Hero Of The Kingdom

Hero Of The Kingdom

Il arrive des fois que l’on tombe sur des jeux qui sont totalement différents de ce à quoi l’on pensait jouer. Hero Of The Kingdom m’intriguait depuis une moment ; ses graphismes me rappelaient fortement des jeux comme Icewind Dale, Stronghold, Legend Of Eisenwald, ou Lords Of Xulima (… tous excellents, soit dit en passant). Vue en 3D isométrique, icônes qui font penser à des quêtes, inventaire… En bref, tout ce qui pourrait faire penser à un jeu de rôle old school ou à un jeu de stratégie tour par tour de type Heroes Of Might And Magic. Je profitais donc du fait que Toupilitou se débarrassait de sa clé pour me lancer dessus, et me rendre compte que le jeu est très loin de tout ça. Mais qu’est-ce donc alors ?

 

Dans Hero Of The Kingdom, vous jouez un jeune homme à qui il arrive de nombreuses misères : votre père se fait kidnapper et votre ferme est brulée par des bandits. Voila donc de bonnes raisons de partir à l’aventure, afin d’explorer et de nettoyer le royaume ! Dans un premier temps, votre mission sera de suivre la trace de votre père, de le retrouver et de le libérer, tout en éliminant les bandits. Mais l’aventure ira bien plus loin que ça en vous confrontant à des gobelins, des morts-vivants, et même un nécromancien.

A noter que le jeu est entièrement en français, les dialogues et textes descriptifs laissent la sensation d’être dans un univers un peu niais, comme si cela avait été écrit pour des enfants. Est-ce un problème de traduction, ou un choix réel des développeurs ? Si je devais me prononcer, je dirais probablement un choix des développeurs, puisque l’histoire dans son ensemble est d’ailleurs assez simpliste.

Le jeu se présente sous la forme d’une série d’écrans fixes. Dans chaque écran, vous trouverez des habitants avec qui interagir, des objets cachés dans le décor, des animaux, des bandits ou autres monstres à trucider, ainsi que tout un tas d’autres activités que j’oublie probablement, et qui se réalisent toutes en cliquant, tout simplement.

Pas de mini-jeux, pas de personnages à déplacer ou à équiper ; simplement un clic pour une action. Les objets à ramasser, œufs, champignons, homards, caisses, et j’en passe, apparaissent dans les décors lorsque l’on débloque la bonne compétence auprès d’un maitre. Ils ne nécessitent là encore rien d’autre qu’un clic pour être ramassés.

A coté de cela, accomplir les objectifs des quêtes requiert différents objets, mais aussi de la santé que vous récupérerez en mangeant et dormant. Comme pour ramasser des objets, certaines activités comme la chasse ou la pèche nécessitent des compétences, mais aussi des outils qui parfois casseront et qu’il faudra donc racheter.

De temps à autre, des combats sont proposés, mais ne vous faites pas d’illusions : comme pour le reste du jeu, ces combat consistent juste à avoir les armes, la santé, et parfois les troupes nécessaires afin d’avoir une réussite automatique. Tout cela se rapproche donc plus d’un mélange d’aventure, de point’n click et d’objets cachés, mais sans les énigmes.

Graphiquement, le jeu est sympathique. Vous explorerez différents décors plutôt jolis et variés, tout en aidant les habitants du royaume. Vous visiterez ainsi forêts, lacs, marais, villes, montagnes… A noter que tout est écrans fixes, et il n’y a pas de scrolling, pas d’animation des décors, peu ou pas d’animation pour les personnages, tandis que l’aspect technique est vraiment limité. L’aventure se termine en seulement trois ou quatre heures, et la rejouabilité n’est absolument pas au rendez-vous.

La musique qui accompagne le jeu est agréable sans être marquante. Clairement un jeu que l’on peut qualifier de casual, mais qui néanmoins ne se moque pas de son joueur. C’est d’autant plus vrai que le jeu est proposé de base à petit prix, et que des promotions régulières font souvent descendre ce prix en dessous de l’euro symbolique !

Un gros point noir tout de même : en fin de jeu, où l’argent devient une ressource essentielle afin d’acheter les objets nécessaires aux quêtes pour acheter armes, potions, et troupes. Cet argent vient vite à manquer en grande quantité. On trouve donc des astuces pour essayer d’en gagner beaucoup et vite. Par exemple : acheter des flèches au camp militaire, pour les revendre au chasseur avec un gain de deux pièces d’or par flèche.

Ou bien acheter du blé pour l’amener au moulin, afin de le transformer en farine, puis faire du pain avant de le revendre. Beaucoup d’interactions pour un gain d’une quinzaine de pièces d’or. Sauf que l’ergonomie du jeu est plutôt ratée, et qu’acheter pour revendre en masse n’est pas possible.

De plus, on ne choisit pas le nombre d’objets achetés, vendus, ou transformés. On passe donc son temps à cliquer pour vendre les flèches, un par un, ou au mieux dix par dix. C’est long, long, long… Tout ça pour faire un gain de cinq cents ou mille pièces d’or, qui sont absolument nécessaires pour avancer en fin de partie.

 

Hero Of The Kingdom est donc un jeu proposant une formule clairement orientée pour le joueur occasionnel, où la souris sera mise à rude épreuve (ou pas). Malgré quelques soucis d’équilibrages, surtout en fin de partie, le jeu est sympathique, tant que l’on reste sur des parties courtes et que l’on ne cherche pas un jeu d’une grande écriture.

Tags

A propos de l'auteur : Gelukpa

Avatar

Modèle de vertu détraqué et testeur pour la loutre

0 Commentaires sur “Hero Of The Kingdom”


Connectez-vous pour laisser un commentaire

Groupe Steam

Derniers commentaires

Aller à la barre d’outils