R comme Rapide survol de Shadow

R comme Rapide survol de Shadow

Je dois admettre que ma première impression du cloud gaming a été particulièrement mauvaise. Faut dire que OnLive, ça nous rajeunit pas ; c’était à une époque où la techno pouvait pas suivre raisonnablement, et ça s’est fini dans les flammes du rachat par les nippons de chez Sony. Certes,on pourra dire que c’est déjà mieux que se faire phagocyter par les pourris du Big N, mais pas de grand-chose. Je dois avouer aussi que ma seconde impression du cloud gaming a été particulièrement douteuse. Faut dire que Playstation Now, c’est à se demander comment une abomination technique aussi invraisemblable peut être utilisée. Je ne sais pas si vous y avez déjà touché, mais c’est à se demander si vraiment Sony se foutrait pas un peu de la gueule du client, a fortiori quand ils ont acquis OnLive et qu’ils n’ont donc aucune excuse. Autant dire que la partie était loin d’être gagnée pour Shadow, produit d’une startup française (j’entends déjà vos cocorico, silence bande de loutres) et relativement nouveau venu dans l’arène du cloud gaming. Avec un prix d’entrée à la limite du prohibitif comparé à d’autres solutions, les bouffeurs de grenouilles allaient avoir du pain sur la planche. Mais revenons-en au tout début.

 

Comme je suis un peu gros barbu sur les bords, il m’arrive de suivre avec délectation LowSpecGamer sur Youtube, et il vint un moment où ledit Youtuber s’est mis en tête de faire le tour des différents services de streaming. Et comme je suis un peu gros barbu sur les bords, j’ai bien rigolé en pensant que les mecs osaient faire payer des pigeons pour un « service » aussi dégueulasse. Jusqu’à ce qu’il en vienne à Shadow.

Pour ceux qui ne seraient pas trop familier du concept de cloud gaming, la manière générale de travailler, c’est à l’heure. Qu’est-ce à dire ? Que le loutron qui voudrait gamer dans le nuage se voit obligé d’acheter un service de base, puis de recharger ses crédits-heures pour pouvoir jouer, un peu comme avec sa carte de mobile prépayée. Douteux ; d’autant qu’il arrive assez fréquemment, que ce système de crédits soit en place ou pas, que la bibliothèque soit limitée à celle que les créateurs du service daignent offrir en pâture (coucou nVidia).

Pour les anglophiles, je ne saurais trop vous recommander lesdites vidéos de LSG, qui vous permettront de vous donner une idée de l’ampleur du désastre pour peu que vous ayez envie de bouffer autre chose que du Fortnite. C’est là qu’intervient Shadow ; à la fois dans la série de vidéos, dans la liste des services de cloud gaming et dans le modèle un peu trop grippe-sou qu’on voit alentour. Cela peut paraître ironique, en ce sens que le coût d’un Shadow, c’est 30 boules le mois. En version engagement annuel. Sans option. Pose cette massue.

On va peut-être commencer par la base. La configuration de base, pour être précis. Celle-ci est, à l’heure actuelle, la suivante : 12 Go de RAM, une GeForce GTX 1080, un SSD de 256Go, une connexion à 1Gbps, un Windows 10 et un processeur Quad Core aléatoire. Oui, aléatoire. Nous sommes en décembre 2018, et actuellement plusieurs processeurs cohabitent. Si vous avez de la chance, vous tomberez sur un Intel Xeon E5-2667 v3 cadencé à 3.20GHz, sinon vous devrez vous contenter d’un proco qui tourne à du 2.10GHz. Certes, ça ne change pas grand-chose dans pas mal de situations, mais il y a des jeux et des applications qui demandent un minimum de puissance derrière la carte graphique, et dans ces cas-là, vous risquez d’être gêné.

Ici et là, les performances en jeu s’en ressentent plus ou moins fortement. La bureautique, elle, s’en contrefout pas mal, c’est déjà bien assez de puissance. Notez aussi que les 12 Go de RAM peuvent ne pas suffire pour certains… disons, ogres technologiques, mais c’est plus que suffisant pour une utilisation et une séance de jeu confortables. Enfin, sachez si cela peut vous rassurer que, d’expérience, je suis tombé bien plus souvent sur le Xeon que sur son petit frère underclocké… Voici quelques jours maintenant que je suis sur cet article et pas moyen de retomber dessus.

Ensuite, les options… À l’heure actuelle, la seule, c’est une extension de disque dur, qui permet de passer le Shadow d’un disque dur de 256 Go, à un disque dur de 256 Go ET un second disque dur de 1 To. Nécessaire ? Peut-être, peut-être pas. Est-il vraiment obligatoire d’installer quinze jeux d’une taille déraisonnable sur sa machine ? Quelle que soit la réponse que vous souhaitiez apporter à cette question, le tarif est de 2,95 € par mois. Le prix total mensuel, pour un abonnement avec engagement annuel, passe avec ceci de 29.95 € à 32.90 €.

Suffit ensuite de faire un calcul bête et méchant pour voir que la bécane vous coûte 359.40 € par an (ou 394.80 € par an avec l’option disque dur), soit 718 € sur deux ans et 1797 € sur cinq ans ou, avec l’option disque dur, 789.60 € sur deux ans et 1974 € sur cinq ans (hors réductions dues au parrainage).

Soit, grosso modo, le prix d’un PC gaming. À ceci près que le PC gaming, vous êtes partis pour remplacer les pièces vous-mêmes ou le voir rendu obsolète. À ce petit jeu, Shadow présente l’avantage de l’évolutivité de la configuration. Ainsi, si plusieurs processeurs cohabitent, c’est que leur mise à jour est en cours. De même, en deux ans d’existence, Shadow est déjà passé d’une 1070 à une 1080 – et il ne s’agit là que de la partie dont je suis au courant, impossible pour moi de dire si d’autres évolutions n’ont pas eu lieu en dehors de celles-ci.

