Mortal Kombat X

Mortal Kombat X

Caveat : je n’ai jamais été un gros amateur de jeux de baston. Juste assez pour pas pouvoir encadrer les itérations de Street Fighter suivant le II et ses variantes, juste assez pour avoir adoré Yie Are Kung-Fu II, et International Karate +. Certaines choses ici peuvent donc paraître à la limite de l’hérésie pour ceux qui rentrent dans cette catégorie. Je ne suis pas un technicien du fightstick, je n’ai pas la mémoire musculaire nécessaire pour retenir 485 combos, leurs links, les fenêtres de cancels, les frames de début et autres joyeusetés : j’en comprends à peu près le concept, et c’est déjà pas mal.

 

Mortal Kombat X, c’est une bête à part, et pas seulement parce que c’est nettement moins bisounours visuellement qu’un King Of Fighters. Je veux dire, ça fait quand même une grosse tétrachiée de jeux que Mortal Kombat pointe le bout de ses tripes sanguinolentes un peu partout, entre jeux cultes (Mortal Kombat II), bouses infectes (Special Forces), coups de génie (Mode Konquest) et foirages complets (High Voltage et le netcode).

Après un reboot à la limite de l’hallucinant avec Mortal Kombat 9, la série repartait sur des bases fraîches, solides et connues : un roster familier, un gameplay qui déchire, un netcode foireux mais on s’en fout, un mode histoire qui comme toujours fout la honte au reste du genre (n’en déplaise à certains, l’histoire et le lore de Mortal Kombat, c’est peut-être pas du grand art mais c’est profond, intéressant et fun. Nettement plus que les conneries de chez Capcom, n’en déplaise à leurs fans).

Après un reboot à peu près tout bon donc, vient forcément la suite. Où en est-on ? Simple : la Krypte est toujours là, à nouveau remaniée pour en faire un pseudo dungeon crawler à jumpscares (et elle est énorme – comme ma… – et bien gaulée – comme moi). Les unlocks sont toujours de l’ordre du 10^trouzemille. Rien à redire de ce côté. On hurlera par contre certainement sur le fait que le mode histoire ne fait que la moitié à peine de celui de Mortal Kombat 9, et que la plupart des nouveaux persos sont des rehashes des vieux roublards habituels, ce qui laisse présager d’une ignominieuse disparition de ceux-ci (d’autant qu’ils ont tous pris 25 ans dans la tronche, pour le coup). Espérons que je me trompe.

Niveau extase visuelle, ces deux mots résument à peu près tout. C’est affreusement beau, si on ne tient pas compte du moins de la sueur des personnages qui ressemble parfois à des cloques suivant l’éclairage, et la basse résolution de certaines textures lors des X-Rays, qui sont évidemment de retour. Mais ça tient du pinaillage. Niveau son, si vous connaissez Mortal Kombat 9, vous êtes en terrain connu. Pour les autres : oui, c’est toujours aussi bourrin dans le hurlement. On regrettera juste la fainéantise ambiante dans le doublage, où les lignes en anglais continuent d’accompagner le français des lignes principales, que ce soit lors des cutscenes du mode histoire ou en jeu.

Niveau modes de jeu, il y a du bien et du moins bien. On pleurera par exemple les défuntes tag teams (bon, au moins ça évite les abus du type 2vs1 dans un mode histoire qui a décidé de troller son monde, mais en local, c’était sympa). D’un autre côté, on a le mode king of the hill, les tours klassiques, les tours vivantes (des tours mises à jour chaque heure, jour et semaine respectivement), Test your Luck fait toujours n’importe quoi, Test your Might en versus est absolument ridicule aussi. Bref, tout ça ne nous rendra pas le mode Konquest mais au moins il y en a pour tous les goûts si vous avez envie de passer une soirée entre potes à vous foutre sur la gueule et à vous arracher le foie à la merguez pas cuite.

On notera par contre qu’une fois de plus le netcode nous vient tout droit des parties les plus sombres du Nether, que la compétence de High Voltage n’est toujours pas à démontrer puisqu’elle brille toujours par son absence à ce niveau : input lag, drop de connexion, impossibilité d’accéder aux serveurs. Tout y passe.

Certains voient également leur progression se faire remettre à zéro d’un casse-burnes façon Johnny Cage (le seul workaround étant de se taper un backup local des saves à la paluche), les leaderboards sont plombées par les minables qui préfèrent hacker plutôt que jouer, le mode faction (idée de génie en soi : choisis une faction, y’en a cinq, et que tout le monde se foute dessus, yeah !) est tout aussi plombé, la faute à quatre factions dont personne a rien à branler et donc 40% de joueurs dans l’une d’elles et des miettes pour les autres.

Les chats sont comme d’hab pourris par les gamins de douze ans et les ploucs, le matchmaking est à la ramasse et vous foutra cash la gueule sur un pro de l’astiquage de bâton directionnel avec 80 victoires et 2 défaites à son actif, en vous signalant bien que « eh, je calcule que t’as 10% de chances de gagner, si tu oses dropper, ça se paiera, maintenant va te faire ramoner le fondement avec un chat à neuf queues  » . Bref, l’online : c’est n’importe quoi, comme d’hab. Et c’est bien dommage, parce que le gameplay

Le gameplay a changé depuis Mortal Kombat 9. Plus nerveux, plus rapide, plus hargneux, plus sec encore. Ça rappelle un peu Mortal Kombat 3, et pas seulement parce que le run est de retour. Les fenêtres de cancel sont beaucoup plus petites, les délais permis pour les combos sont plus restreints. Bref, c’est nettement plus compétitif et punitif que l’itération précédente. Ce n’est pas pour me déplaire : je serai toujours une queue en jeux de baston, là au moins, je sais que je devrai serrer les dents pour devenir semi-décent et m’amuser autant que j’amuse.

Chaque perso a trois variations, chaque variation ses coups spécifiques (et, en conséquence, ses Brutalities spécifiques). C’est moins facile d’accès que Mortal Kombat 9 – même si les vétérans de la PS2 y retrouveront leurs petits sans problème), certains choix sont assez douteux (je veux dire, c’était VRAIMENT nécessaire de changer la moitié des inputs des coups spéciaux des persos après 9 jeux, hein ? SÉRIEUSEMENT ? bb1 pour la spear de Scorpion, ça aurait éclaté la rate à un bébé phoque ?), mais on s’y fait, et on sent dans la rapidité des matches que les choses deviennent vraiment sérieuses : Mortal Kombat X, en mode pro, ça doit être un plaisir pour les yeux.

Oh, et puis l’activation du negative edge par défaut. Pendez-le. Haut et court. En place publique. Et streamez-moi ça. Merci.

 

Faut-il donc se ruer sur la chose comme Mileena sur le premier tas de viscères venu ? Ouais. Plutôt carrément, même. C’est une bête très différente de Mortal Kombat 9 au final, et son complément parfait : certaines choses ne peuvent être remplacées, mais pour le reste, le gameplay est bien au-dessus, et c’est tout ce qui compte. Mortal Kombat est bel et bien de retour et déterminé à s’imposer. Et ça, ça fait du bien. Ça nous changera un peu des suspects habituels.

Tags

A propos de l'auteur : Hyeron

Pourrait retourner jouer à Call of Duty comme on le lui suggère, s'il avait seulement déjà approché cette franchise

0 Commentaires sur “Mortal Kombat X”

Laisser un commentaire

Groupe Steam

Derniers commentaires

Aller à la barre d’outils