Error System: Mass Effect 3

Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas prêté à un exercice comme celui-ci. Si vous me connaissez et m’avez posé la question, je pense qu’objectivement, Mass Effect 2 est le meilleur opus de la trilogie. Mais, subjectivement, le premier reste mon préféré, et c’est ainsi. Maintenant, je fais souvent peu de commentaires sur le troisième, parce que je n’ai pas les mots pour trouver ce que je pense de celui-ci. Pour citer ce que mon cerveau pense à l’instant : « cette sombre et infâme saloperie… de merde  » . On fait difficilement moins élégant et difficilement plus sincère cela dit. Oui, je ne comprends pas comment les joueurs ont pu ne serait-ce qu’aimer cet opus. Ce n’est pas vraiment sa fin son problème. J’ai même tendance à l’apprécier. Non, le problème, c’est absolument tout le reste : TOUT le foutu reste.

.

Vous n’auriez pas pris un peu de poids Shepard ?

Ah ! Tu t’es décidé à devenir utile au bout de trois épisodes, Anderson ? « Je vous ai toujours cru Shepard  » . Bah t’as rien foutu coco, et maintenant qu’on est dans la merde, tu réagis enfin ! Quoi, tu pouvais rien faire ? Militaire de carrière expérimenté, même pas foutu d’accompagner son poulain pour le conseiller contre Saren ? L’aider à se dépatouiller de la crise des récolteurs ? Non, pas de problème. Par contre, lorsqu’il est question de rester en arrière pour organiser la défense contre des créatures capables de détruire une ville en étant seule, alors qu’elles sont des milliers… Attends, quoi ?!

Des foutus milliers de Moissonneurs ? Vraiment ? Tous en train de ravager la Terre ? Et la Terre tient bon des mois entiers le temps que l’on rassemble la galaxie pour défendre une planète jugée secondaire, alors que les Moissonneurs les moins teubés se disent « et si on se séparait pour dégommer les reste de la galaxie ?  » , soit un foutu pour cent de l’armada… Et c’est ça une race supérieurement intelligente ? Cela voudrait donc dire que passé un certain cap de l’intelligence, on devient tellement génial qu’on en apprend parfaitement les codes de la stupidité au point de les appliquer ? Mais, Bioware, franchement… Sovereign a presque anéanti la Citadelle dans Mass Effect premier du nom. OK, c’était une attaque surprise, mais la Terre aussi est attaquée par surprise dans le trois ; pour elle, ça va, ça roule, on peut tenir. Mais bordel, sérieusement, un peu de recul quoi ! On n’est même pas en train de parler du scénario en lui-même que le contexte est déjà un mindfuck de stupidité ! « Oh mais oui, mais Sovereign était bien plus puissant que les autres moissonneurs en fait  » . N’essayes pas de rattraper le scénario, stupide fanboy ! Dans le premier Mass Effect, Sovereign annihile presque toute la flotte de défense de la Citadelle à lui seul ! Qu’est-ce que tu veux que deux-trois péquenots, organisés par un amiral qui n’a rien foutu depuis une paire d’années, fassent pour tenir des mois entiers ? Enfin, merde, quoi !

Et puis le reste, mon dieu… « Vous devez réunir une armée pour combattre les Moissonneurs  » . Cela peut paraître logique comme ça, mais je rappelle qu’ils sont chacun capable de détruire une flotte. Avec quoi on les démonte, sérieusement ? Enfin, c’est vrai qu’on n’a pas trop moyen de combattre autrement. Passons. Vous avez envie d’aider les gars ? Les gars ? « Ah bah non, moi j’ai des problèmes, je vous aide pas tant que le génophage n’est pas retiré  » ; « Moi ma planète est attaquée par les moissonneurs !  » ; « Oh et puis moi aussi !  » ; « Ah, et nous on veut pas que les Geths combattent à nos côtés, alors c’est eux ou nous  » . Vous êtes sérieux ? Shepard, très franchement : on se casse. « OK les gars, pas de problèmes, on va régler vos petites querelles pendant que Anderson organise la résistance sur Terre  » Hein ? Mais vous êtes tous en train de jouer les débiles ma parole ? Mordin, dit quelque chose ! « Les carottes aussi appelé Daucus carota subsp. sativus ont la peau naturellement orange et sont de natures à plaire à toutes sortes d’animaux domestiques originaires de la planète Terre  » Voilà, exactement les gars, les carottes !

