CQFD : Mai 2019

CQFD - Ce Qu'il Fallait Démonter

Attachés que nous sommes aux traditions : le CQFD revient ce mois-ci comme le bilan de l’année revient annuellement… Sauf cette année, bien entendu. Après cette entrée en matière dont j’ai le chaotique secret, nous pouvons dire la chose suivante sans trop nous tromper : l’E3 et sa grande messe du jeu vidéo approche. Il viendra avec son lot d’annonces qui devrait nous convaincre de continuer à gaspiller nos précieuses années de vie sur de nouveaux logiciels interactifs dans le but de divertir nos cerveaux d’adulescents attardés. Parmi les conférences que j’attends, il y a bien évidemment celle de Bethesda (parce que DOOM Eternal, Wolfenstein, Prey, Evil Within…), celle de Devolver (parce que lol) et celle de Microsoft. Bien sûr, c’est sur cette dernière que je vais longuement revenir, parce que c’est probablement la seule pour laquelle je vais rédiger un « compte-rendu » alors que vous n’en aurez probablement strictement rien à cirer. Mais bon, si j’attendais d’être lu pour écrire des articles, qui écrirait sur Reality Pump hein ?…

… HEIN !?…

… Tuez-moi, par pitié.

 

Alors alors, avant d’aborder la partie prédictions / blabla jusqu’au bout de la nuit de la conférence Xbox du 9 juin 2019, il convient de dire ce que j’ai fait de mon mois de mai. Alors j’ai fini Assassin’s Creed Odyssey, du moins sa quête principale et une grosse poignée de quêtes secondaires et je… Bah j’ai passé un bon moment en fait, donc j’ai pas grand chose d’autre à dire que de vous renvoyer à la critique de Ziltoledodo (dont le blase à presque la Street crédibilité du gamertag de mon compte russe sur Xbox : Oiesauvage53, ça ne s’invente pas), parce que dans cette critique, vous trouverez tout ce qu’il faut savoir. Mais vous trouverez dans mon article, qui viendra quand j’aurai fait tous les DLC du dit jeu, des informations complémentaires qui vous expliqueront comment moi, Marcheur, l’homme qui conchie Assassin’s Creed Origins, ait beaucoup apprécié Odyssey.

J’ai aussi fini Inside, le jeu de Playdead dont j’avais fait l’acquisition il y a un bout et que je n’arrivais pas à relancer, parce que les jeux de ce studio sont vraiment très… glauques. J’ai pas d’autres mots, c’est un game design tout particulier qui provoque des sensations de jeu très particulières et uniques. J’ai réussi à finir le titre et je vous le recommande très chaudement, sans pour autant promettre d’en dire beaucoup plus parce que quelqu’un s’en est déjà chargé il y a fort longtemps sur ce site : ici. Il est par contre fort possible qu’un jour je prenne le temps de faire un article sur le game design des jeux Playdead, ça serait plus intéressant que refaire une critique à la sauce Marcheur, parce que la sauce Marcheur, vous en êtes un peu gavés hebdomadairement… Bordel, mais c’est immonde ce que je viens d’écrire !

J’ai aussi enfin cédé au harcèlement (soft hein, je veux dire, une loutre, c’est pas bien grand et pas fort réactif, surtout quand ça s’enfile des joints comme je m’enfile des noix de cajou) du grand et saint manitou Toupilitou (rime riche), et j’ai donc joué à The Council. Et je l’ai fini en environ trois jours, et je vous conseille de – pour une fois – lire et vous fier au verdict de la sainte Loutre qui vous conseille chaudement le titre, et je rejoins ce qu’il en dit. Le peu que j’ai à reprocher au titre, c’est sur des critères fondamentalement assez subjectifs, et j’ai passé un moment formidable en compagnie de Louis de Richet et de la douzaine de protagonistes qui donnent vie au manoir qui est le seul et unique lieu de l’action. On n’est pas loin de la pure tuerie, et l’avis de la Sainte Loutre, on peut le retrouver : ici.

