Invisible Inc

Invisible Inc

Invisible Inc est un tactical RPG d’espionnage, mâtiné d’éléments de Roguelike, le tout se jouant au tour par tour. Face à un énième Roguelike, pas de quoi provoquer une ruade chez un cheval de bois, me direz-vous. Mais, si je vous en parle aujourd’hui, moi qui ne suis pas fan de ce genre à la base, c’est qu’il a tout ce même quelques atouts dans sa manche ! En effet, après Don’t Starve et Mark Of The Ninja, les deux étant très réussis dans leurs genres respectifs, le studio Canadien, Klei Entertainment, nous revient avec cette nouvelle licence. Alors, bien ou bien ? C’est ce que nous allons voir ensemble. C’est parti !

.

Dans un futur plus ou moins éloigné, des méga-corporations ont vu le jour, devenant nettement plus puissantes que les pays qui les hébergent. Afin de contrecarrer cette hégémonie, l’agence clandestine Invisible Inc fut créée, permettant ainsi de réaliser des opérations secrètes afin de saper leurs projets (… forcément machiavéliques). Mais voilà, pas de bol, l’anonymat dont se couvrait l’agence fut compromis, et un raid dévastateur – tant humain que matériel – fut organisé dans son quartier général.

L’officier commandant, Central, déconnecta alors l’intelligence artificielle opérant pour l’agence, Incognita, dans le but de la fusionner avec le réseau du plus gros conglomérat privé au monde, à savoir SecNet. A charge à deux de ses agents ayant survécu au raid de réaliser cette mission suicidaire, avec également un délai de 72 heures équivalent à la réserve d’énergie d’Incognita. Tout un programme, n’est-ce pas ?

Juste après l’introduction, on se retrouve alors sur une carte du monde, avec le compte à rebours fatidique et des icônes représentant des missions éparpillées un peu partout. Le but sera d’infiltrer les différentes méga-corporations histoire de pouvoir recruter d’autres agents, ainsi que de se procurer armes, technologies, matériels et pognon à outrance. Pour accéder au lieu d’une mission, il ne faudra pas oublier que le temps de trajet sera déduit du compteur global !

Cela peut en effet varier de cinq à douze heures. Il vous faudra donc gérer au mieux cette deadline, sans quoi vous ne serez clairement pas assez aguerris pour le grand final. Un clic sur l’une de ces missions enclenchera la description des objectifs par Central, le tout avec voice acting. Et dès que la mission, les agents et leurs équipements sont choisis, on se retrouve sur le lieu de l’opération, en vue isométrique.

Les objectifs de chaque mission seront relativement variés. Cela ira du simple piratage, au vol de matériel ou de technologie, en passant par la libération d’agents emprisonnés. Il faut également savoir que chaque carte sera générée procéduralement, ce qui autorise une meilleure rejouabilité au fil des différents runs. Pendant le déroulement des missions, bien que vous puissiez vous la jouer gros bourrin pas subtil (… possible, mais pas facile !), les mécaniques de gameplay encouragent clairement l’infiltration discrète.  Nos agents devront donc se mettre à couvert au maximum afin d’éviter les lignes de mire des caméras, des robots, et des patrouilles de sécurité.

Si vous vous faites malgré tout griller, le niveau d’alarme sera relevé, et tout ce qui concernera la sécurité sera aux abois pour vous débusquer. A partir de là, si un de vos agent se fait attraper, et afin d’éviter le permadeath, vous aurez éventuellement la possibilité de le réanimer pendant un certain laps de temps. Si une situation tourne malgré tout au vinaigre, vous aurez toujours la possibilité d’exfiltrer un ou tous vos agents avant d’avoir pu compléter tous les objectifs. Réfléchissez-y tout de même bien avant, car sinon, tout cela n’aura été qu’une perte de temps, et Central vous engueulera copieusement au passage lors du debriefing ! Et enfin, si tous les agents meurent, alors c’est le game-over.

Voulant dans un premier temps me la jouer ombre parmi les ombres, je commençais invariablement mes parties en prenant mon temps, et en assurant au maximum mes arrières, mais il y a une notion à ne pas oublier : même sans se faire détecter, le niveau d’alarme s’élèvera. A chaque tour, un compteur s’incrémentera, et à cinq stacks, le niveau d’alarme passe au rang supérieur. Cela implique d’autres caméras de surveillance, une protection contre le piratage consolidée, des robots et des patrouilles renforcées supplémentaires. Quand on y repense, il serait en effet beaucoup plus facile de compléter les niveaux de manière lente afin que cela soit le plus sécurisé possible, mais ce concept amène une petite touche de challenge qui est autant non négligeable qu’appréciable.