Quoi, hors sujet ? T’as pas l’impression que Mass Effect 3 fait tout pour justifier une trame de vingt cinq heures, alors que, globalement, cela devrait se résumer à une fuite contre un ennemi trop puissant, et une mise en œuvre de moyens massifs pour créer un genre d’arche afin de protéger des membres de toutes les espèces Conciliennes ? Enfin, on va mettre de côté tout ce qu’il y a de complètement abracadabrant pour parler de ce qui marche : l’ambiance. Là dessus, Bioware a assuré une vraie atmosphère apocalyptique qui fait quelque peu écho à ce que proposait Mass Effect 2. Le jeu se fend même d’une cinématique de fin d’introduction suffisamment élégante pour faire oublier que tout ce qui se passait avant été franchement naze. Parce que, oui, dans ce jeu, il y a des bonnes choses, des belles choses même, dans le sens beauté artistique dans la mise en scène, dans certains plans. Pour le reste, c’est plan-plan-cliché Hollywoodien.

Côté positif, on retrouve les compagnons, s’ils ont survécu dans les précédents Mass Effect (… les choix sont pris en compte, parfois intelligemment, parfois gueuuuuuuh ; on se comprend), et c’est pas mal de revoir tous les copains. Ils sont tous gentils et mignons à venir nous aider dès qu’ils nous aperçoivent… Ah non, ils ont aussi leurs petits problèmes. Bah voilà la solution, attends je cherche un peu, voilà… une balle entre tes deux yeux ! On peut aussi citer quelques passages sympathiques, comme toute la phase avant la fin du jeu, et même une fin du jeu tellement tirée par les cheveux qu’elle arrive à rendre crédible ce qui se passe dans l’aventure. C’est tellement n’importe quoi que c’était forcément dû à des forces mystico-technologiques. Puis, la cinématique de fin est esthétique, au moins.

Bon, on a fait le tour pour la quête principale, les secondaires consistant le plus souvent à rendre service à des personnages connus (… quêtes intéressantes), à récolter des trucs et des machins pour convaincre des soldats de se battre avec nous « Oh non, j’irais pas défendre la galaxie d’une destruction certaine sans mon pain au chocolat  » , ou aller sur des lieux qui sont en fait les cartes du mode multijoueur à tuer des vagues d’ennemis jusqu’à avoir fini la mission. Mass Effect 3 : une merveille d’écriture selon les critiques professionnelles. Messieurs, J’ai quelque chose pour vous, attendez un peu… Une balle dans le foie, et meurt lentement en te souvenant que tu as bashé des tueries comme Alpha Protocol ! Sinon j’ai aimé quelque chose ? Ouais, Cerberus sont les plus logiques de tous, et de loin, mais le jeu ne donne même pas le choix de les soutenir, parce que « Ah non mais c’est trop des extrémistes quoi  » . Oui, vaut mieux soutenir des attentistes négationnistes qui ont laissé la galaxie sans défense parce que « Oh mais il fallait pas faire peur aux gens !  » . C’est sûr que maintenant, ils ont pas peur parce qu’ils vont TOUS CREVER, GROS MALIN !

.

Mais c’est qu’il est moche en plus !