Flofrost : J’approuve ces propos, puisque j’ai moi aussi eu la chance de terminer The Council il y a peu, et j’ai beaucoup apprécié ce qui m’a été proposé. Petit reproche que je lui ferais, j’ai l’impression que les fameux duels verbaux ont tendance à se raréfier au fur et à mesure de votre avancée, et le dernier épisode se fait très (trop) rapidement. Peut être que cela est dû à mes choix, mais j’avoue en douter. En conclusion, je me demande si on n’a pas l’un des seuls (si ce n’est le seul) jeu qui fasse consensus dans l’équipe, qui plus est positivement. Un bel exploit de la part du studio Big Bad Wolf, du coup je suis impatient de voir ce qu’ils vont faire avec la licence Vampire : The Masquerade. Sinon, en ce mois de mai, j’ai décidé d’enfin terminer FF15, ou plutôt d’essayer, car bon sang, qu’est ce que je m’y fais chier !

Vous allez dire « Mais y a t-il des jours où ce grand malade ne joue pas ? » Eh bien pour tout vous dire : je ne crois pas. Car j’ai aussi pu jouer à l’épisode 2 de Life is Strange 2… Et j’ai arrêté au bout de deux heures qui m’ont paru purement et simplement interminables. Voilà, j’ai pas envie de ressortir de l’expérience les yeux gonflés de rage et les mains tremblantes de frustration de ne pas pouvoir saisir le mec qui sévit dans les locaux de Dontnod et qui est parvenu à passer de quelque chose de fort juste et touchant (Captain Spirit) à quelque chose de franchement plat et parfois assez édifiant de clichés avec ce second épisode de Life is Strange 2, qui se coltine les défauts du premier épisode, en pire. Voilà, ça m’a gonflé et j’ai déjà donné, j’attendrai une prochaine production Dontnod pour reparler de ce studio, ou alors je continuerai à tête plus reposé parce que j’étais sur le point de foutre des patates de forain. (Marcheur est à deux doigts de nous dire qu’il a un zguègue de poulain…) Bordel, tout le monde saisit mes références ici, c’est beau !

Mais c’est pas fini ! J’ai aussi commencé Plague Tale : Innocence… Quoique d’ici à la sortie de ce CQFD, j’aurais probablement déjà fini le titre, et peut-être même que la critique sera prête… Enfin, j’ai joué au jeu d’Asobo pendant environ trois heures et demie, et je peux dire que c’est un très bon cru… J’en dirais pas grand chose de plus, sinon que c’est une belle synthèse de la formule de Naughty Dogs sur The Last of Us avec plus de cohérence ludonarrative. Quoi, vous savez pas ce que ça veut dire ? Faisons simple : la cohérence entre ce que l’on peut faire en tant que joueur comparativement à ce que semble être capable notre personnage dans le contexte qui est le sien. Vous l’avez ? Voilà, bah le jeu d’Asobo il fait bien le travail de ce côté, ce qui rend son récit plus immersif et crédible, donc plus poignant, mais on reviendra sur tout ça lors de la critique.

Asobo Studio a donc sorti ce qui semble être une bonne surprise (enfin, d’après Marcheur…et ouais, je sais, ça met le doute d’un coup, hein !), mais bon, si niveau cohérence Last of Us est le jeu à battre, le mètre-étalon, j’ai envie de dire qu’on n’est pas dans la merde. Décidément, ce média a encore bien des progrès à faire.

Voilà, on a évacué la partie « à quoi joue Marcheur ce mois-ci épisode 15″, donc maintenant abordons la question de l’E3 de Xbox. Alors on va fonctionner avec un plan simple : ce que j’attends, ce que je sais qui sera là, ce qui peut être là et que je sais, et les suppositions à la con pour déconner et faire des paris improbables. J’attends… Une date de sortie pour : Ori and the Will of the Wisps (on arrête de déconner et on va sortir gentiment le jeu de l’année, hein ?) Gears 5, Battletoads, Gears Tactics, du gameplay pour Halo Infinite et… Bah, des jeux en fait. Tout ce que j’ai cité, on sait que ça sera présent, sauf peut-être Gears Tactics vu que pour l’instant, on sait seulement qu’il va sortir sur PC, donc peut-être qu’ils le garderont de côté pour une occasion plus « PC centrée ».

Bon alors qu’est-ce que je sais qui sera là : le prochain jeu de From Software (mais si, les mecs qui vous ont torturé avec Sekiro, Dark Souls, Bloodborne…) sera annoncé sur la scène de Xbox, de quoi montrer une bonne entente entre le studio et Xbox, vu que c’est la troisième annonce d’un jeu From Software sur la scène Microsoft depuis le début de la génération. On aura aussi un aperçu de gameplay voire une fenêtre de sortie du prochain jeu de Ninja Theory qui sera un jeu apparemment en multijoueur essentiellement. Pas plus d’info, sinon que le projet a pour nom de code « Bleeding Edge » ce qui veut probablement dire qu’on va se foutre sur la gueule au corps à corps, ce qui me plaît pas mal. J’aime bien me foutre sur la gueule avec des épées, haches, masses et autres conneries.

