La chronique à Papy #3

Si Blizzard annonce plus de 30 millions de joueurs, c’est que son jeu vaut le détour ! Mon premier trading card remonte à un temps bien plus ancien, et pour ne pas le nommer, il s’agit de Magic : The Gathering. Une époque où l’on jouait sur le coin d’une table, vite fait, entre étudiants, amis, ou joueurs, tout simplement. Entouré d’une bonne équipe de copains, j’ai le souvenir d’avoir organisé quelques concours. Et, lorsque j’ai vu l’annonce de Blizzard, je ne vous cache pas que j’ai douté ; à l’époque l’essai de virtualisation du jeu Magic n’avait pas rencontré un franc succès. Mais alors là, quelle surprise ! Du travail soigné, avec un plateau de jeu à la hauteur de la réputation du studio californien, ainsi qu’un bestiaire tout droit tiré des héros de World Of Warcraft

 

Hearthstone, ou comment faire une chronique carte sur table

Comment vous présenter Hearthstone ? Le joueur Zecharia en a fait une présentation complète en une minute, et je ne peux résister à l’envie de vous donner ce lien, qui vous présentera ce jeu bien mieux que moi !   Comme vous l’aurez remarqué, car vous êtes très attentifs, ce lien vous emmène sur le site Hearthstone Deck ; une vaste communauté qui vous aidera à faire vos premiers pas à travers de nombreux exemple de decks aussi variés, que fous, ou sérieux. Très vite vous allez vous rendre compte qu’il vous manque des cartes. Beaucoup de cartes. Énormément même ! Ne vous découragez pas, car il y a à cela deux solutions : la patience, ou la carte bleue !

Eh oui, on peut acheter des boosters, où chacun contient cinq cartes, avec au minimum une rare à l’intérieur, et plus si Chansus est dans votre camp. Fabriquez des decks a l’infini qui n’auront de valeur que celle sortie tout droit de votre petit cerveau. Soyez fier de vos combos (… ou pas). De toute façon,  vous apprendrez vite de vos erreurs.

Vous serez surpris de voir que l’imagination et le talent est bien souvent bien plus fort que la carte bleue ! A savoir, un adversaire qui dispose manifestement de 100 % des cartes légendaires du jeu peut très bien se faire rouler dessus par un bon deck basique. Et c’est bien là toute la puissance d’Hearthstone. Ce n’est pas pour les no brain. C’est du lourd , et les boyaux de la tête vont fumer, je vous le garantis !

Vous allez incarner un héros de votre choix  à chaque partie. Ces héros sont de neuf classes différentes, avec chacun un pouvoir héroïque spécifique à ladite classe. Comme je vous l’ai dit les héros sont inspirés de l’histoire de World of Warcraft, sachant que ce monde se compose de deux factions principales, incarnées par les joueurs l’Alliance et la Horde. Thrall, le chaman (nom de naissance Go’El) du Clan Loup de Givre, est le chef incontesté de la Horde ; pour connaître son histoire en détail, le plus simple est encore de lire Le Chef de la Rébellion de Christie Golden, et publié en France chez Fleuve Noir.

 

Les joueurs d’échecs n’ont qu’à bien se tenir 

La monotonie n’a pas de place dans Hearthstone, car une partie n’est jamais similaire, même si certains jeux sont récurrents car ils offrent un pourcentage de victoire confortable. C’est ce que l’on nommera la méta (… les jeux les plus utilisés du moment). Rien ne vous empêche de penser le jeu qui contrera cette méta, et qui vous fera accéder au plus haut niveau ! Si vous arrivez à ce stade, bravo, vous êtes un champion. Mais champion de quoi au juste ? … De la maison, du quartier, de la région, de France, d’Europe, ou du Monde ?!

Oui, Hearthstone peut vous emporter jusqu’au championnat mondiaux, avec du sonnant trébuchant à gagne,r et surtout vous apporter la notoriété. The big gamer ! Rassurez vous, j’en suis loin. L’âge nous fait perdre des neurones, Et outre la petite part de chance qu’il faut, et ce quelque soit son deck, une partie face aux meilleurs ne souffre d’aucun manquement. Pas d’inattentions, ni de mouche qui se pose sur votre nez, pas une belle fille ou un beau mec qui passe dans la salle et qui vous distrait ! (ndlr : ça sent le vécu !). Hearthstone c’est de la concentration, de la réflexion, du fun, mais c’est avant tout la guerre et la survie.

 

Tu vis ou tu meurs ; à toi de choisir de quelle manière

Régulièrement, comme l’ont fait ses ancêtres, ce jeu est renouvelé par de nouvelles extensions qui apportent son lot de nouvelles cartes, voire de nouvelles mécaniques de jeu, ce qui remet alors tout en question. La méta change les joueurs et affutent leurs neurones. C’est alors reparti pour une nouvelle saison d’environ six mois, où vous allez découvrir de nouveau jeux tous plus puissants les uns que les autres, mais c’est sans compter sur le vôtre qui terrassera tous vos ennemis (… ou pas). Essayez Hearthstone, c’est gratuit, et cela vaut le détour. Après, on en devient complétement réfractaire, ou complètement addict.

J’oubliais un gros avantage de ce jeu : une partie dure au maximum dix à quinze minutes. Vous rencontrez aléatoirement un adversaire, qui sera classé selon votre niveau. Les niveaux sont acquis au fur et a mesure de vos parties. Vous montez de niveau lorsque vous alignerez les victoires, et vous en descendez quand vous perdrez. Vous serez rarement au dessus d’un winrate de 70%, car c’est réservé aux meilleurs joueurs, couplés aux meilleurs jeux. Mais un bon 50-55 % est très vite possible ! Découvrez sans tarder ce jeu. Vous m’en direz des nouvelles. Et laissez tomber la carte bleue ; c’est pour les impatients qui veulent tout tout de suite, ou pour les riches… mais ce n’est nullement obligatoire pour bien s’amuser à Hearthstone !

 

Pour conclure sachez que il est normal de se dire « J’ai trop de retard. Jamais je ne pourrais jouer d’une manière compétitive vu l’ancienneté du jeu. Il va me manquer trop de cartes car quelques extensions et aventures ont déjà vu le jour ! » Tututut… Blizzard à pensé a tout, et prochainement une nouvelle approche du jeu vous permettra de jouer en mode libre, ou en mode normal ! Vous l’aurez compris, un mode qui vous mettra quasiment à égalité avec les plus chevronnés, en faisant abstraction de certaines extensions pour ne pas trop défavoriser les jeunes joueurs. Futurs adeptes d’un jeu qui se révèle haut en couleurs et qui va mettre vos neurones à dure épreuve.

Tags

A propos de l'auteur : Picq

L'alcool, non. L'eau ferrugineuse, oui !!!

0 Commentaires sur “La chronique à Papy #3”

Laisser un commentaire

Groupe Steam

Derniers commentaires

Aller à la barre d’outils