Oh mais quoi ? Mass Effect 2 était trop joli et trop inspiré dans ses environnements ? Pourquoi tout est moche et toutes les textures sont aussi baveuses ? C’est pour soutenir les nouvelles explosions simple définition en masse, ainsi que les effets visuels ratés de cet épisode ? Ah, mais fallait pas les gars ! Vous avez rendu les modèles de personnages plus fins, vous dites ? Vous avez aussi fait un ravalement de façade à Ashley, botox, lèvres pulpeuses, plus gros derrière, plus grosse poitrine, tenue plus sexy, et coupe de cheveux moins garçonne. Est-ce parce que Miranda Lawson, alias « la bonasse insupportable et inintéressante  » du 2, a minimisé son rôle ? Bon, au moins, vous avez respecté le design de Jack, et sa nouvelle coupe de cheveux lui va comme un gant. Par contre, le soldat James Vega… Pourquoi est-ce qu’il existe ? On ne pourrait pas juste, vous savez, l’inviter à prendre la température extérieure quand on est en hyper-vitesse dans l’espace ? Ou lui faire essayer la résistance de son équipement face à un tir de Moissonneur à des fins scientifiques ? Ou encore le convaincre d’avoir un rapport sexuel consenti avec un Krogan ? Moi, ignoble et inhumain ? C’est ce machin qui est inhumain ! Vous avez vu sa gueule ?

Pour le reste, disons que certains environnements passent plutôt bien, avec un sens de la mise en scène assez aigu qui vient rehausser un jeu qui a pas mal perdu de son charme artistique. Le pire étant le character design proprement laid des nouveaux ennemis (… bah oui, fallait bien faire piou-piou sur autre chose). Passer des récolteurs à ça, ça fait mal au cul les copains ; faudrait voir à prendre son temps la prochaine fois que vous faites un Mass Effect ! « Eh Marcheur !  » Oui ? « La dernière fois que Bioware a pris son temps, ça a donné Dragon Age Inquisition !  » … On va se mettre d’accord Bioware : dépêchez-vous, mais ne bâclez pas quand même. Ne prenez surtout pas trop de temps pour réfléchir. Surtout pas.

Bon, on va ouvrir la boîte à troll, mais aussi (… et c’est plus surprenant), défendre le jeu. Vous aimez le piano ? Vous aimez Clint Mansell ? Alors vous allez aimer la musique de ce troisième opus, assurée par monsieur Requiem For A Dream. Mais, il y a aussi Sam Hulick à la baguette (… monsieur Mass Effect), Christopher Lennertz (Medal of Honor), Cris Velasco (Bloodborne et Tron Evolution… Oui, ça arrive), Sascha Dikiciyan (la musique du trailer Mechanical Apartheid de Mankind Divided , quoi ? Vous aussi vous aviez oublié le récent Deus Ex ?). Et tout ce joli monde fait sa tambouille dans son coin ; Sam Hulick recycle, et Mansell est dans son trip, tandis que les autres, bah on ne sait pas trop ce qu’ils font, mais c’est presque mélodique, parfois. Finalement, dans la soundtrack de Mass Effect 3, il y aurait matière à faire plusieurs OST. C’est très amusant.

Côté doublages, c’est toujours assez bon, malgré des acteurs secondaires en deçà du reste. Bioware produit toujours des sons de « piou-piou  » peu percutants, mais ils ont donné naissance aux « cris  » des moissonneurs qui barrissent comme des éléphant, et c’est très désarçonnant à chaque fois. J’adore ce son qui est d’ailleurs utilisé dans la musique Leaving Earth de monsieur Mansell, et c’est très esthétique et à propos, parce que la dernière chose qu’entends Shepard en quittant sa chère et tendre planète, c’est ce son déchirant. J’ai dis que le jeu avait de belles idées de mise en scène. Je n’ai pas menti.

.

R-P-G, tu saisis ? Ah mais oui ! C’est un lance roquette dans Call of !