Bon, parmi les choses que je sais, on peut aussi dire que Forza Horizon 4 aura son dernier gros DLC annoncé sur scène ce qui devrait garantir une annonce du genre « C’est le plus gros contenu de l’histoire de la saga ! » et vous me retrouverez avec ma carte bleue, déjà prêt à l’avoir acheté… Ah merde, je l’ai pré-acheté en fait. Quel con. Bon, on devrait aussi voir des petites annonces pour la prochaine génération de machine à base de « It’s a monster », et le concours de bites pourra débuter avec les passionnants débats à base de « Alors, est-ce que la PS5 sera plus ou moins puissante que la Xbox Anaconda ? » , le genre de débats qui me blasent d’avance, alors qu’on va en bouffer pendant un an jusqu’à la révélation de l’architecture et de la puissance des deux machines. Ah, et si vous êtes intéressés par The Outer Worlds d’Obsidian et Wastelands 3 d’InXile, cette conférence sera le bon endroit pour en voir du neuf.

Voilà, ça je sais que ça sera là. Maintenant, qu’est-ce que je sais existant mais que je ne sais pas si ça y sera ? Ouvrons le bal après une phrase inutilement alambiquée pour évoquer le cas Fable. Alors, Fable, c’est désormais un secret de polichinelle depuis fin 2017 / début 2018 que Playground Games est au travail dessus. Selon les versions, on peut en déduire que le jeu serait sorti de sa phase de pré-production il y a un peu plus d’un an, et serait entré en production à peu près au moment où Phil Spencer annonce l’acquisition du studio. On a aussi pu apprendre que le dirigeant de la branche gaming de Microsoft s’est essayé à Gears 5 en ce début d’année, mais aussi à une version jouable de Fable. Donc concrètement, il pourrait y avoir des choses à montrer, et de quoi faire une annonce pour le projet de Playground Games.

Alors les sources s’écharpent plus sur la question du « quand » désormais. En fait, beaucoup pensent désormais qu’il sera montré dès cette année, comme avait pu l’être Halo Infinite l’année dernière : en gros, une démo technologique donnant les grandes lignes du projet. Je trouve l’idée assez… stupide. Autant le nouveau Halo a le mérite d’être un jeu qui sortira entre deux générations, donc à sa place à une conférence avant la sortie d’une nouvelle génération. Fable, s’il doit être montré et pour que les choses soient bien faites, c’est l’année prochaine. Mais bon, après s’il apparaît je serai joie.

Je sais aussi que le studio derrière Super Lucky’s Taledonc Playful Games, est au travail sur une des licences de Rare. Laquelle demandez-vous ? Aucune idée. On peut supposer que, vu leurs précédentes, le studio paraît très « Banjo Kazooie et Conker compatible », et si vous avez des doutes sur la capacité du studio à faire un excellent nouvel opus de cette franchise, vous avez probablement raison. Cela dit, vu ce qui a été fait sur les DLC de Super Lucky’s Tale, l’équipe a montré que, quand elle voulait, et avait, les ressources et le temps, elle était tout à fait capable de faire bien les choses. Alors est-ce que le projet sera annoncé cette année ? Aucune idée, mais ça existe.

Bon, là on arrive dans les choses que je sais mais que je ne vois décidément pas venir cette année. Je sais que Perfect Dark va ressortir de son sommeil cryogénique après le catastrophique épisode « Zero » mais aussi que Killer Instinct aura le droit à un nouvel opus. Décidément, Rare éprouve l’envie et le besoin de continuer à faire exploiter leurs licences historiques, tandis qu’ils nourrissent toujours l’ogre Sea of Thieves pour mon plus grand plaisir. Ah, et je sais qu’ils sont sur une nouvelle licence aussi, mais là encore, l’annoncer maintenant, ça serait pas forcément très malin.