Alors certes, les fanas et les bidouilleurs peuvent peut-être s’en sortir à moins cher, mais Shadow présente également l’avantage non négligeable du plug and play. Vous payez votre abonnement et vous ne vous souciez de rien. Je ne suis pas certain qu’entretenir un PC gaming pendant cinq ans me reviendrait aussi bon marché. Voilà qui devrait déjà vous donner une petite idée de l’investissement nécessaire, et peut-être une vague idée des performances à attendre de la machine qui vous est louée.

Car il n’est peut-être pas plus mal de rappeler qu’il s’agit là d’une location. Et qui dit location dit limitations. Ainsi, n’espérez pas faire tourner un truc H24 sur la machine, celle-ci passe en veille au bout d’une heure et demi d’inactivité, histoire de faire de la place pour ceux qui, eux, voudraient s’en servir activement. En dehors de cela et de la loi, notez qu’il n’y a pas d’autres limites ou restrictions à l’utilisation que vous faites de la machine. Envie de retrogaming ? Éclatez-vous. Faire passer Playstation Now par le Shadow (pourquoi ? POURQUOIIIIIII) ? c’est possible. Caler vos logiciels habituels et préférés ? Pas de pépin. Faire de la retouche d’image ? OK.

Et la ludothèque ? C’est « votre » PC. Installez votre Steam, votre Galaxy, votre Origin et votre Uplay et achetez vos jeux. Certes vous n’avez pas accès à une bibliothèque de folie à moins de vous la composer vous-même, mais les jeux au moins vous appartiennent et si vous décidez de quitter Shadow… Bah votre Steam local est toujours là, lui. Voilà pour le principe de base. Mais comment que ça marche ? Eh bah c’est simple. D’abord vous allez sur le site, vous lisez que l’activation est immédiate, vous commandez, et vous regrettez immédiatement.

Non, vraiment.

Je parle d’expérience.

Idéalement, votre périple idéal est le suivant si vous ne voulez pas subir un certain agacement (voire un agacement certain) : vous n’allez pas sur le site mais sur le Discord, où il n’y a aucun support officiel. Là, vous pouvez demander à la cantonade qui attend son Shadow et depuis combien de temps. Suivant les retours, vous avez une vague estimation du temps d’attente qui vous pend au nez entre le moment de la commande et le moment de l’activation de la machine, en gardant à l’esprit que ce n’est pas toujours du FIFO (et que l’activation ne vous est pas notifiée immédiatement non plus… On a une conception toute particulière de l’immédiat, chez Blade). De là, vous commandez et vous attendez. N’espérez même pas poser la question à Blade ou un de ses employés, la seule réponse que vous obtiendrez c’est « on ne sait pas » .

Puis, si vous voulez commander votre option disque dur, vous allez sur votre compte, vous voulez cliquer sur l’option, et elle n’est pas là. Alors vous allez sur le Discord, et vous lisez un peu ce qui se raconte en attendant que l’option apparaisse un jour sur la page de votre compte comme par magie. Si vous avez de la chance, vous la voyez et vous l’activez à temps, sinon, retournez au début de ce paragraphe précédent. N’espérez même pas demander à Blade ou un de ses employés quand ce sera de nouveau disponible, la seule réponse que vous obtiendrez c’est « on ne sait pas » .

Enfin, si vous voulez commander une Shadow Box – une petite boîte à faible consommation servant juste à remplacer votre PC local, histoire de ne plus vous servir QUE du Shadow (pourquoi ? POURQUOIIIIIII), vous allez sur la page de… Oh non, attendez, faisons plus simple : vous allez sur Discord, où tout le monde vous dira que l’ancienne n’est plus dispo et que vous pouvez aller vous faire sodomiser avec du verre pilé et une bonne dose de tabasco pour lubrifier. Le modo du coin n’a rien à voir avec l’entreprise, les employés de Blade sont juste bons à faire des AMA où on ne peut pas de poser de question qui grattouille du type « et sinon la box, c’est pour quand ? » , la seule réponse que vous obtiendrez c’est « on ne sait pas » .

Bref… Si vous voulez du support administratif ou commercial, bah un conseil : fulminez en silence. C’est là l’un des plus gros soucis de Shadow, ou plutôt de Blade, la boîte derrière la solution. Le manque total et complet de communication pratique ainsi que d’intérêt pour la communication pratique. Le buzz, les conneries, les annonces OK. Mais en tant que nouveau client, vous allez péter un anévrisme si vous voulez juste savoir quand vous pourrez jouer à X4. Fort heureusement, le support technique est, lui, compétent et relativement prompt à résoudre les problèmes. Car oui, des problèmes il y a, généralement un Shadow qui ne démarre plus.

C’est vite réglé, mais ils partagent cet amour incomparable de la communication avec les autres. N’espérez pas avoir un mail pour vous dire que le ticket est clôturé et que vous pouvez redémarrer votre bécane en toute sérénité. Et voilà pourquoi je me dis que la Shadow Box, c’est bien joli, mais c’est gênant quand le Shadow démarre pas et qu’on a décidé de jeter tous les PC physiques du coin par la fenêtre. Alors certes, c’était une occurrence unique sur un mois de test, mais euh… Non, vraiment. Une box ? Avec un truc qui fait pas du 399 % de disponibilité ? Nope.

Voilà voilà, ceci étant dit, passons à la suite : est-ce que ça fonctionne ?
Oui.

Ouais, mais… ça fonctionne bien ?
Oui.

Ouais, mais… bien bien ?
Oui.

À ce point-là ?
Oui.

Là. Difficile d’être plus clair. Alors évidemment, Shadow est presque entièrement dépendant de la qualité de votre connexion (et un peu de votre bécane pour décoder le flux vidéo forcément). Mais voilà. De base, vous voulez forcément une connexion Ethernet, un maximum de champ libre et un minimum de machines connectées… Sauf que l’Ethernet c’est pour les faibles, et je suis du genre à tester les choses dans des conditions un peu plus dégueulasses, c’est-à-dire celles de monsieur et madame tout le monde.

