop élevée, ne viens-je pas de me contredire ? Si. Non. Encore une fois, c’est modulable ; libre au joueur de laisser tomber, le jeu ne lui en tiendra pas rigueur. La différence, c’est qu’ici, le succès pour avoir maîtrisé le jeu entier, il se mérite et se savoure. Ici, tout se régule de soi. Chacun a sa pièce qu’il ne parvient pas à comprendre, chacun a son brainfart qui l’empêche de progresser, et tout le monde est dans la même galère. Personne ne juge personne, parce que même la pièce / l’énigme la plus simple, quand on se doit de donner le meilleur de ses capacités analytiques non-stop, devient un piège irréprochable et hypnotique. Et c’est cette qualité qui manque à Portal.

Portal n’emmène jamais le joueur dans la zone (… non, pas celle de STALKER, celle-là : https://www.wikiwand.com/en/Flow_(psychology)). Portal est à peine un bruit de fond, une distraction dans un genre qui demande une focalisation et un état d’esprit tout à fait spécifiques. C’est quelque chose que j’ai déjà évoqué plusieurs fois – et je ne suis heureusement pas le seul. Portal et ses semblables souffrent de quelque chose qu’à défaut de mieux on peut qualifier de Syndrome Portal : on se tape un énorme tutoriel tiré en longueur, on doit se coltiner des « épreuves » dont le pitch est « tu es sûr que tu as bien compris les deux règles du jeu hein ? Sûr sûr sûr hein ? Non parce qu’on voudrait pas que tu sèches, hein, tu es sûr ? Rholala je sais pas trop, tiens, regarde, on va remettre une salle de tutoriel, pour être vraiment sûr sûr, OK ? « .

Et une fois qu’il a bien fini de te bassiner avec son tutoriel, BOUM ! C’est les crédits de fin, alors que toi t’es chaud comme une baraque à frites (… belgitude oblige) depuis DEUX PUTAINS D’HEURE, À ATTENDRE QUE LE JEU COMMENCE À TE TOUCHER LES NEURONES, AU LIEU D’ESSAYER DE JOUER À LA BALANÇOIRE AVEC TES COUILLES. Mais je m’égare. N’ayons pas peur de le dire : l’inclusion sociale dans le medium du jeu vidéo est une aberration, une abomination, l’engeance répugnante de la fornication entre Gameloft et Activision. C’est ce qu’on a fait de pire depuis la formule Disney, qui consiste pour rappel à sucer la moelle épinière des contes et légendes, ainsi que le cerveau des gosses par la même occasion.

Aucun genre ne se doit d’être inclusif, d’accueillir tout le monde, de mettre des gants. On fait subir au puzzle game ce qu’on accepterait sur aucun autre genre. Qui achèterait un FPS où la visée et le tir sont automatiques ? Qui jouerait à un jeu de course où le freinage, l’accélération et les virages sont pris par le jeu ? Qui se taperait un DDR où le jeu ralentirait à l’arrivée de chaque flèche pour être sûr que tu la rateras pas ? Tout le monde ne peut pas avoir des réflexes surhumains, tout le monde ne peut pas aimer le doigté nécessaire à la prise d’un virage en épingle, tout le monde ne peut pas apprécier ni suivre la cadence demandée par un rhythm game.

À dire le vrai, j’ai hésité à écrire un Intouchables sur DROD. Mais la question n’est pas de savoir si DROD doit entrer au panthéon ou non – de toutes manières les véritables amateurs de puzzle games ont déjà la réponse, qu’ils aiment le gameplay de la série ou pas – la question est de savoir ce qu’est devenu le puzzle game moderne, si on ne tient pas compte de la niche que remplit ledit DROD à lui tout seul ou presque. Parce qu’entre les Braid et les Portal, j’ai franchement l’impression de passer ma vie sur des tutos. Il y a bien Desktop Dungeons et deux ou trois autres, mais je ne suis pas friand d’énigmes aléatoires et parfois bancales. Ce que j’aime, c’est frotter mon esprit à celui d’un créateur, pas à un algorithme.

Et je me demande où sont passés les puzzle games ; et qui a calculé cette moyenne de merde qui fait qu’un tutoriel pour gosse de quatre ans est, paraît-il, un truc qui mérite une note qui crève le plafond. Tous les éléments sont pourtant là, il n’y a qu’à se pencher pour les ramasser. Quand est-ce qu’on pourra finir de s’échauffer les neurones et qu’on passera au marathon ? R comme Rhétorique. Question rhétorique.

