Hue

Hue

Quand Marcheur fait ses emplettes sur le Playstation Store de la PS Vita, cela ressemble à ça :

« Non, ça, c’est daubé. Non, ça, je sais que le framerate est atroce. Oh, l’image est jolie, qu’est-ce que c’est ? Un Visual Novel ? Poubelle. Non, ça, y a trop de culottes à la seconde. Celui là, je l’ai déjà fait sur telle console . Putain, pas encore un Muso. Encore une merde indé pixelisée… Attends, c’est pas trop moche ça ; ça a beau être le quarante millième jeu de plateforme indépendant que je vois popper sur le store, mais peut-être qu’il y a encore de l’espoir pour lui. Le nom ? Hue ? Je prononce ça comment « ou  » ? « You  » ? Eh merde ; on s’en tape. Viens par là qu’on en finisse. C’est l’achat compulsif de la semaine, si tu fermes ta gueule et que tu as un minimum d’intérêt, tout ira bien pour toi… Quoi ?! Encore un jeu sous Unity !?! « 

.

.

Bon, un indé qui prête allégeance à Limbo pour son esthétique, et joue sur un visuel globalement monochrome et donc assez tristoune. On est loin de l’orgasme, mais on s’y fait, et au moins, le jeu tourne en résolution native sur l’écran de la PS Vita. Les temps de chargement sont très courts ; grande qualité des jeux en 2D qui n’ont pas de grandes ambitions techniques. Les tableaux sont tout de même jolis, avec une physique appréciable, sans être renversante. Les gars derrière le titre savent ce qu’ils font. Matons un peu le CV pour savoir à qui on a affaire… On n’est pas dans un année 360, t’inquiètes pas, tu ne vas pas apprendre la couleur de son slip le 5 mai 99… bon OK : rouge. Ah bah en fait, non, la boîte en question, Fiddlesticks Games, n’a fait qu’un jeu, celui traité aujourd’hui, qui est sorti sur Mac, PC, Linux, Xbox One, et PS4, le 30 août 2016, avant de sortir sur PS Vita la même année, mais le 29 novembre.

Le titre est en tout cas édité par Curve Digital, un éditeur de jeux indépendants. « Alors, on répète après moi: in-dé-pen-dant !  » . On leur doit Stranded, The Flame in the Flood, Human Fall Flat, entre autres, et qui ont pour habitude d’alimenter la PS Vita en titres divers et variés. Le portage sur Vita est assez soigné, même si Unity fait des siennes, et dès qu’il est question de faire un peu fonctionner la physique avec la gestion des liquides, eh bien… des chutes de framerate… sur un jeu en 2D… sous Unity… sur une console qui sait tenir Killzone Mercenary. Les mecs, quand même, à un moment faut se remettre en question. Enfin, toujours est-il qu’on n’est pas là pour tirer sur l’ambulance, surtout que, visuellement, le jeu a quelque chose d’assez Burtonien, et que son manque de couleurs est tout à fait voulu… parce que vous allez bientôt les choisir !

Alors, c’est le moment où je vous dis de quel genre est ce titre, c’est de la plateforme, mais très légère, vu que le pari est beaucoup plus porté sur le puzzle. Je rassure les allergiques, c’est un puzzle game assez simple, que je qualifierai de chouette porte d’entrée parce que, déjà : on se sent actif, et ça c’est bien le principal. On a aussi des énigmes qui se résolvent assez rapidement, tout en proposant toujours un petit challenge, ce qui fait que le rythme est soutenu. Et ensuite, tout simplement, il y a la carotte de l’histoire non-intrusive qui s’avère intéressante. Le sujet est intéressant (… il y a une option pour les daltoniens au cas où), avec une thématique principale et notre perception des couleurs, ainsi que, globalement, notre perception du monde. La réflexion ne va pas très loin, et ne vous attendez pas à de grandes réponses sur l’univers et ses mystères, mais il y a un peu de matière là-dedans. Surtout, le titre n’oublie pas d’être un jeu vidéo. Tout bon pour lui : pas prétentieux, mignon, intéressant. Il fait en sorte de cocher toutes les cases sur la liste du « comment être un bon jeu humble  » , et c’est ça qui me vient à l’esprit lorsque je pense à Hue : c’est humble, pour le meilleur.

.

.

En effet, à part se déplacer, sauter, changer la couleur du monde, et parfois appuyer sur « carré  » (… on est sur une machine Playstation, cela veut dire ‘ X ‘ pour la Xbox, et  »  » pour le clavier. Oui-oui, j’ai bien dis  »  » ) pour tirer un truc, ou actionner un levier. Mais explicitons la mécanique de la couleur. Un obstacle bleu vous gêne ? Mettez le monde en bleu, et il disparaîtra. Vous savez que j’ai mis, genre, cinq minutes à trouver comment expliciter le truc clairement, alors que c’est très con au final ? Je me déteste. Enfin, c’est la même chose pour les objets d’autres couleurs, sachant qu’il y en a huit. Le jeu paraît limité comme cela, mais en réalité, on s’amusera souvent à changer la couleur en toutes situations afin de tester les différents effets, avant de se rendre compte que le level design est bâti uniquement sur la base de challenge ressemblant à des tests des différentes mécaniques, ne se débloquant qu’au fur et à mesure de la progression. Il y a malgré tout un désagréable effet de « salles à expérimentations  » de Portal dans la progression du titre. Dommage ; quand on se rend compte que les deux-trois phases qui brisent cette monotonie le font terriblement bien, on se dit que c’est rageant qu’il y en ait si peu.

Je n’ai pas parlé du son. Grands dieux, honte sur moi. La musique du titre est assez minimaliste, avec beaucoup de piano. Les compositions, assez simples, ne rentrent malgré tout pas dans la tête, ce qui serait désagréable, mais cela souligne un certain manque de dynamisme (… on n’est pas non plus dans un fast FPS, j’entends). Elles sont, cela dit, relativement jolies et suffisamment marquantes pour ne pas laisser de marbre. Ce n’est pas un coup de cœur, mais ces musiques s’accordent assez bien avec l’ambiance assez contemplative et mélancolique du jeu. Les bruitages sont assez discrets, mais étrangement brutaux, comme pour un Limbo (… autre hommage : les scènes de morts sont assez infectes, ce qui ressemble au jeu de Playdead une nouvelle fois), et le peu de doublages (… deux personnages en fait) est très correct, très professionnel ; il y a une certaine conscience de ce que son personnage porte sur le cœur, et de ce que le concept de « regret  » signifie. Enfin, Sara Kestelman n’a pas a s’inquiéter : elle est toujours la meilleure prestation à ce jour.

.

Alors, Hue ? Eh bien, ça se recommande. C’est mignon, c’est intéressant, ça manque de ce supplément d’âme indie qui permet à certains jeux de cette partie de l’industrie de marquer à tout jamais. Cela dit, j’ai pris beaucoup de plaisir durant quatre heures aux côtés de ce jeu pertinent, sans autres intentions que de proposer une belle histoire, enrobée dans une jouabilité carrée et un challenge suffisant pour maintenir l’intérêt du joueur. Un bon achat compulsif. Quel sera le suivant…

…C’est quoi Neon Chrome ?

Tags

A propos de l'auteur : Marcheur

Photo du profil de Marcheur

Rédacteur de Loutrage aimant le jeu vidéo dans tous ses pluriels et appréciant tout particulièrement réfléchir sur le média.

0 Commentaires sur “Hue”

Laisser un commentaire

Groupe Steam

Derniers commentaires

Aller à la barre d’outils