Nous allons remettre en avant le côté RPG dans Mass Effect 3 ! Ah, bonne nouvelle ! Alors il y a plus de flingues différents avec des statistiques variées ? Les compétences sociales sont de retours ? On peut enfin personnaliser son armure ? Les choix ont plus d’incidences ? Il y a moins de combat et on discute plus ? Allez dis moi ! « Non. Y a plus de combats, mais on peut modifier son arme, et il y a plus de compétences offensives ! Content ?  » … Allez vous pendre ! Bordel, mais allez bien vous faire lyncher bande d’incompétents abrutis ! Même Mass Effect 2 était moins bourrin en proposant plus d’interactions avec son environnement et les personnages ! Vous avez même supprimé de la plupart des prises de décisions le troisième choix de la roue de dialogue, ce qui fait que, désormais, il n’y a que deux choix à la fois dans la majeure partie des cas ! Vous allez où là ? Bientôt ça sera un seul choix qui mettra quand même le dialogue en pause pour nous laisser choisir ? « Ah mais non, ça, c’est le mode action où on a déterminé une histoire canon, et où il n’y a plus de choix à faire ! Génial, hein ?  » Vous avez fait quoi ?!

Oui, il y a un mode action qui supprime les choix et se concentre sur le shoot. Il y a aussi un mode histoire qui supprime le challenge (… ce qui rend la fin du monde très facile à gérer, logique), et le mode « RPG  » où on joue juste au jeu, c’est à dire un enchaînement de cartes où l’on bute des trucs, entre deux-trois phases où l’on revient aux deux mêmes hubs (… oui oui, deux hubs) avant de retourner tirer sur des machins. Il y a vraiment des joueurs qui défendent Mass Effect 3 ? Ils défendent le fait qu’on peut désormais faire des roulades, et que les grenades de Mass Effect premier du nom sont de retour ? Ou mieux encore ! On peut donner des ordres aux compagnons en criant des trucs à Kinect sur Xbox 360. Le jeu est donc forcément un immanquable…

Jouer à Mass Effect 3 est déprimant, vraiment, affreusement déprimant. Mélange de dégoût, d’ennui profond, soutenu par quelques scènes valant leur pesant de cacahuètes, mais, globalement, c’est une aventure inconsistante qui enchaîne les hollywoodienneries afin de maintenir l’intérêt du joueur lambda en place, puis quelques phases de boss encore plus bancales que par le passé. Il n’y a aucune bonne idée dans le gameplay, sauf la phase avant la fin. Et encore, je reste très gentil. Même le véhicule introduit dans un DLC de Mass Effect 2, le Hammerhead, aurait pu trouver sa place et permettre des affrontements épiques contre des Moissonneurs, ou tout du moins aurait permis une exploration moins linéaire. Même pas. Il est totalement absent, comme l’intérêt de ce jeu dont je me demande encore quel est son but final.

.

Vous voulez refaire la trilogie Mass Effect ? Si seules les conséquences de vos choix vous intéressent, jouez à cet ultime épisode (… avant Andromeda, mais à mon avis on va bien se marrer), mais si c’est la cohérence de l’aventure et de l’univers que vous recherchez : n’y touchez même pas. Je veux bien qu’il y ait la suspension de l’incrédulité qui soit, mais ici c’est complètement grand guignolesque, et le premier qui me sort « t’as rien compris il faut lire le codex !  » , je lui répond : l’histoire de KOTOR 2 est hautement plus complexe que ton Mass Effect en intégralité, est-ce que j’ai eu besoin de lire l’équivalent d’un roman pour piger la cohérence du truc ? Devinez la réponse, vous en êtes capable, sauf si vous avez le QI d’un politicien dans Mass Effect 3. Ça tombe bien d’ailleurs, ils meurent assez vite.

Tags

A propos de l'auteur : Marcheur

Photo du profil de Marcheur

Rédacteur de Loutrage aimant le jeu vidéo dans tous ses pluriels et appréciant tout particulièrement réfléchir sur le média.

0 Commentaires sur “Error System: Mass Effect 3”

Laisser un commentaire

Groupe Steam

Derniers commentaires

Aller à la barre d’outils