Je pourrais forcer une conclusion quelconque en gras pour faire genre ou pousser la chansonnette pour amuser la galerie, mais je crois que la seule chose à dire, c’est… 1/10. Never got to THINK with portals.

Tags

A propos de l'auteur : Hyeron

Photo du profil de Hyeron

Pourrait retourner jouer à Call of Duty comme on le lui suggère, s'il avait seulement déjà approché cette franchise

31 Commentaires sur “R, comme Rectifions ton point de vue sur… les puzzle games”

  1. Photo du profil de Toupilitou Toupilitou dit :

    Tu m’étonnes que le journaliste made in Le Monde laisse à désirer tellement il abuse de raccourcis et de généralités pour arriver à la conclu qu’il a envie d’atteindre ^^

    Bon par contre, histoire de pas mourir trop con, j’me suis essayé à quelques-uns que tu cites en puzzle games, vu que j’en connaissais aucun ; mon cerveau s’est fait Sepuku au passage arrivé à certains niveaux ^^

    En ce qui concerne Portal, c’est clair que s’il m’a plu et m’a donné envie de le terminer, c’est davantage pour son ambiance et sa narration que la difficulté de ses défis 🙂

    • Photo du profil de Hyeron Hyeron dit :

      Bah tu vois, moi c’est même pas les raccourcis et les généralités qui me gonflent. C’est sa suffisance, son ignorance complète de l’histoire du JV (les vieux arcade, tu mettais 20h à les finir tout pareil, mais c’est pas 10% des gens qui les finissaient), son ignorance complète du mode de consommation (dans les bundles, si y’a deux jeux sur 10 qui te branchent c’est déjà bien, et pas dit que tu les finiras ; et je te parle même pas du steamdoku qui intervient TOUJOURS pendant les soldes), sa cécité volontaire face à des paramètres basiques (je voudrais le voir avec un bouquin de 20 pages à 11 boules ou un ciné de 10 minutes à 8 boules voir), sa fainéantise extrême (tout le boulot est fait par le blog lié), et surtout, SURTOUT, l’absence complète de réflexion sur un sujet pareil (tu me diras, la suffisance amène toujours l’insuffisance, mais tout de même) alors qu’y a de quoi en faire vingt pavés de 50000 caractères, et pas une bouse de 9000 comme il a osé publier. Le reste, c’est lui que ça regarde, chacun son point de vue. Mais balancer un truc pareil et se prétendre journo, c’est juste du foutage de gueule.
      Pour le reste : ouais. En gros, c’est ça. Besoin d’un kaishakunin ?

      • Photo du profil de Toupilitou Toupilitou dit :

        Besoin d’un kaishakunin ?
        ==> Oh bah écoutes, c’est si gentiment et spontanément proposé 😀

        Tiens, par curiosité, entre le pseudo-journo et la vague de commentaires en mode « ah ouais tiens, c’est vrai ça, pas con », c’est quoi qui te désolé le plus ? ^^

        • Photo du profil de Hyeron Hyeron dit :

          Le pseudo-journo. Au risque de paraître désagréable, beaucoup de gens se limitent à un état larvaire où le questionnement leur passe au-dessus de la tête par un bon kilomètre. T’as qu’à voir le nombre de précommandes sur à peu près n’importe quelle grosse production.
          Maintenant, je peux pas leur en vouloir : plus ça va, plus on formate le peuple à ne pas penser et à suivre l’avis de la boîte à merde présente dans à peu près tous les salons, de préférence sur la tranche « temps de cerveau disponible ». Rien d’étonnant à ce que le comportement se propage ailleurs.
          Et c’est encore pire dans le franco-franchouillard, où sans méchanceté ou arrière-pensée le pire côtoie le pire. Ils sont où le TotalBiscuit français ? Le Boogie français ? Merde, il est où le Kilian français ?
          Je veux dire ouais, y’a de la merde à tous les étages et entre PewDiePie et Squeezie on est pas rendus, mais il est où l’environnement infotainment intelligent, dans la langue de Molière ? Tiens, ça c’est un sujet à R comme, à y réfléchir.
          Tu me feras jamais bouffer du Fanta & Bob ou aucune merde du genre. Mais j’ai l’impression que le côté francophone du net est franchement, franchement amorphe. Bordel, j’en suis réduit à m’inscrire à Youtube Heroes pour carrer du caption sur les seuls contenus corrects dispos.
          Ce qui me fout les boules, c’est qu’on assène des âneries à tendances hautement fallacieuse et pernicieuse. Que les cons baissent leur froc, ça changera jamais. Mais un con éduqué, ça devient un con dangereux. Perso, j’aime bien les cons dangereux.