Dans la dernière chose que je sais : Asobo a récemment recruté pour la conception de véhicules pour un jeu Microsoft. Bon, ça peut vouloir dire tout et n’importe quoi, sachant que le studio est un proche collaborateur de l’éditeur, et a notamment travaillé sur des projets Hololens, soutien sur Recore et Quantum Break, ainsi que le portage et l’amélioration de Zoo Tycoon, et deux projets Disney Kinect sur Xbox One. Avec cette annonce, pas de quoi s’affoler pour quoi que ce soit, sinon qu’Asobo est probablement au travail avec un autre studio, peut-être sur un jeu Microsoft Global Publishing à venir. D’aucun y verrait le signe d’une acquisition, mais je n’y crois pas vraiment, vu que le studio a renouvelé son partenariat avec Focus Home Interactive. Sachez juste qu’ils bossent sur un jeu Microsoft, le reste c’est de la spéculation.

Maintenant : les suppositions. Vu le parcours récent de Microsoft, et notamment l’annonce du partenariat avec Nintendo et Sony en ce qui concerne le Cloud, on peut s’attendre à des annonces de ce côté. Pas des annonces d’une ultime alliance pour tuer dans l’œuf toute volonté de domination de Google (quoique, ça serait marrant), mais plutôt une annonce genre « Tous vos jeux Xbox compatibles sur Xbox One seront bientôt jouables sur tous les appareils compatibles avec l’application XCloud en test en fin d’année. » Pour le coup, ça pourrait faire l’effet « Wahou » que Xbox cherche à produire à chaque E3 depuis 2015. Sinon, j’imagine qu’un partenariat significatif pour le Xbox Game Pass va être annoncé, suivi de Microsoft qui se gargarise du nombre d’abonnés.

Il y a aussi la question des acquisitions. Autant lors de l’épisode « Obsidian » j’avais mes certitudes, qui me permettaient d’affirmer un rachat évident de ce studio, autant là, j’avoue que je suis dans le flou. J’ai des idées suggérées par des bruits ici et là, mais tout me semble bien confus comme il le faut, et à chaque nouveau studio dont on parle, il y a des objections assez importantes pour que je me fasse à l’idée qu’il ne se passera rien. Après, ai-je envie de dire, Microsoft a montré sa capacité à surprendre avec les acquisitions, qui a vu venir Ninja Theory, Compulsion Games et InXile ? Personne, en fait, c’est bien cela que j’espère pour la prochaine vague, bien que le mot « vague » soit ici gros pour ce qui va probablement se passer : deux ou trois studios. Ce qui est déjà beaucoup, voire énorme si l’on considère que l’année dernière, c’est 6 studios acquis et 1 construit en moins d’un an.

Après au niveau des suppositions de jeux présents, je ne m’avancerai à rien. J’ai déjà beaucoup trop parlé pour ce CQFD, et je laisse d’autres s’exprimer. Mais comme vous le devinez, je suis assez impatient d’être à la cuvée 2019 de l’E3, car elle sera celle qui va annoncer les jeux de fin de génération, qui sont comme l’ont prouvé la fin d’année 2018 et le début 2019, les meilleurs jeux que l’on trouve sur une console. Alors à dans deux / trois semaines pour le compte rendu de l’E3, et d’ici là : bon jeu.

Pour cet E3, il s’avère que j’attends… d’être surpris, car absolument rien de ce que l’on sait en production ne m’intéresse réellement. Enfin, à part Cyberpunk 2077, mais ai-je vraiment besoin de le préciser puisque ça doit être le cas d’environ 99% des gens s’intéressant au jeu vidéo ?

En revanche, j’ai un autre sujet à aborder. Non, je ne vous dévoilerai pas la solution pour résoudre le conflit Israelo-palestinien ; je me contenterai de coller quelques coups de lattes à ma victime favorite, Square Enix. Tout d’abord, je vais vous parler de Octopath Traveler, petit jeu sorti sur Switch, qui avait eu droit à un joli buzz. Malheureusement, ce n’était pas tant dû à sa qualité qu’au manque de jeux sur la console. Vous souvenez-vous de Bravely Default ? Non ? C’est normal, il était loin d’être mémorable. Là aussi, Square Enix avait profité d’une crise de manque de la communauté pour avoir des critiques dithyrambiques, et là ils ont refait le même coup. Il faut bien avouer que c’était alléchant de les voir refaire du bon vieux RPG à l’ancienne, sauf qu’ils ne s’étaient pas contenté de reprendre la même recette, ils avaient réchauffé le tout dans la même casserole, qui n’avait pas été lavée depuis sa première utilisation, il y de cela 20 ans.