Je suis donc en WiFi (5.0 GHz certes, pas 2.4 GHz, mais en WiFi), à la maison, avec trois autres PC connectés dont deux utilisés par les enfants, qui sont actuellement en train de jouer ou regarder un truc sur Youtube, une tablette, trois téléphones, et un mur entre moi et la box pour faire bonne mesure (et ça, c’est juste les conditions moyennes). Ma connexion maison oscille entre les 50 et les 80 Mbps en règle générale. Mon ping face à la machine distante tourne un poil sous les 20 ms ou un poil au-dessus en général (maximum constaté 21 ms). Mon expérience est à la limite de l’impeccable.

À la limite, parce que vous imaginez bien que tout ce trafic réseau et ces conditions pourries empêchent une transmission parfaite. J’ai donc, parfois et suivant l’utilisation locale du réseau, un mini-lag ou une micro-coupure (généralement du son) durant le jeu. Il est évident que je ne vais rien faire pour améliorer mes conditions de jeu. Tout simplement parce qu’elles me conviennent parfaitement. Je pourrais certes passer le flux de l’UDP au TCP, ce qui devrait m’offrir une meilleure fiabilité du flux, mais cela pourrait provoquer une légère latence. Et j’ai beau ne pas être un joueur de CS : GO professionnel, un délai décelable au niveau de l’input me gênerait bien plus que mes micro-secondes de son manquant.

D’autant que ma bécane n’est pas un foudre de guerre, je n’ai qu’une petite 940MX en plus d’une Intel sous le capot ; et à ce prix-là, me taper tous mes jeux en Ultra sans broncher et sans faire chauffer la bécane comme si une fission nucléaire avait lieu sous le clavier, c’est du pur bonheur. Mon pad (un vieux Xbox One de 2015) est parfaitement reconnu, il réagit au doigt et à l’œil. Le délai n’est à aucun moment gênant, et très rarement décelable – j’ai terminé Tomb Raider et Rise Of The Tomb Raider sur mon Shadow, sans compter un peu de Euro Truck Simulator 2 et de Far Cry Primal, d’Assassin’s Creed Black Flag, de Lords Of The Fallen et de GRID Autosport, et jamais je n’ai été embêté.

Quant à la qualité vidéo, elle est, en un mot, ahurissante à partir de l’instant où vous pouvez mettre de côté 30 Mbps pour le Shadow. L’intégration à Windows est pratiquement sans faille ; tout juste faut-il parfois préciser à la souris qu’elle doit se « piéger » dans le Shadow pour éliminer un souci de rapidité, et même alors, la chose est faite en un coup de raccourci-clavier, tout comme la mise en plein écran. Notez tout de même qu’en mode bureautique, ici et là, parfois, une police bavouille un peu sur un demi-pixel, la netteté n’est pas parfaite – mais ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : le tout reste parfaitement lisible et utilisable.

Tout cela, c’est pour Windows. Sous GNU/Linux, les choses se corsent un peu. En gros, si l’image ne subit aucune déperdition notable de qualité, non plus que la latence, la manette a bien du mal à passer et requiert une solution à base de Hamachi et de VirtualHere, une petite dose de patience ou de savoir-faire (c’est selon) et la désactivation des vibrations, qui arriveront certes à la manette mais avec plusieurs dizaines de secondes, voire plus d’une minute, de retard… Contrairement au trajet aller, pour lequel les inputs passent sans le moindre problème. L’intégration est également un peu moins bonne, avec un client Shadow qui jongle mal avec la composition par exemple, des soucis de scrolling inversé sous Windows, des raccourcis-clavier moins bien fichus et deux ou trois autres babioles qui ne me reviennent plus à l’esprit actuellement.

N’espérez pas utiliser les pilotes nVidia non plus, puisque seul Nouveau est supporté. Les distributions les plus à même de faire tourner la bestiole sont Ubuntu (que je n’ai pas testé parce que Ubuntu c’est de la merde ça ne passe pas sur ma machine) et Arch Linux (ce qui est déjà beaucoup mieux et dispose d’ores et déjà d’un workaround semi-fonctionnel pour le problème des pilotes nVidia ; workaround qui malheureusement ne fonctionne pas sur ma configuration précise). Le tout ne suffit pas à ternir la qualité de l’expérience, loin s’en faut, mais un petit effort du côté du manchot ne serait pas de trop. Enfin, ne pleurnichons pas trop, avoir un vrai support GNU/Linux c’est déjà énorme, et la parité des fonctionnalités est pratiquement complète.

Quant au jeu sur téléphone, je ne me positionnerai que partiellement. Comme dit plus haut, ma seule manette XBone est une version de 2015, donc sans Bluetooth. Ce que je peux dire, c’est qu’en 4G avec une bonne couverture, la fluidité est bonne sur un benchmark Unigine quelconque, et que jouer à Darkest Dungeon pendant sa pause de midi au boulot et dans des conditions qui feraient presque penser à une app native, ça n’a pas de prix. On regrettera l’absence d’un pad virtuel même basique comme nombre d’émulateurs en offrent. Et en parlant d’app, il faut admettre que celle-ci est assez bien pensée, offrant une interface claire et intuitive pour la gestion des fichiers, qu’ils soient musicaux ou autres. Malgré tout, en l’absence de moyens d’input, mon expérience avec la chose reste limitée, je ne jurerai donc certainement pas d’une jouabilité parfaite sur des titres orientés action.

Faut-il alors craquer pour une solution nuagique en général, et un Shadow en particulier ? Oui, si votre conception du jeu n’intègre pas le multijoueur compétitif à haut niveau. Oui, si vous n’avez pas l’intention de faire tourner la machine H24 en mode daemon pour bot Discord ou autre. Oui, si vous n’avez pas ou plus envie d’être embêté par les mises à jour matérielles incessantes et coûteuses. Oui, si vous êtes prêts à des micro-concessions à gauche et à droite. Non, si vous souhaitez en faire votre plate-forme unique.

