Preview : PlayerUnknown’s BattleGrounds

Preview : PlayerUnknown's BattleGround

C’est LE phénomène du moment. Il a été au top des ventes tout le printemps et tout l’été sur Steam, tandis qu’il a dépassé en nombre de joueurs le record de DOTA 2 le weekend du 16-17 septembre, devenant ainsi le jeu le plus joué de tous les temps en simultané sur la plateforme à vapeur. Certains se demandent encore ce que les joueurs trouvent à ce jeu pour autant attirer les foules ; j’étais moi-même comme la fosse, totalement septique lorsque j’en entendais parler. Jeu de survie multijoueur en accès anticipé, uniquement PvP et réaliste, PlayerUnknown’s BattleGrounds est en général tout ce que je fuis comme la peste. Et puis j’ai regardé une vidéo afin de voir a quoi cela ressemblait, puis une deuxième, une troisième… Finalement, avec un ami, j’ai franchi le pas. J’ai délié les cordons de la bourse, et je dois bien admettre que, pour l’instant, je ne regrette pas.

 

PlayerUnknown’s Battlegrounds est un third person shooter (… une vue FPS est possible, mais personne ne l’utilise, parce que c’est quand même pratique de pouvoir regarder à l’angle d’un mur sans s’exposer) en monde ouvert de type Battle Royale (… mais si, vous savez, ce film où des jeunes sont envoyés sur une ile pour s’entretuer !). Vous serez emmené en avion au dessus d’une ile abandonnée de 8 km². Lorsque la zone en dessous vous convient, vous sautez en parachute. En général, vous vous arrangez pour atterrir le plus près possible d’habitations, afin d’y trouver de quoi survivre. Et ici, survivre veut seulement dire tuer tout ce qui bouge !

En effet, pas de craft, pas de feu de camp, pas de bois a couper. Juste des protections, des armes et des munitions histoire d’exterminer un maximum des 99 autres joueurs afin d’essayer de finir seul survivant. Vous allez me dire, 8 km², c’est grand ! Comment fait-on quand il reste plus grand monde, pour les trouver, et leurs loger une balle de 5.56 dans la tête ? Et bien, c’est tout simple : à intervalles plus ou moins réguliers (… en général deux à cinq minutes), une zone circulaire de plus en plus petite est déterminée. Si vous ne vous y trouvez pas, vous prendrez des dégâts, et finirez par mourir.

Le jeu propose un panel assez vaste d’armes, et permet, ce qui est fort agréable, de les personnaliser avec différents viseurs, chargeurs rapides, ou avec de grandes tailles, poignées de stabilisation, etc… Très rapidement, des stratégies apparaissent. Vous trouvez une lunette correcte ? Pourquoi ne pas la combiner avec un fusil d’assaut au coup par coup pour jouer le sniper. Un silencieux vous tombe entre les mains pour votre SMG ? C’est le moment de jouer a cache-cache dans une des villes de l’île. Vous êtes déjà au centre de la zone sûre ? Pourquoi ne pas simplement vous cacher et attendre que les autres joueurs s’entretuent afin de finir avec le meilleur rang.

Le jeu permet de jouer en solo, mais aussi en équipe de deux, trois, ou quatre joueurs, afin d’affiner encore plus vos stratégies. La plupart des déplacements que vous ferez seront a pied, mais si vous êtes loin de la zone sécurisée, vous pourrez toujours prendre un véhicule : moto, buggy, ou Lada, au risque de faire pas mal de bruit et de devenir alors une cible ambulante. Dans PlayerUnknown’s Battlegrounds, le bruit est un élément essentiel du jeu. Très vite, vous apprendrez a en faire le moins possible, et surtout, à écouter tout ce qui vous entoure.

Techniquement, le jeu n’est ni très beau et ni très bien optimisé. Vous verrez souvent des problèmes de textures : maisons grossières lorsque l’on atterrit, changements des textures des plantes lorsque vous passerez de la vue normale au viseur, etc… Il vous faudra une bonne machine pour faire tourner le jeu avec toutes les options graphiques au maximum. Au-delà de ça, le moteur de jeu fait un bon boulot ; on voit les ennemis de loin, la physique des balles est réaliste, le jeu n’accuse pas de temps de latence, et c’est tout ce qu’on demande pour s’entretuer joyeusement.

Mais alors, pourquoi devrait-on y jouer alors que le jeu est encore en accès anticipé ? Pourquoi ne pas attendre une version définitive du jeu ? Parce qu’en l’état, déjà le côté survie y est bien retranscrit. On a l’impression que chaque mouvement est une prise de risque. Au final, aucune partie ne se ressemble vraiment, et votre cerveau reptilien (… responsable de votre survie) va être grandement stimulé (… est-ce vraiment une bonne chose ? Ce n’est pas a moi d’y répondre).

En jouant a PlayerUnknown’s Battlegrounds, vous vivrez des expérience aussi extraordinaires / stupides que la fois où juste après l’atterrissage, mon coéquipier a foncé a mains nues sur un ennemi armé d’une poêle a frire. J’ai juste eu le temps de ramasser un pistolet et quelques balles avant de courir tirer dans le tas afin de le sauver. J’ai tué l’adversaire, mais bien évidement, j’ai aussi blessé mon équipier dans l’histoire. J’ai tenté alors de recharger mon arme pour m’apercevoir qu’il ne me restait qu’une seule et unique balle.

C’est a ce moment là que le coéquipier du gars qu’on venait de tuer est rentré subitement dans la même pièce que nous, vidant son fusil a pompe. Tel Vincent et Jules dans Pulp Fiction, mon coéquipier et moi nous retournèrent pour regarder sur les murs les traces de plombs traçant les silhouettes de notre présence. Nous étions indemnes. J’ai donc bien pris le temps de viser afin de coller ma seule et unique balle dans la tête du pauvre bougre qui nous avait manqué. Aucune pitié. Bien évidement, quelques minutes plus tard, nous sommes morts abattus par des snipers qui avaient échappé à notre vision.

 

… Mais on s’était bien amusé. N’est-ce pas la seule chose que l’on demande à un jeu au final ?

Tags

A propos de l'auteur : Gelukpa

Modèle de vertu détraqué et testeur pour la loutre

Un commentaire sur “Preview : PlayerUnknown’s BattleGrounds”

  1. Andariel dit :

    J’avais essayé le mod de PU sur Arma 3 qui établissait le concept de la BR repris dans PUBG. Et j’avais pas accroché… Je trouve qu’il y a trop de temps mort dans ce mode de jeu et que ça alterne avec des pics d’action trop frustrants : Typiquement, je passais genre 30 minutes à looter des maisons vides, après lesquelles je me faisais one shot en 2 milli-secondes par un campeur au sniper caché je-ne-sais-où. Game Over… Bon, après la map de Arma 3, c’est autrement plus grande que celle de PUBG et il y avait pas 100 sur le serveur. Donc à voir, mais je vais pas me jeter dessus.

    D’ailleurs, je comprends pas d’où vient sa popularité fulgurante. Quelqu’un a une théorie ?

Laisser un commentaire

Groupe Steam

Derniers commentaires

Aller à la barre d’outils