Avait suivi Bravely Second, mais lui, il ne connut pas le même succès ; je pense même qu’on n’est pas loin de ce qu’on pourrait appeler un four. Comme quoi, les gens avaient retenu la leçon avec le premier. D’ailleurs, je sais que les chiffres de ventes étaient très bons pour Default, mais j’aimerais vraiment savoir ce qu’il en est du pourcentage d’acheteurs ayant eu le courage de le terminer. Là, vous vous demandez sans doute pourquoi je vous raconte tout ça. Et bien, simplement parce que, réjouissez-vous, ce jeu (Octopath Traveler) est désormais en précommande sur Steam. Et oui, vous allez avoir la chance de profiter d’un jeu, loin d’avoir fait cracher ses tripes à la Switch, sur votre pc, et cela pour la modique somme de 59.99€ (cette phrase est bien entendu à lire en imitant la voie de Pierre Bellemare). Je rajouterai que, connaissant le soin apporté par Square Enix à ses portages pc, vous seriez vraiment fous de ne pas craquer.

Pour vous prouver que décidément tout se passe au mieux chez Square Enix, je vais vous raconter l’histoire de Hideo Baba, producteur sur bon nombre de Tales of, et qui en octobre 2016 accepte une offre alléchante de Square Enix. Et le voila début 2017 à la tête d’un tout nouveau studio, créé spécialement pour lui (Studio Istolia) et qui prépare un jeu qui doit renouveler le genre : Project Prelude Rune. Le temps passe, et mis à part quelques artworks, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent. Cependant, en avril dernier, Hideo Baba quitte le studio et Square Enix – et son communiqué plus que laconique, ne donne pas l’impression que la séparation se soit faite à l’amiable. Le mois suivant, donc en mai, Square Enix a annoncé avoir fermé le studio (qui n’aura donc pas sorti le moindre jeu). Enfin, annoncé est un bien grand mot, en fait c’est le site US Gamer qui, constatant que les comptes de réseaux sociaux liés au studio avaient étés fermés, les a un peu harcelés jusqu’à que ces derniers acceptent, enfin, de leur répondre, et donc d’annoncer la fin de Studio Istolia. Bref, encore une fois, Square Enix a décidé de faire preuve d’une très grande classe.

Vous me direz, après le traitement infligé à Hajime Tabata (aka « la rustine » car il s’est efforcé de boucher les trous béants laissés dans FF15 par Nomura), en lui faisant porter le chapeau du fiasco FF15, difficile de jouer la surprise. Pas étonnant du coup de voir Hiroaki Iwano, lui aussi, tourner la page Square Enix, alors pourtant qu’il leur a fait gagner un max de pognon avec Million Arthur, un jeu de cartes sur mobile, qui a même eu droit à une adaptation en animé. Je commence de plus en plus à me demander s’il y a encore un pilote aux commandes. Je suis peut-être pessimiste, mais j’ai beaucoup de mal à imaginer un avenir radieux pour l’entreprise, et ce n’est pas le remake de FF7, confirmé comme étant vendu en kit, qui va me rassurer.

Puisque, à ma grande surprise, Marcheur ne vous en a pas parlé (Je te laisse des munitions quand même !), je vous annonce donc que THQ Nordic vient d’acquérir son énième studio, à savoir Piranha Bytes, les géniteurs des séries Gothic et Risen et dernièrement de Elex (et ça déchire toujours autant… Faites-le !). Une fièvre acheteuse qui me fait penser à Infogrames, en espérant pour eux que cela ne se termine pas de la même façon.

Pour terminer, voilà les autres sorties du mois qui me semblent intéressantes : tout d’abord, Rage 2. Je suis très mal placé pour en parler, n’ayant pas touché au premier et comptant faire de même avec celui-ci. En revanche je n’ai aucun doute sur le fait qu’il y aura bien quelqu’un ici qui vous en parlera un peu plus à un moment ou un autre. Et puis on a… et bien, rien d’autre, en tout cas rien qui m’interpelle. Bref, encore un mois qui vous permettra de terminer vos jeux déjà en cours.

A propos de l'auteur : Marcheur

Avatar

Enfant attardé de Kreia et d’Alfred de Musset. Pense que tout est narration, et répète sans cesse qu’il donne tout en dansant comme un ouf

0 Commentaires sur “CQFD : Mai 2019”


Connectez-vous pour laisser un commentaire

Derniers commentaires

Aller à la barre d’outils