En mission, chaque déplacement ou action consomme des points d’action ; selon le degré de compétence d’un agent sur l’action en question, cela utilisera plus ou moins de points. Que ce soit le piratage d’un terminal, le fait de regarder à travers la serrure d’une porte, se mettre à couvert, neutraliser un garde… Tout ceci consommera des points d’action. Au prochain tour de jeu, leur nombre disponible sera alors réinitialisé. A côté de cela, tout ce qui concerne le piratage et l’utilisation d’Incognita consommera de la puissance. Il faudra donc constamment veiller à en disposer afin de ne pas se retrouver bêtement sans possibilité d’agir lorsque vous en aurez le plus besoin !

Ainsi, vous allez sans cesse devoir jongler avec ces deux valeurs, mais également préparer au mieux vos opérations afin d’optimiser tous vos déplacements et actions. Trop vite, et vous vous ferez détecter sans forcément compléter vos objectifs. Trop lent, et vous devrez faire face à une sécurité impossible. Toutes les ressources étant diablement limitées, il est tout de même fortement conseillé de voler tout ce qui vous passe par la main, tel le cleptomane de base. Vous aurez en effet besoin de beaucoup d’argent pour faire face à une sécurité qui ira crescendo dans son renforcement tout le long de la campagne.

Par ailleurs, chaque mission dispose d’un niveau de difficulté qui lui est propre ; esquiver toutes les missions difficiles vous permettra fort probablement de survivre plus aisément, mais ne vous rendra pas la tâche facile lorsqu’il s’agira d’aller jusqu’au bout du jeu. A contrario, ne faire que les missions difficiles aboutira éventuellement sur un échec retentissant avec le permadeath de vos agents. Finalement, pour toutes ces variables, à vous de trouver le juste milieu et de faire les bons choix en fonction de votre situation !

En ce qui me concerne, indépendamment de la difficulté, j’avais tendance à privilégier la recherche de pognon, puis la recherche d’améliorations cybernétiques, et enfin la recherche de nouveaux agents (… au cas où). Sachez simplement qu’il ne sert à rien de disposer d’une foule d’agents si vous ne pouvez pas les équiper correctement ; plus vous avancerez dans le jeu, plus la difficulté et les ennemis rencontrés seront corsés. Et par ailleurs, le compteur de 72 heures continuera de défiler, ce qui ne permet justement pas de se constituer une petite armée de l’ombre qui soit efficace.

Au-delà de leurs équipements, les agents (… et Incognita) pourront progresser parmi quatre arbres de compétences distincts, permettant de les spécialiser, par exemple, dans le piratage ou la furtivité. Soit dit en passant, lorsque je vous parlais de l’importance d’amasser au maximum de l’argent frais, c’est que, pour avoir la possibilité d’augmenter ces statistiques, et à l’instar des équipements, cela en nécessitera pas mal !

Il existe un autre point notable dans le gameplay : la visibilité de vos agents, et celle des ennemis. Vos adversaires, qu’ils soient robotiques ou humains, disposent d’un champ de vision, qui est étendu à celui de toutes les caméras du complexe que vous infiltrez. Par contre, si vous piratez lesdites caméras, cette visibilité sera vôtre. A défaut, vous ne disposez que du champ de vision de vos agents ; ouvrir une porte sans avoir vérifié au préalable ce qu’il y a derrière est une très mauvaise idée ! Il ne faudra donc pas hésiter à pirater toutes les caméras que vous trouverez afin d’avoir une visibilité maximum, et ainsi éviter de mauvaises surprises. En effet, à ce niveau-là, l’intelligence artificielle arrive à proposer un certain challenge, sans pour autant devenir abusive. Un très bon point !

Pour ceux qui ont très faim, après être allé jusqu’au bout de la campagne – au-delà des différents modes de difficultés que sont débutant / expérimenté / expert – d’autres modes de jeux sont disponibles : un mode de difficulté expert plus (… je m’y suis cassé les dents, sans succès), un mode sans fin (… et donc sans compteur de 72 heures) et un mode expert plus sans fin (… hé !). Quels que soient les modes, il sera possible de définir tout un tas de paramètres personnalisés qui vous permettront d’affiner l’expérience selon votre goût. Et tout cela, c’est sans parler du fait que ce jeu est moddable, permettant de rajouter au passage la localisation française, entre autres !

.

Klei Entertainment nous présente là, avec Invisible Inc, un jeu disposant d’une direction artistique agréable, mais qui s’avère également extrêmement addictif, à travers son gameplay qui propose un degré de challenge relativement robuste. Ce jeu d’infiltration va vous broyer, car vous allez probablement y mourir maints et maints fois, mais à force de persévérance, vous finirez par accomplir des miracles. Pour tout vous dire, Invisible Inc s’est rué sur mes barrières immunitaires, les enfonçant avec autant de facilité qu’un tank face à une barricade de cageots en bois. En bref : Otter approved !

Tags

A propos de l'auteur : Toupilitou

Photo du profil de Toupilitou

Loutre hyperactive et webmaster de http://www.loutrage.fr

0 Commentaires sur “Invisible Inc”

Laisser un commentaire

Groupe Steam

Derniers commentaires

Aller à la barre d’outils