Shadow a un avenir qu’on souhaite radieux devant lui, et les choses ne pourront qu’encore évoluer au fil du temps. Faut-il simplement espérer que les options ne deviendront pas un moyen d’offrir une expérience à plusieurs vitesses, et que Blade se décidera à prendre en main son rapport au client un peu plus sérieusement. Se donner une image jeune et fun, c’est cool ; mais être sérieux dans sa relation avec les arrivants, qu’ils soient nouveaux ou coutumiers, en est une autre, et il est assez agaçant de ne voir que des membres de la communauté offrir le support de première ligne sur les questions techniques et mercantiles. Ah, et le service facturation est compétent, lui aussi… Mais ça étrangement, je n’en ai jamais douté.

Pour terminer, je vous signalerai aussi que Shadow dispose d’un système de parrainage qui vous permettra de diminuer un peu la facture si vous voulez vous lancer. Je ne vous mettrai pas mon code parrain dans cet article comme un gros sale, tant pis pour moi et mes factures futures, le but était ici simplement de faire le point et de donner un aperçu de ce à quoi vous pouvez vous attendre avec cette solution, en bien comme en mal.

 

Le meilleur conseil qu’on puisse donner, in fine, est aussi le plus logique : essayez-le. Ça en vaut la peine. Le seul problème, c’est qu’à l’heure actuelle, l’offre d’essai de cinq jours n’est plus disponible, et si vous avez lu cet article, vous devinez déjà que personne ne sait quand elle sera de retour. Malgré tout, si vous avez un jeu qui vous branche bien et que vous aimeriez voir tourner à fond les ballons alors que votre config peine à faire tourner de manière optimale avec tous les paramètres graphiques au plus bas, un essai d’un mois, pour onéreux qu’il soit, vous permettra de juger sur pièce et de savoir si vous souhaitez le renouveler ou si vous n’êtes pas convaincu, que ce soit à cause des concessions à faire ou parce que votre ludothèque demande une latence toujours plus faible. Quoi qu’il en soit, oui, Shadow est une solution qui fonctionne, et bel et bien adaptée au plus grand nombre, voire plus. Notez que les captures d’écran de cet article ont été prises sur ma machine, et reflètent donc la qualité de l’image telle que vous l’auriez sur votre écran, avec une bande passante utilisée allant du 30 Mbps au 50 Mbps (Shadow permettant de monter encore un peu plus haut), dans diverses conditions, à divers moments, et avec encore une déperdition puisque baaaah… ce sont des captures d’écran. En ce qui concerne, mon abonnement est renouvelé pour un an, sans regret ni vergogne. Pour tout le scepticisme qui était le mien avant d’entamer mon test d’un mois, ma prochaine bécane sera un laptop de taille raisonnable, bon pour la bureautique de base et le décodage du flux H264 ou H265 de mon Shadow. Je n’en demandais pas tant.

Tags

A propos de l'auteur : Hyeron

Avatar

Pourrait retourner jouer à Call of Duty comme on le lui suggère, s'il avait seulement déjà approché cette franchise

19 Commentaires sur “R comme Rapide survol de Shadow”

  1. Avatar redd dit :

    Merci pour ce test !

    Pour ma part, je suis Shadower depuis juin dernier et même s’il y a encore plein de trucs qui ne peuvent me faire remplacer mon PC (pas double écran, certains jeux qui ne fonctionnent pas alors qu’ils fonctionnent en local…), je sens qu’on y vient petit à petit.

    Pour moi, l’argument principal du cloud computing, ce n’est pas tant le modèle économique. Il y a pour qui ça sera avantageux (ceux qui changent régulièrement leur matos), d’autres pour qui se sera trop cher, d’autres équivalents. Mais le vrai changement de paradigme, c’est surtout le fait de confier sa bécane à quelqu’un qui s’en occupe pour toi. Les puristes du hardware n’y viendront jamais, mais pour moi c’est fantastique. J’ai encore pesté l’année dernière après avoir perdu 2 HDDs, et une carte graphique qui battait de l’aile. Là, c’est la sérénité… au prix d’une disponibilité qui dépendra du bon vouloir de ces messieurs, et de ma connexion (stable, heureusement). Et jusque là, ça passe plutôt bien. Quand il y a (et c’est rare) un soucis de connexion, c’est généralement réglé dans les 5-10 mn.

    Concernant les côtés irritants, c’est clair, le support est en tête de liste. Ils ne sont pas au niveau, et ont sent qu’ils sont « payés au ticket fermé ». Du coup ça ferme du ticket sans le résoudre. Tandis que sur Discord, c’est l’inverse.

    HS : concernant « PlayStation Now », c’est vrai que c’est loin d’être un exemple d’ergonomie. Maintenant ça marche quand même plutôt bien, et c’est le seul moyen légal pour jouer à des Exclues PS3/PS4 sans avoir de console. Et pour des joueurs comme moi qui ne sont intéressés que par quelques rares titres (les Quantic Dreams notamment), c’est du pain béni pas cher.

  2. Avatar Geralt dit :

    Bon je crois que j’ai trouvé le Linuxien de l’équipe Loutrage dont parlait Toupi… :smile:

    Concernant les côtés irritants, c’est clair, le support est en tête de liste. Ils ne sont pas au niveau, et ont sent qu’ils sont « payés au ticket fermé ». Du coup ça ferme du ticket sans le résoudre. Tandis que sur Discord, c’est l’inverse.

    Oui c’est malheureux, donc vu ce que tu dis ils n’auraient pas le droit de laisser un ticket ouvert plusieurs jours ? Ça dépend vraiment du contrat qu’il y a entre les boîtes ça… Enfin à moins que dans ce cas c’est interne. (Ayant été employé dans ce milieu, je comprends que c’est chiant pour le client, ça peut aussi l’être pour « l’assistant » malheureusement…)

    HS : concernant « PlayStation Now », c’est vrai que c’est loin d’être un exemple d’ergonomie. Maintenant ça marche quand même plutôt bien, et c’est le seul moyen légal pour jouer à des Exclues PS3/PS4 sans avoir de console.

