Underhand

Underhand

Depuis que les œuvres de Lovecraft sont tombées dans le domaine public en 2008, on observe tout un tas d’adaptations plus ou moins heureuses. Underhand est un petit jeu Android qui vous met dans la peau d’un leader de Culte, avec pour objectif d’invoquer de terribles dieux anciens. Le jeu est présenté comme un CCG (Cult Card Game), et propose une expérience rafraichissante. Explications.

 

Le principe du jeu est très simple : vous disposez de cartes ressources de six types différents. Des cartes de Cultistes, de Prisonniers, d’Argent, et de Nourriture pour les ressources de base. A cela s’ajoute des cartes de Reliques servant de joker, capables donc de remplacer n’importe quelle autre carte, ainsi que des cartes Suspicion, qui elles par contre doivent être gérées avec précaution.

A noter qu’une carte relique devra être sacrifiée pour invoquer un grand Ancien ; gardez donc en une de coté, si vous ne voulez pas perdre à deux pas de la ligne d’arrivée. A chaque tour, vous tirez une carte événement qui va vous proposer trois choix. Selon vos envies et / ou besoins, vous essaierez de faire le meilleur choix de ressources pour vous amener à invoquer un des grands Anciens proposés, et ainsi gagner la partie.

C’est un jeu de ressources, donc autant en accumuler le maximum, me direz-vous ! Eh bien ce n’est pas si simple, parce que lorsque vous dépassez les quinze ressources, la probabilité que vous tombe dessus une carte d’avidité (greed) n’est pas nulle, et cela vous forcera, au choix, à sacrifier deux reliques ou cinq ressources au hasard. A cela s’ajoute le fait que dépasser cinq cartes de suspicion vous fera prendre le risque d’une descente de police. A contrario, si vous manquez de nourriture, un événement terrible (peut-être pas tant que ça, en fait) vous tombera sur le coin du nez.

Tout est donc affaire de gestion. J’ai besoin d’argent, on me propose de travailler et d’en obtenir deux cartes. Néanmoins, si je braque mon lieu de travail, j’en obtiens quatre, mais aussi deux cartes de suspicion. Le risque en vaut-il la chandelle ? Et puis, vais-je dépasser le seuil fatidique des quinze cartes, au risque de perdre la seule relique que j’avais stocké ? Les cartes alterneront entre gain, échanges, et perte de ressources ; il va falloir bien gérer tout cela.

Donc, on gagne en invoquant des Anciens, mais comment perd-on ? Eh bien en n’arrivant pas à remplir les conditions de certaines cartes. Une descente de police, et vous n’avez pas de cultistes à sacrifier pour les combattre ? Pas d’argent pour les soudoyer ? Défaite. Un dieu demande un sacrifice que vous n’arrivez pas à fournir ? Préparez-vous à sa colère.

Les parties sont rapides. Chaque dieu a sa propre thématique (nourriture, argent, sacrifices, voir les trois pour le fameux Uhl’uht’C). Un dieu débloqué peut vous accorder sa bénédiction pour la partie suivante en ajoutant une paire de cartes, parfois avantageuses, parfois moins… Parmi les qualités du jeu, vous ne trouverez aucun cash shop, aucune vidéo ou publicité intempestive. Oui, un jeu gratuit Android, livré complet, et non vérolé de pubs !

Assez rare pour être souligné : les graphismes Art Déco sont très agréables, les cartes sont claires, et l’ambiance sonore assez réussie. Et le principal défaut du jeu ? Sa durée, car avec seulement sept dieux à invoquer, vous y arriverez au bout seulement de quelques essais ratés.

 

Underhand est un exemple parfait de petit jeu mobile : simple, rapide, efficace, intelligent, et addictif. Que de superlatifs ! Oui, mais ils sont mérités. Tout ce qu’on espère, c’est une mise à jour ajoutant du contenu, ou un Underhand 2 le plus vite possible !

Tags

A propos de l'auteur : Gelukpa

Avatar

Modèle de vertu détraqué et testeur pour la loutre

0 Commentaires sur “Underhand”


Connectez-vous pour laisser un commentaire

Groupe Steam

Derniers commentaires

Aller à la barre d’outils