Error System : Sakura Spirit

Sakura Spirit est insultant. Et c’est un euphémisme. Les visual vovels sont un medium phénoménal, pour peu qu’on daigne les utiliser à bon escient. Il suffit pour s’en convaincre de lire Clannad, The Royal Trap, ou même Katawa Shoujo. Il y en a pour tous les styles et tous les goûts, et je ne suis pas du genre à renier les qualités intrinsèques d’une œuvre simplement parce que sa manière de faire ne me convient pas – pour reprendre l’exemple de Katawa Shoujo, c’est une visual vovel délicate, mais les scènes de cul tiennent davantage du match de foot commenté par des blaireaux ivres qu’autre chose. Ce qui n’enlève rien à l’histoire.

 

Mais, Sakura Spirit est réellement abominable.

Tout d’abord, lecteur, si tu n’as jamais lu de visual novel, sache que c’est le genre de jeu où l’on prend son temps, où l’on contemple (et non, je ne parle pas de nichons), où l’on s’immerge avec délices dans un univers de préférence bien foutu (NON, je ne parle TOUJOURS PAS de nichons. M’enfin).

Ici, on nous balance tant et plus à la gueule, sans ménagement, sans fioriture, sans le moindre goût ni le moindre talent d’écriture. Fautes de grammaire, fautes d’orthographe, fautes de frappe, c’est simple : le jeu n’a pas été relu avant sa sortie. N’importe qui est capable de faire mieux en frappe au kilomètre avec un tant soit peu d’entraînement.

L’histoire ? Prévisible, expédiée, inutile, et si elle lorgne du côté du soleil levant, c’est d’un œil torve et embarrassant. Là où la majorité des visual novels le font par habitude, sans trop déranger, le trait ici est forcé, malhabile de ses références bancales, de son ton qui fait le grand écart entre références de geek occidental et folklore nippon mal fagoté.

La musique ? Répétitive à en crever, régulièrement mal pensée, et carrément insultante dans son utilisation. Ainsi, puisque le jeu écourte toujours tant et plus, jusqu’à la nausée, on se retrouve à voler à la vitesse d’un Concorde en piqué entre les scènes de fanservice qui non content d’être disgracieuses de par leur omniprésence et leur manque de délicatesse, sont EN PRIME accompagnées d’un air de saxo qui mène le lectorat tout droit dans l’abysse qui sépare le facepalm et le grincement de dents.

Ne parlons pas non plus du fait que le jeu a été pensé comme une kinetic novel, offrant un seul et unique choix à quelque chose comme dix minutes de la fin ; choix qui ne rime à rien sinon à forcer ENCORE PLUS de fan service : le « héros  » passe l’entièreté de son temps hors du village avec deux kitsune et soudainement aurait envie de retourner au village pour voir deux meufs avec qui il a juste passé quelques minutes de jeu ? Hin hin. Non, crédible. Immersif. Trop.

Les assets ? Me fais pas rire, lecteur. Je veux dire, c’est un défaut commun à pas mal de visual novels occidentales, le manque d’assets, mais ici, ça en devient ridicule. Imagine, lecteur, que le monde entier a trois expressions tout au plus. Imagine ensuite qu’une des gonzesses du jeu a constamment la main sur la hampe de son katana, qu’elle porte dans le dos. Imagine maintenant que cette gonzesse se mette en kimono, désarmée.

Imagine que c’est la même asset pour les deux costumes. La voilà donc sans arme, en kimono, la main au-dessus de la tête. La seule chose qui pourrait sauver Sakura Spirit, c’est les artworks. Mais même alors… Regarde les screenshots, lecteur. Tu aimes les kitsune en plastique ? On est d’accord.

 

Dois-tu acheter Sakura Spirit, lecteur ? Oui. Pour soutenir Sekai, qui nous a amené Planetarian et Clannad, et qui pourrait encore nous embarquer pour une foule de nerdgasms. Dois-tu jouer à Sakura Spirit, lecteur ? Non. Pas si tu veux éviter la rupture d’anévrisme. Winged Cloud ne mérite qu’une chose, et c’est le dédain.

(et bon dieu c’est bien la première fois que je recommande de soutenir un éditeur. Comme quoi…)

Tags

A propos de l'auteur : Hyeron

Pourrait retourner jouer à Call of Duty comme on le lui suggère, s'il avait seulement déjà approché cette franchise

0 Commentaires sur “Error System : Sakura Spirit”

Laisser un commentaire

Groupe Steam

Derniers commentaires

Aller à la barre d’outils