    Faux ! RPCS3 est un moyen aussi, si tu possèdes le jeu y a aucun souci. Bon par contre pas encore dispo’ pour la PS4 oui… :smile:

    Pour revenir à Shadow, personnellement je ne supporterai ce business d’aucune manière, pour plusieurs raisons.
    Et je trouve ça vraiment malheureux que les gens sautent dessus…

  3. Avatar Toupilitou dit :

    Pour revenir à Shadow, personnellement je ne supporterai ce business d’aucune manière, pour plusieurs raisons.
    Et je trouve ça vraiment malheureux que les gens sautent dessus…

    Et par curiosité, c’est quoi ces raisons ? :smile:

  4. Avatar Hyeron dit :

    snip

    Je t’avoue que je fais pas dans le double écran. Maintenant, paraît que ça vient, mais c’est vrai que j’ai oublié de l’ajouter à la longue liste des « on ne sait pas quand ». Pas rencontré de jeu récalcitrant non plus, par contre quelques Vsync à taux de refresh aléatoire oui (souvent du 144 pris au lieu du 60), mais je n’ai pas eu de tearing pour la cause, donc je n’ai pas jugé utile de le mentionner.

    Clairement la tranquillité d’esprit est un facteur décisif aussi ; j’ai passé l’âge de monter mes PC et de suivre les 4500 standards différents pour pas mettre les mauvaises pièces ensemble, c’est déjà pour ça que je tourne au laptop depuis 3 ou 4 ans maintenant.

    Après, pour PS Now, c’est même pas l’ergonomie qui me rebute, c’est le mélange de latence à vomir, de qualité d’image à vomir, de jeux où les DLC sont aux abonnés absents et de la non-gestion du cas particulier des jeux qui requièrent un DS3/DS4 pour fonctionner correctement. Dommage, j’adore Tokyo Jungle.

  5. Avatar flofrost dit :

    Très intéressant tout ça. D’ailleurs j’avais balancé un lien d’émission radio ou justement un des responsable parle de son bébé, mais on était clairement plus dans la promo que dans l’explication malheureusement. En fait j’en ai bien plus appris sur le sujet par Hyeron que par un responsable de la société :roll:

  6. Avatar Marcheur dit :

    Intéressant que tu dises que ça fonctionne bien, pour avoir fait l’expérience (hélas assez malheureuse) du PS Now, pour le moment le streaming et moi ça fait deux, j’attends de voir ce que big M peut proposer avec le X cloud, qui sera l’occasion pour eux de probablement démocratiser la pratique sur console, voire un peu partout parce que pour le moment le PS Now n’a ni le catalogue, ni l’architecture réseau nécessaire pour faire adhérer à long terme.

    Le combo du futur si Microsoft réussit son coup (ce qui est pas gagné) c’est X cloud + Xbox Game Pass, là on sera très bien :cool:

  7. Avatar cabfe dit :

    Le combo du futur si Microsoft réussit son coup (ce qui est pas gagné) c’est X cloud + Xbox Game Pass, là on sera très bien :cool:

    Euh, j’en veux pas, moi, du cloud et d’un pass à la noix pour jouer.

  8. Avatar Geralt dit :

    Pour revenir à Shadow, personnellement je ne supporterai ce business d’aucune manière, pour plusieurs raisons.
    Et je trouve ça vraiment malheureux que les gens sautent dessus…

    Et par curiosité, c’est quoi ces raisons ? :smile:

    Je réponds un peu à contre coeur, parce que globalement je sais plus ou moins quelles vont être les réponses/réactions.

    Simplement je peux dire deux choses.
    Ça supprime encore plus de libertés aux gens par rapport à l’informatique, ça crée encore plus de distance, physique et intellectuelle sur celle-ci. Dans son utilisation, sa fabrication, son coût.
    Ce qui amène au second point, c’est que l’informatique actuelle est déjà une « catastrophe » écologique (mais pas que) et ce genre de business accentue encore le problème, d’autant que ce n’est pas tenable.
    Mais bon apparemment c’est pas grave du tout, comme d’habitude.

    Avec l’actualité de ce mois de décembre, Shadow arriverait presque à me foutre un coup au moral.
    Mais non pas maintenant, pas question, je suis bien trop enthousiaste (et c’est assez rare) sur ce qu’on va faire dans les prochaines semaines/mois/années à venir.

  9. Avatar Hyeron dit :

    Je réponds un peu à contre coeur, parce que globalement je sais plus ou moins quelles vont être les réponses/réactions.

    Simplement je peux dire deux choses.
    Ça supprime encore plus de libertés aux gens par rapport à l’informatique, ça crée encore plus de distance, physique et intellectuelle sur celle-ci. Dans son utilisation, sa fabrication, son coût.
    Ce qui amène au second point, c’est que l’informatique actuelle est déjà une « catastrophe » écologique (mais pas que) et ce genre de business accentue encore le problème, d’autant que ce n’est pas tenable.
    Mais bon apparemment c’est pas grave du tout, comme d’habitude.

    Avec l’actualité de ce mois de décembre, Shadow arriverait presque à me foutre un coup au moral.
    Mais non pas maintenant, pas question, je suis bien trop enthousiaste (et c’est assez rare) sur ce qu’on va faire dans les prochaines semaines/mois/années à venir.

    Les solutions nuagiques ne vont pas accentuer le problème ni le résoudre, mais le diminuer certainement ; sinon du point de vue humanitaire, au moins du point de vue écologique : on parle d’une mutualisation des ressources là hein. La Shadow Box qui bouffe à peine un quinzième de ce qu’un PC gaming bouffe ajouté à une PARTIE de ce qu’un PC individuel bouffe, c’est moins que ton PC individuel, quoi que tu fasses.