          • Photo du profil de Toupilitou Toupilitou dit :

            J’ai jamais trop mis les pieds sur Youtube pour les reviews / critiques / autres. J’en connais par contre un que j’aime bien, et qui fait de chouettes vidéos avec du vrai fond dedans.

            ==> Pseudoless : https://www.youtube.com/user/PsEuDoLeSs1

          • Photo du profil de Hyeron Hyeron dit :

            Je te répondrais bien sur ta réponse, ma bonne loutre, mais euh… je peux pas, donc je réponds ici : contorsions mentales, mauvaise foi et pédanterie, c’est à peu près tout ce que j’ai vu comme fond sur deux de ses « red barrels » ; i.e. « OVNI » est un terme avilissant et se rapportant au gameplay de base. Je me marre… Et sa chaîne n’a pas du tout la même fonction qu’un boogie ou un totalbiscuit (à savoir informer le consommateur et faire avancer les choses). 😉

          • Photo du profil de Toupilitou Toupilitou dit :

            Hehe… Pour avoir échangé un peu avec lui, disons que je n’en ai pas du tout la même perception ^^
            Après, dans ce qu’il fait, je regarde surtout ses pseudo-critiques, et je me retrouve finalement assez souvent dans ce qu’il dit.
            Je ne connais pas du tout Boogie ou Totalbiscuit (… je materai à l’occase), mais comme tu dis, ils ne doivent pas avoir les mêmes objectifs 🙂
            (Ouais, j’ai mis une limite de niveaux en imbrication de réponses. Pourquoi ? Pourquoi pas ^^)

          • Photo du profil de Hyeron Hyeron dit :

            Être joueur en 2016 et ne pas connaître TotalBiscuit. Hérétique. Mécréant. Homme de peu de foi. Misérable. ^^
            Tiens, ajoutes-y encore Mark Brown, Pixelmusement, GaminGHD, GGGManLives, LowSpecGamer, Kilian Experience (c’est… autre chose, mais ses critiques, même quand elles sont bien planquées, sont pertinentes et acides comme je les aime : voir Deus Ex Human Revolution ou Fallout 4), Boogie2988 pour préciser le username complet de Boogie, SnomaN Gaming et RagnarRox. Ce sera un bon début pour ta découverte du monde ô combien plus épanoui et mature des youtubers anglophones. 😀

          • Photo du profil de Toupilitou Toupilitou dit :

            Haha ! J’t’avais pas déjà dit que j’étais un inculte ? ^^
            Pour tout te dire, Youtube, c’est un peu une terre étrangère pour moi ; j’aime beaucoup lire des pavés sans fonds, mais j’ai beaucoup plus de mal avec le format vidéo.
            Ça peut paraître con à dire, mais mon cerveau est nettement plus passif devant une vidéo qu’avec un texte. Du coup, j’évite 🙂

          • Photo du profil de Hyeron Hyeron dit :

            Bah c’est comme tout : tout dépend de la teneur de la vidéo. Y’a toujours de quoi faire chauffer quelques neurones si on prend les bonnes chaînes ; c’est par exemple l’un d’entre eux qui m’a donné la dernière étincelle nécessaire à l’article sur Bethesda. ^^

  2. Photo du profil de Cerves Cerves dit :

    Et beh c’est rare de dire ça sur le net, mais cet avatar Hyeron, sied bien à ton verbe.
    A quand un article sur les point and click ?

  3. Photo du profil de Marcheur Marcheur dit :

    Moi je dis surtout, à quand un article commun sur un sujet particulièrement épineux, à toi de proposer Hyeron :p

Laisser un commentaire

Groupe Steam

Derniers commentaires

Aller à la barre d’outils