    Les procos sont déjà mutualisés si tu as lu l’article, et il y a de bonnes chances que ce soit la même chose pour le disque dur. Après, il est tout à fait possible qu’à l’heure actuelle ce ne soit pas encore le cas pour ce qui est de la diminution de l’empreinte écolo. Mais ça viendra, et très vite. Les technos ne sont pas réputées pour faire un pas en avant et deux en arrière à raison d’un pas par siècle. Ça viendra… on ne sait pas quand. Pas pour rien que pas mal de boîtes pensent Thin Client aujourd’hui. Et note que je ne dis pas non plus que ce sera Blade qui y arrivera la première.

    Quant à l’informatique, la distance c’est pas au hardware qu’elle se joue, c’est au software. Qu’importe ce que t’as sous le capot : les gens sont infoutus de se servir du soft correctement. Toutes plates-formes confondues. La seule chose intéressante pour le hardware, c’est la conso et les perfs. Quant à la liberté… Atta, la liberté de pirater ? Tu veux te faire un daemon c’pas un PC qu’il te faut, c’est un Pi ou un truc du genre (et oooooh, rien à foutre du hardware non plus sur cette solution-là, mais faut maîtriser le soft et c’est là que ça ne prendra jamais pour la masse : c’est dingue comme l’avenir est clair).

  10. Avatar Toupilitou dit :

    De toute façon, l’histoire ne terminera-elle pas comme dans Wasteland 2 ?
    –> Par un type qui appuie sur un gros bouton rouge pour « voir ce que ça fait »

    :roll:

  11. Avatar Marcheur dit :

    Le combo du futur si Microsoft réussit son coup (ce qui est pas gagné) c’est X cloud + Xbox Game Pass, là on sera très bien :cool:

    Euh, j’en veux pas, moi, du cloud et d’un pass à la noix pour jouer.

    Comme tu veux, je sais juste que si ce mois de décembre a été aussi génial côté JV pour moi, c’est grâce au Game Pass, alors si je n’ai plus besoin d’avoir ma One X constamment sous la main pour jouer, je dis banco.

  12. Avatar Geralt dit :

    Les solutions nuagiques ne vont pas accentuer le problème ni le résoudre, mais le diminuer certainement ; sinon du point de vue humanitaire, au moins du point de vue écologique : on parle d’une mutualisation des ressources là hein. La Shadow Box qui bouffe à peine un quinzième de ce qu’un PC gaming bouffe ajouté à une PARTIE de ce qu’un PC individuel bouffe, c’est moins que ton PC individuel, quoi que tu fasses.

    Les procos sont déjà mutualisés si tu as lu l’article, et il y a de bonnes chances que ce soit la même chose pour le disque dur. Après, il est tout à fait possible qu’à l’heure actuelle ce ne soit pas encore le cas pour ce qui est de la diminution de l’empreinte écolo. Mais ça viendra, et très vite. Les technos ne sont pas réputées pour faire un pas en avant et deux en arrière à raison d’un pas par siècle. Ça viendra… on ne sait pas quand. Pas pour rien que pas mal de boîtes pensent Thin Client aujourd’hui. Et note que je ne dis pas non plus que ce sera Blade qui y arrivera la première.

    Quant à l’informatique, la distance c’est pas au hardware qu’elle se joue, c’est au software. Qu’importe ce que t’as sous le capot : les gens sont infoutus de se servir du soft correctement. Toutes plates-formes confondues. La seule chose intéressante pour le hardware, c’est la conso et les perfs. Quant à la liberté… Atta, la liberté de pirater ? Tu veux te faire un daemon c’pas un PC qu’il te faut, c’est un Pi ou un truc du genre (et oooooh, rien à foutre du hardware non plus sur cette solution-là, mais faut maîtriser le soft et c’est là que ça ne prendra jamais pour la masse : c’est dingue comme l’avenir est clair).

    Magnifique greenwashing que voilà. Ce que le Shadow fait c’est un business désincarné.
    Tu peux m’expliquer par quel miracle ça va en diminuer l’impact ?
    Ce service est basé et vendu pour le gaming, qui demande de plus en plus de ressources CPU/GPU et de capacité de stockage.
    Leur site internet vante les mérites de qualité maximale, de puissance etc… et parle même de révolution (sic) !
    C’est pas merveilleux ? En parlant de révolution ce ne sont pas les premiers, Apple en tête.

    Ce genre de solution est quand même basée sur l’évolution constante de ses composants, et oui ça serait moins « sexy » de continuer de payer pour la même carte graphique 3 ans après qui « peine » dans les nouveaux jeux.
    Parce que bon qu’on soit clair, leurs PC c’est de serveurs accouplés avec des grosses cartes graphiques, des monstres de puissance.
    Extrait FAQ :

    Notre technologie est particulière parce que l’on utilise des cartes graphiques haut de gamme et des serveurs « server grade ». On a à la fois la qualité du matériel « server grade », plus efficace et plus robuste que les composants d’un PC individuel, et en plus les performances des cartes graphiques les plus puissantes. En temps normal, les serveurs n’ont pas de cartes graphiques, ou disposent de cartes GRID ou FIREPRO, qui n’assurent pas de performances aussi bonnes que des GPU dédiés.

    Soyons sérieux franchement…

    Pour ma mutualisation de la machine c’est pareil, tu ne vas pas me faire croire qu’il n’y aucune redondance dans les disques durs…
    Et faire passer tout ce flux sur Internet pour arriver finalement chez toi, sur cette fameuse Box, ça demande des ressources supplémentaires, donc non aucune diminution de côté là.

    Parce qu’en fait au lieu d’avoir une machine (peu importe sa puissance au final) physique chez toi, tu as une machine « équivalente » à distance + une petite machine (Box) pour recevoir tout ça. Ça multiplie les intermédiaires, ce qui n’en fait ni une solution écologique ni une solution résiliente dans ce cas précis.

    Et puis sans parler de débit, la connexion doit être irréprochable sinon c’est ton accès entier à la machine que tu loues qui est coupé. Super comme si les gens n’étaient pas assez dépendants de leur connexion Internet. Là on enfonce encore le clou. Un bonheur pour les entreprises comme Blade, Netflix etc.

    Croire que ça peut devenir plus écologique, c’est une connerie technocratique.

    Pour ton dernier paragraphe, si, il y a un enjeu sur le hardware qui est autrement plus important que ses perfs ou sa consommation (dans une moindre mesure) c’est de ne plus avoir de firmware propriétaire et bourré de brevets. Que ce soit pour les processeurs, chipsets de carte mère, contrôleurs réseaux etc. Et ce n’est pas la peine de dire que c’est utopique, ou pire hors sujet, c’est un problème politique et économique extrêmement important.

    Pourquoi parler de piratage là quand je te parle de liberté ?
    Par rapport à ce que j’ai dit au-dessus, concernant la liberté on peut rajouter d’autres points comme par exemple l’accès à nos disques de stockage. Sont-ils chiffrés ? Les données qui vont y circuler seront-elles revendues ?

    Un petit extrait de leur FAQ :

    Par ailleurs, votre Shadow fonctionne sur des serveurs situés en France, qui sont gérés par une équipe dédiée 24/24 et sécurisés avec les mêmes technologies que celles utilisées par les banques. Des protections de classe entreprise efficaces contre des cyber-attaques sont également mises en place (firewalls contre les attaques DDOS et autres). Nos datacenters Tier 3+ sont en effet certifiés ISO 27001 (Secured Hosting of IT Infrastructure). Vos données dans notre datacenter sont donc beaucoup mieux protégées qu’elles ne le sont chez vous.

    Seuls les utilisateurs ont accès à leur ordinateur. Et eux seuls savent d’ailleurs ce qu’ils mettent dans leur ordinateur. Vous seul êtes possesseur des données d’accès au service. En revanche, évidemment, notre système surveille l’utilisation des composants hardware des serveurs, pour notamment contrôler la température ou la consommation électrique du data center.

    Dans des datacenters Tier 3+ dédiés et sécurisés en Île-de-France. Nous sommes donc soumis à la réglementation française sur la protection des données.

    Des datacenters donc, c’est sûr que ce genre d’architecture ne demande pas beaucoup de ressources… :smile:

    Puis-je supprimer définitivement toutes mes données stockées ?

    Oui, comme sur un ordinateur classique. A l’inverse, nous réfléchissons à un service optionnel pour récupérer des données après un effacement malencontreux.

    Ah c’est la meilleure, c’est comme quand certains suppriment leur compte Google et qu’un message apparaît « vous pouvez récupérer vos données si vous lancez la procédure de récupération avant 15 minutes ! » (quelque chose comme ça).

    À quelles intervalles comptez-vous upgrader Shadow ?

    Le terminal n’a pas besoin d’être mis à niveau. Cela fait partie des points forts de Shadow : c’est l’un des ordinateurs les plus puissants du marché. Il est d’ailleurs prévu que cela reste ainsi, puisque nous allons mettre à jour les équipements dans nos datacenters pour que les utilisateurs aient toujours à disposition les dernières innovations technologiques, notamment concernant les cartes graphiques. Ceci étant dit, si de nouveaux standards se développent en terme de connectique, nous ferons évoluer les terminaux.

    On continue de me dire que c’est écologique ? Parce que désolé mais la plupart des gens même s’ils adorent jouer, ne changent pas de carte graphique tous les 1/2 ans. Mais là du coup que tu le veuilles ou non tu nourris un système très énergivore.
    Et franchement j’ai comparé par rapport à ma machine actuelle, depuis combien de temps je l’ai etc. Et bien en terme purement monétaire ce ne serait pas valable.

    Et je maintiens, ce genre de service n’en a rien à foutre ni de l’écologie, ni du coût en ressources et énergie de fabrication des composants informatiques, ni des conditions de travail des gens qui nous fournissent ce confort occidental.
    Mais le jeux-vidéo c’est super n’est-ce pas ?

  13. Avatar flofrost dit :

    Faudrait peut être arrêter la discussion ici, avant que quelqu’un finisse à un rond point avec un gilet jaune ignoble à s’enfiler des bières en étant persuadé que les hommes lézards ont pris le pouvoir.

  14. Avatar Toupilitou dit :

    Entre un data center qui tourne et peut alimenter en chaleur autre chose tout en mutualisant des ressources, et une usine qui pond des tétrachiées de PC avec toutes les ressources / pollution / logistique qui va derrière, et qui finiront à la poubelle parce que le recyclage c’est pour les faibles, j’ai envie de dire que c’est vite vu niveau emprunte écologique.

    Pour le reste, impossible de mettre un Blade au même niveau qu’un mastodonte du net, aussi bien au niveau des moyens que des pratiques ; les sociétés basées en Europe sont nettement plus éthiques de ce côté. Et puis, avec le RGPD en épée de Damoclès, conserver des données temporairement pour une éventuelle restauration, oui, conserver éternellement ces données, non.

    Quant aux données que tu mets sur ta machine virtuelle, j’ai envie de dire que ça ne dépend que de toi ; j’ai un compte facebook, et je n’y raconte pas ma life. Si j’ai une machine virtuelle qui ne m’appartient pas, eh bin c’est pareil, je ne vais pas y poser toute la life. Tous mes documents sont dans un cloud privatif, un peu comme ce que j’ai créé sur Loutrage pour les traducteurs.

    A partir de là, comme Hyeron l’a dit, c’est totalement con de remplacer son PC par une box, mais t’es plus obligé de courir après les PC en claquant 2 mois de paye juste pour jouer à des jeux qui demandent des monstres de puissance. T’en prends un lambda et tu te fais plaisir quand même.

    En allant plus loin, ce genre de service pourrait justement permettre à des personnes qui n’ont pas les moyens d’acquérir une bête de course d’en profiter quand même. Si je prend un compte, je ne possède rien, mais je peux quand même profiter. Et comme je m’en branle de posséder quoi que ce soit, je vois les choses nettement plus positivement que toi Geralt

    :smile:

  15. Avatar redd dit :

    Oui c’est malheureux, donc vu ce que tu dis ils n’auraient pas le droit de laisser un ticket ouvert plusieurs jours ? Ça dépend vraiment du contrat qu’il y a entre les boîtes ça… Enfin à moins que dans ce cas c’est interne. (Ayant été employé dans ce milieu, je comprends que c’est chiant pour le client, ça peut aussi l’être pour « l’assistant » malheureusement…)

    Non, ce n’est pas du tout ce que je dis. Je ne vois même pas où tu as pu voir ça dans mon message en fait. Je dis même le contraire : ils doivent le laisser ouvert plusieurs jours.

    Mais ça n’est pas une question de jours. Mais un ticket ne doit être fermé que lorsqu’il est résolu. Et pas « parce que le type du support a besoin qu’il soit fermé pour ses stats et éventuellement sa prime ».

    Le ticket est la relation entre le client et le support/SAV. Une réponse de type « merci de nous avoir prévenu, ce sera résolu un jour, je ferme votre ticket » est à bannir dans les Relations Clients, quel que soit le type de boite.

    Et je travaille également dans le milieu. Et quand un de mes collaborateurs ferme un ticket pour cette raison, je n’hésite pas à lui expliquer en quoi il s’est trompé. Oui, c’est moche qu’un ticket reste 1 an sans résolution. Oui ça casse tes jolis KPIs. Mais s’il n’est pas résolu, c’est qu’il n’a pas fait le taff et que le client reste insatisfait.

    Je t’avoue que je fais pas dans le double écran. Maintenant, paraît que ça vient, mais c’est vrai que j’ai oublié de l’ajouter à la longue liste des « on ne sait pas quand ». Pas rencontré de jeu récalcitrant non plus, par contre quelques Vsync à taux de refresh aléatoire oui (souvent du 144 pris au lieu du 60), mais je n’ai pas eu de tearing pour la cause, donc je n’ai pas jugé utile de le mentionner.

    En fait ça fait 1 an et demi qu’ils annoncent le double écran.
    Et en avril dernier, le patron l’a annoncé « personnellement » en donnant une date, qu’il n’a pas tenu. Et aujourd’hui ils n’ont pas de piste sérieuse. Bref ça sent l’arlésienne dont on reparlera encore l’année dernière :oops:

  16. Avatar Geralt dit :

    Entre un data center qui tourne et peut alimenter en chaleur autre chose tout en mutualisant des ressources, et une usine qui pond des tétrachiées de PC avec toutes les ressources / pollution / logistique qui va derrière, et qui finiront à la poubelle parce que le recyclage c’est pour les faibles, j’ai envie de dire que c’est vite vu niveau emprunte écologique.

    Ça ne s’oppose pas, ça en est la continuité.

    En allant plus loin, ce genre de service pourrait justement permettre à des personnes qui n’ont pas les moyens d’acquérir une bête de course d’en profiter quand même. Si je prend un compte, je ne possède rien, mais je peux quand même profiter. Et comme je m’en branle de posséder quoi que ce soit, je vois les choses nettement plus positivement que toi @Geralt

    :smile:

    Ça crée encore et toujours de la distance entre les gens et leur utilisation/consommation de biens. Ce n’est pas un problème nouveau.
    Les gens voient de moins en moins comment sont fabriqués les objets et leur côut (ressources et énergétique) et la pollution directe due à la fabrication. L’écart s’est bien creusé par chez nous, bon nombre de manufactures et diverses usines ne côtoient plus notre « quotidien », qui sont délocalisées etc.
    On ne veut pas s’embêter avec les aspects négatifs, on ne veut récupérer que le produit final et oublier toute la chaîne de production.

  17. Avatar Toupilitou dit :

    Entre un data center qui tourne et peut alimenter en chaleur autre chose tout en mutualisant des ressources, et une usine qui pond des tétrachiées de PC avec toutes les ressources / pollution / logistique qui va derrière, et qui finiront à la poubelle parce que le recyclage c’est pour les faibles, j’ai envie de dire que c’est vite vu niveau emprunte écologique.

    Ça ne s’oppose pas, ça en est la continuité.

    En allant plus loin, ce genre de service pourrait justement permettre à des personnes qui n’ont pas les moyens d’acquérir une bête de course d’en profiter quand même. Si je prend un compte, je ne possède rien, mais je peux quand même profiter. Et comme je m’en branle de posséder quoi que ce soit, je vois les choses nettement plus positivement que toi @Geralt

    :smile:

    Ça crée encore et toujours de la distance entre les gens et leur utilisation/consommation de biens. Ce n’est pas un problème nouveau.
    Les gens voient de moins en moins comment sont fabriqués les objets et leur côut (ressources et énergétique) et la pollution directe due à la fabrication. L’écart s’est bien creusé par chez nous, bon nombre de manufactures et diverses usines ne côtoient plus notre « quotidien », qui sont délocalisées etc.
    On ne veut pas s’embêter avec les aspects négatifs, on ne veut récupérer que le produit final et oublier toute la chaîne de production.

    On va bientôt publier une interview qui ne répondra pas totalement à la problématique que tu soulèves, mais qui y apportera déjà éventuellement un élément de réponse.

    … Ouais, le teasing, c’est maladif chez moi :lol:

  18. Avatar Geralt dit :

    Toupilitou Bon gros retard de ma part désolé, mais du coup est-ce que l’interview en question est sortie ?
    Je ne lis pas tout sur Loutrage, du coup si je l’ai râtée, dis moi, ou si ça va sortir prochainement. :wink:

  19. Avatar Toupilitou dit :

    @Toupilitou Bon gros retard de ma part désolé, mais du coup est-ce que l’interview en question est sortie ?
    Je ne lis pas tout sur Loutrage, du coup si je l’ai râtée, dis moi, ou si ça va sortir prochainement. :wink:

    La réponse ce vendredi ! :lol:


Connectez-vous pour laisser un commentaire

Derniers commentaires

Aller à la barre d’outils